Ouvrir le menu principal
Léghémoglobine de soja complexée avec le nicotinate (PDB 1FSL).

La léghémoglobine (ou LegHb), orthographiée aussi leghémoglobine, est une hémoprotéine fixatrice de dioxygène présente chez les Fabacées et qui a une structure très proche de l'hémoglobine. Rouge comme le sang, elle donne une couleur plus ou moins rosée aux nodosités des racines d'espèces végétales.

DescriptionModifier

La léghémoglobine est une métalloprotéine, complexe moléculaire formé d'une protéine associée à un groupement hémique. Dans le milieu cellulaire du vivant, elle a pour rôle de réguler l’approvisionnement des cellules en oxygène. De couleur rouge, elle est composée de 17,5 kDa. Son nom est le résultat de l'association des deux termes « légumineuse » et « hémoglobine » ; la substance chimique, voisine de l'homoglobine, étant essentiellement présente dans le système racinaire des Leguminosae[1],[2],[3].

SynthèseModifier

On trouve la léghémoglobine dans des nodosités de la racine d'une plante lors de phénomènes de symbioses bactériennes (bactéries du genre rhizobium). Cette protéine est synthétisée par la légumineuse hôte et permet de protéger un complexe enzymatique (nitrogénase/hydrogénase) des effets de l'oxygène moléculaire qui l'inactive et constitue une réserve d'oxygène pour les bactéries (activité aérobie). Ce complexe, qui transforme l'azote atmosphérique en ammoniac, composant chimique précurseur d'acides aminés, possède en effet un atome de molybdène que l'oxygène peut irréversiblement oxyder[4].

Elle n'est synthétisée que dans les nodosités, où elle représente en moyenne le quart des protéines présentes. De couleur rouge, la leghémoglobine confère aux nodosités une couleur rose caractéristique.

UtilisationModifier

L'entreprise californienne Impossible Foods a mis au point un hamburger végétalien contenant un additif, de la léghémoglobine extrait du soja. La substance, proche de la myoglobine animale, confère à la pâte végétale, ingrédient principal du sandwich, la texture, l'odeur à la cuisson et la saveur de la viande de bœuf[3]. La chaîne américaine de restauration rapide Burger King propose à sa clientèle nord-américaine un « Impossible Whopper » depuis début avril 2019[5],[6].

Notes et référencesModifier

  1. Romaric Forêt (préf. Annie Mamecier-Demounem), Dico de Bio, Bruxelles, De Boeck Supérieur, , 1090 p. (ISBN 9782804171452 et 2804171450, OCLC 840566692, notice BnF no FRBNF42799053), p. 623.
  2. William G. Hopkins et Charles-Marie Evrard (rév. scientifique) (trad. Serge Rambour), Physiologie végétale, Bruxelles, De Boeck Supérieur, (1re éd. 1995), 514 p. (ISBN 9782744500893 et 2744500895, OCLC 1041586382), p. 112.
  3. a et b Mark R. O'Brian, « La léghémoglobine, cet ingrédient qui fait passer le steak végétal pour de la viande rouge », The Conversation, (consulté le 19 mai 2019).
  4. Marc-André Selosse (préf. Francis Hallé), Jamais seul : ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations, Arles, Éditions Actes Sud, , 352 p. (ISBN 9782330077495, OCLC 992344491), p. 141.
  5. Gabriel Nedelec, « « Impossible Whopper », le sandwich végétarien de Burger King », Les Échos, (consulté le 30 avril 2019).
  6. (en) Tim Carman, « Burger King’s Impossible Whopper is going national. Is that bad news for small restaurants? » [« L'« Impossible Whopper » de Burger King est en train de devenir national. Une mauvaise nouvelle pour les petits restaurants ? »], The Washington Post, (consulté le 30 avril 2019).