Ouvrir le menu principal

L'inquiétante étrangeté

Parution et traductions du texte freudienModifier

Histoire du texteModifier

 
Revue Imago, volume V, où parut Das Unheimliche en 1919.

L'essai, dans sa rédaction définitive, paraît à l'automne 1919 dans le volume V de la revue Imago. Selon la notice des OCF.P, sa parution est contemporaine de Au-delà du principe de plaisir[1]. Il s'agit alors du remaniement d'un article « d'abord ébauché, puis laissé de côté », ainsi que l'atteste, selon Ernest Jones, une lettre de Freud datée du 12 mai 1919 à Sándor Ferenczi[1].

Mais la notion d’Unheimliche (adjectif substantivé) qui donne son nom à l'article publié dans Imago en 1919 est déjà présente dans Totem et Tabou (1913) comme l'indique une note du texte « L'inquiétant » (traduction des OCF.P) renvoyant à la section III de cet ouvrage, « Animisme, magie et toute-puissance des pensées »[1].

Sens et traductions de unheimlichModifier

Dans la littérature germanophoneModifier

Unheimlich est un terme très présent dans la littérature allemande, en particulier la littérature romantique. Jacob et Wilhelm Grimm lui consacrent un important article dans leur dictionnaire. Il est également très présent dans les écrits d'Ernst Theodor Amadeus Hoffmann, Clemens Brentano, Justinus Kerner, Theodor Körner, Ludwig Tieck, etc.[2],[3]

Leopold von Sacher-Masoch emploie « unheimlich » pour qualifier l'impression faite par Nadeshda, comtesse Baragreff, sur le héros, Henryk Tarnow, dans la nouvelle L'Amour de Platon[4].

Traductions de unheimlichModifier

Unheimlich vient de Heim. Ce mot signifie « le foyer », la maison et introduit une notion de familiarité, mais il est aussi employé comme racine du mot Geheimnis, qu'on peut traduire par « secret », dans le sens de « ce qui est familier » ou « ce qui doit rester caché[5] ».

L'essai de Freud s'intitule The Uncanny (1955) dans la Standard Edition[1]. Dans une étude de la littérature fantastique anglo-américaine, Sophie Geoffroy-Menoux emploie l'expression « the uncanny[6] ».

« L'inquiétante étrangeté » est la traduction française donnée en 1933 par Marie Bonaparte de Das Unheimliche de Freud. D'autres auteurs traduisent par l'« inquiétante familiarité » (Roger Dadoun), « l'étrange familier » (François Roustang) ou les « démons familiers » (François Stirn)[7].

Jentsch et littérature psychiatrique de l'époqueModifier

À côté d'écrivains comme Friedrich von Schiller et E.T.A. Hoffmann, le psychiatre allemand Ernst Jentsch (en), auteur de Zur Psychologie des Unheimlichen en 1906, est l'une des autres références de Freud dans son texte Das Unheimliche[8].

Sophie de Mijolla-Mellor signale que sinon « la littérature psychiatrique » n'est pas mentionnée sur des thèmes proches comme le « déjà-vu » de Pierre Janet et « l'illusion des sosies » de Joseph Capgras[8].

Quant à l'exemple littéraire d'E.T.A. Hoffmann, Freud se rapporte à la notion d’Unheimliche chez Jentsch sur « l'incertitude intellectuelle concernant le fait que quelque chose soit vivant ou non »[8].

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Notice des OCF.P à Sigmund Freud, « L'inquiétant », dans Œuvres complètes de Freud / Psychanalyse, tome XV, Paris, Presses universitaires de France, 1996, p. 148-149.
  2. Henri et Madeleine Vermorel, Sigmund Freud et Romain Rolland, Presses Universitaires de France, , 657 p., p. 564.
  3. André Stanguennec, La Philosophie romantique allemande : un philosopher infini, Vrin, , 224 p. (lire en ligne), p. 128.
  4. Leopold von Sacher-Masoch, Écrits autobiographiques et autres textes, Éditions Léo Scheer, , p. 233.
  5. Sandrine Bazile, Gérard Peylet, Imaginaire et écriture dans le roman haussérien, Presses universitaires de Bordeaux, (lire en ligne), p. 143.
  6. Sophie Geoffroy-Menoux, Introduction à l'étude des textes fantastiques dans la littérature anglo-américaine, Éditions du Temps, , 214 p., p. 102.
  7. Voir les commentaires de François Stirn dans : Sigmund Freud, L'Inquiétante étrangeté (lire en ligne), p. 4.
  8. a b et c Sophie de Mijolla-Mellor, « inquiétante étrangeté (L') » (art.), dans Dictionnaire international de la psychanalyse (dir. Alain de Mijolla), Hachette, 2005, p. 860-861.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Texte de référenceModifier

Édition illustréeModifier

ÉtudesModifier

  • Hanania Alain Amar, Inquiétante étrangeté et autres récits, Paris, L'Harmattan, 2002
  • Revue Insistance n° 7, octobre 2012, éditions ERES. 189 pages Ce numéro contient les actes du colloque des 15, 16, 17 avril 2005 à Paris, « Clinique, écriture et poésie de l'Hilflosigkeit ».
  • Ernst Jentsch, L'inquiétante étrangeté (traduction de Pascal Le Maléfan et Frauke Felgentreu), Études psychothérapiques, 1998, 17 : 37-48
  • Pascal Le Maléfan, L'inquiétante étrangeté entre Jentsch et Freud, Études psychothérapiques, 1998, 17 : 49-66
  • Sophie de Mijolla-Mellor, « étrangeté (sentiment d'-) » (art.), « inquiétante étrangeté (L') » (art.), dans Dictionnaire international de la psychanalyse (dir. Alain de Mijolla), Hachette, 2005, p. 580-581, 860-861 (ISBN 201279145X)  

Article connexeModifier

Liens externesModifier