LaToya Ruby Frazier

artiste américaine et professeure de photographie
LaToya Ruby Frazier
LaToye Ruby Frazier Look 3 2011 Ramspott.jpg
LaToya Ruby Frazier en 2011.
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
LaToya FrazierVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Formation
Université de Syracuse
Université Edinboro de Pennsylvanie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Mouvement
Maîtres
Doug DuBois (en), Carrie Mae WeemsVoir et modifier les données sur Wikidata
Personne liée
Peggy Cooper Cafritz (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genres artistiques
Autoportrait, social-artistic project (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinctions
Bourse Guggenheim ()
Prix MacArthur ()
Berlin Prize (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

LaToya Ruby Frazier, née en 1982 à Braddock, est une artiste américaine et professeure de photographie à l'École de l'Art Institute of Chicago.

À partir de Braddock, Frazier commence à photographier sa famille et sa ville natale à l'âge de 16 ans, révisant la photographie sociale traditionnelle de Walker Evans et Dorothea Lange pour imaginer la documentation à l'intérieur et par la communauté, et la collaboration entre le photographe et ses sujets[1]. Inspirée par Gordon Parks, qui a fait la promotion de l'appareil photographique comme une arme pour la justice sociale, Frazier montre l'impact des problèmes systémiques (en), du racisme à la désindustrialisation et à la dégradation (en) de l'environnement, sur les corps, les relations et les espaces individuels[2]. Dans son travail, elle souhaite mettre en lumière ces problèmes qu'elle décrit comme des problèmes mondiaux[3]. S'exprimant dans le New York Times à propos de sa position, Frazier déclare : « Nous avons besoin d'histoires plus durables qui reflètent et nous disent où se trouvent et continuent d'être les préjugés et les angles morts dans cette culture et cette société... C'est un problème de race et de classe qui affecte tout le monde. Ce n'est pas un problème noir, c'est un problème américain, c'est un problème mondial. Braddock est partout »[2].

Frazier a reçu une formation approfondie en photographie grâce à des études à l'université Edinboro de Pennsylvanie (en), à l'université de Syracuse, dans le cadre du Whitney Independent Study Program, et en tant que récipiendaire de la bourse Guna S. Mundheim pour les arts visuels de l'Académie américaine à Berlin (en)[4].

CarrièreModifier

Frazier dessine et peint dès son plus jeune âge et attribue à sa grand-mère Ruby les attentes élevées pour ses réalisations. Entrée à l'université à l'âge de 17 ans, Frazier étudie la photographie avec Kathe Kowalski, qui est devient un mentor important, l'initiant à la théorie féministe, à la sémiotique et aux utilisations politiques, bonnes et mauvaises, de la photographie[5]. Frazier obtient en 2004 un baccalauréat de beaux-arts en photographie et en design graphique de l'université Edinboro de Pennsylvanie et, en 2007, une maîtrise en photographie des beaux-arts de la School of Visual Performing Arts de l'université de Syracuse[6]. Après avoir participé au Whitney Independent Study Program en 2010-2011, elle commence à enseigner à l'université Yale[7].

À partir de 2009, elle est incluse dans une série d'expositions de groupe importantes, y compris The Generational Triennial: Younger Than Jesus du New Museum of Contemporary Art, Greater New York: 2010 du MoMA PS1, la Biennale des artistes féminines d'Incheon (en) (Terra Incognita) en 2011 et la Whitney Biennial 2012[8],[9],[10],[11]. Son exposition personnelle (en), A Haunted Capital, ouvre ses portes au Brooklyn Museum en 2013[12]. De plus, elle fait partie de la cohorte d'artistes participant en 2009-2010 au programme de résidence Workspace du Lower Manhattan Cultural Council[13].

En 2014, Frazier publie son premier livre, The Notion of Family[14], qui reçoit le Infinity Award du Centre international de la photographie[4].

PrixModifier

Frazier est récipiendaire de nombreux prix, notamment : Art Matters (2010), le Louis Comfort Tiffany Foundation (en) Award (2011), le Theo Westenberger Award de la Creative Capital Foundation (en) (2012) et le Gwendolyn Knight (en) & Jacob Lawrence Prize du Seattle Art Museum (2013)[4].

En 2014, Frazier est nommée boursière Guggenheim en arts créatifs[15]. L'année suivante, elle devient boursière TED2015 et sa monographie, The Notion of Family, publiée par Aperture (en) en 2014, reçoit le prix Infinity 2015 de la meilleure publication remis par le Centre international de la photographie[16],[17]. En 2015, Frazier reçoit une bourse MacArthur, à laquelle elle qualifie ce prix comme « la validation de mon travail en tant que témoignage et lutte pour la justice sociale et le changement culturel (en) »[18].

En 2018, Frazier est annoncé comme l'une des boursières Art of Nonfiction du Sundance Institute[19]. En 2020, Frazier est nommée comme le premier récipiendaire du Steidl Book Prize de la Gordon Parks Foundation[20].

TravailModifier

Le travail photographique de LaToya Ruby Frazier comprend à la fois des images d'espaces personnels, des moments privés et l'histoire d'une injustice raciale et économique en Amérique. Son travail comprend des portraits bruts d'amis et de membres de la famille dans des moments intimes et des exemples d'injustice sociale. Comme Frazier l'explique, « la collaboration entre ma famille et moi-même brouille la ligne entre l'auto-portrait et documentaire social »[21]. Souvent, son travail se concentre sur la situation critique de sa ville natale de Braddock en Pennsylvanie, en difficulté financière après l'effondrement de l'industrie sidérurgique dans les années 1970-1980. Avec des photographies en noir et blanc, Frazier met en évidence la beauté de Braddock et comment cette ville a influencé la vie de sa famille ainsi que d'autres résidents. Ses photographies ont un sentiment brut de force et de vulnérabilité juxtaposé de manière honnête et personnelle[22]. En plus de travailler sur son œuvre la plus célèbre, Notion of Family, Frazier travaille sur d'autres problèmes contemporains tels que la crise sanitaire de Flint. Ce projet particulier décrit et se concentre sur une jeune femme et sa famille, vivant leur vie quotidienne dans des conditions difficiles au sein de leur communauté de classe inférieure à Flint. Elle a contribué des photographies à un projet du New York Times, Why America's Black Mothers and Babies are in a Life-or-Death Crisis.

Inspirée par les pratiques documentaires du début du XXe siècle, Frazier explore les identités de lieu, de race et de famille dans un travail qui est un hybride d'autoportrait et de narration sociale. Les sujets principaux de ces portraits sont la grand-mère de Frazier, Ruby (1925-2009), sa mère (née en 1959) et l'artiste elle-même[23]. Le paysage en ruine de Braddock, en Pennsylvanie, une cité sidérurgique autrefois florissante, constitue la toile de fond de ses images, qui mettent en évidence à la fois la dégradation de l'environnement et des infrastructures causée par le déclin postindustriel et la vie de ceux qui continuent — en grande partie par nécessité — à y vivre[24]. Comme le dit Frazier, « je me considère comme une artiste et une citoyenne qui documente et raconte l'histoire et qui construit les archives des familles de la classe ouvrière confrontées à tous ces changements qui se produisent, car ils doivent être documentés ». Grâce à sa propre famille, elle a pu raconter l'histoire de Braddock à travers les générations qui l'ont vécue. Son travail amorce des dialogues sur la structure des classes, l'histoire et la responsabilité sociale[3].

Elle a figuré dans l'édition 2019 du New York Times Magazine pour son reportage photo sur les habitants de Lordstown, dans l'Ohio, après la fermeture de l'usine de General Motors[25].

ExpositionsModifier

RéférencesModifier

  1. (en) Laura Wexler, A Notion of Photography in The Notion of Family, New York, Aperture, , 156 p. (ISBN 978-1-59711-248-2), p. 143–147.
  2. a et b (en) Maurice Berger, « LaToya Ruby Frazier's Notion of Family », sur lens.blogs.nytimes.com, (consulté le ).
  3. a et b (en) « MacArthur Foundation », macfound.org (consulté le ).
  4. a b c d e et f (en) LaToya Ruby Frazier, « About – LaToya Ruby Frazier », latoyarubyfrazier.com (consulté le ).
  5. (en) Kristen O'Regan, « These Dark Histories », Guernica,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. (en) « LaToya Ruby Frazier », sur cpw.org (consulté le ).
  7. (en) « The Notion of Family: Photographs by LaToya Ruby Frazier », sur aperture.org (consulté le ).
  8. (en) « The Generational Triennial: Younger Than Jesus », sur archive.newmuseum.org (consulté le ).
  9. (en) « Greater New York: 2010 », sur momaps1.org (consulté le ).
  10. (en) « 2011 Incheon Women Artists Biennial », sur iwabiennale.org (consulté le ).
  11. (en) « 2012 Whitney Biennial », sur whitney.org (consulté le ).
  12. (en) « LaToya Ruby Frazier: A Haunted Capital », sur brooklynmuseum.org (consulté le ).
  13. (en) « LMCC Alumni Update », sur lmcc.net, (consulté le ).
  14. (en) « LaToya Ruby Frazier-The Notion of Family », sur aperture.org (consulté le ).
  15. (en) « LaToya Ruby Frazier », sur gf.org (consulté le ).
  16. (en) « Meet the TED Fellows », sur ted.com (consulté le ).
  17. (en) « International Center of Photography Announces 2015 Infinity Awards Winners » [PDF], sur icp.org (consulté le ).
  18. (en) « LaToya Ruby Frazier – MacArthur Foundation », sur macfound.org (consulté le ).
  19. (en) « Sundance Institute Names 2018 Art of Nonfiction Fellows and Grantees », sur sundance.org, (consulté le ).
  20. (en) « LaToya Ruby Frazier Awarded Inaugural Gordon Parks Foundation/Steidl Book Prize », sur artforum.com (consulté le ).
  21. (en) Dieter Roelstraete, The Way of the Shovel : On the Archaeological Imaginary in Art, Chicago, University of Chicago Press, , 328 p. (ISBN 978-0-226-09412-0), p. 108.
  22. (en) Lauren Cornell, Younger Than Jesus : The Generation Book, Göttingen/New York, Steidl Verlag/New Museum New York, , 507 p. (ISBN 978-3-86521-867-4), p. 102–103.
  23. (en) Dean Daderko, LaToya Ruby Frazier – Witness, Houston, Contemporary Arts Museum Houston, (ISBN 978-1-933619-45-3), p. 7.
  24. (en) « News », sur latoyarubyfrazier.com (consulté le ).
  25. (en) LaToya Ruby Frazier et Dan Kaufman, « The End of the Line », sur nytimes.com, (consulté le ).
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « LaToya Ruby Frazier » (voir la liste des auteurs).

Liens externesModifier