Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zeller.
Guillaume Zeller
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (43 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Bernard Zeller (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Guillaume Zeller, né le à Paris, est un journaliste français.

Entre septembre 2015 et août 2016, il est directeur de la rédaction d'I-Télé.

BiographieModifier

Il est un petit-fils du général André Zeller, l'un des quatre généraux impliqués dans le putsch des généraux[1].

Il est diplômé de Sciences Po (1998) et titulaire d'un DEA d'histoire contemporaine (1999)[2].

Guillaume Zeller a été chargé d'enquêtes au service historique de l'Armée de Terre française. Il a publié trois ouvrages historiques, le premier consacré au massacre du 5 juillet 1962 à Oran présenté par l'historien Guy Pervillé comme « une bonne initiation à ces questions très complexes »[3], le second La baraque des prêtres, Dachau, 1938-1945 portant sur l'histoire des prêtres et moines catholiques déportés à Dachau[4], le troisième Les cages de la Kempetaï relatant le Coup de force japonais de 1945 en Indochine.

Successivement directeur de la rédaction de la chaîne D8 puis rédacteur en chef du site Direct Matin, il est nommé directeur de la rédaction d'I-Télé le par Vincent Bolloré[5], en remplacement de Céline Pigalle et aux côtés de Philippe Labro qui sera son conseiller[6]. Il quitte I-Télé le 24 août 2016[7].

Positionnement politiqueModifier

Guillaume Zeller est proche des milieux catholiques conservateurs[8]. Il est régulièrement l'invité de Radio Courtoisie[9], a écrit sur D8 des critiques littéraires dans l'émission catholique Dieu merci ![10] a écrit pour le site de « réinformation » de Robert Ménard et Dominique Jamet, Boulevard Voltaire, sur lequel il a notamment expliqué qu'après son combat contre l’occupant allemand et son rôle dans la création du 11e choc le général Paul Aussaresses « aurait pu être un héros national » comme Hélie Denoix de Saint-Marc et invité à contextualiser ses méthodes brutales de contre-insurrection pendant la guerre d'Algérie en considérant « la cruauté des méthodes adverses » et « la démission du pouvoir républicain qui a confié à l’armée des tâches policières étrangères à sa vocation »[11].

OuvragesModifier

  • Oran, 5 juillet 1962 : un massacre oublié (préf. Philippe Labro), Paris, Tallandier, , 221 p. (ISBN 9782847348996)
  • Un prêtre à la guerre : le témoignage d'un aumônier parachutiste, avec Christian Venard, Tallandier, novembre 2013, 290 p. (ISBN 9791021001756)
  • La baraque des prêtres : Dachau, 1938-1945, Paris, Tallandier, , 313 p. (ISBN 9791021004764)
  • Les cages de la Kempeitaï : Les Français sous la terreur japonaise Indochine, mars-août 1945, Paris, Tallandier, , 320 p. (ISBN 9791021032910)

Notes et référencesModifier

  1. http://www.babelio.com/auteur/Guillaume-Zeller/216514
  2. http://www.sciences-po.asso.fr/profil/guillaume.zeller98.
  3. Six nouveaux comptes rendus (2013), Guy Pervillé, Outre-mers, revue d’histoire, n° 380-381, 2e trimestre 2013
  4. Guillaume Zeller: «2 579 prêtres catholiques et séminaristes ont été déportés à Dachau», entretien Guillaume Zeller, lefigaro.fr, 27 janvier 2015
  5. « L'arrivée de ce conservateur à l'information de Canal+ ne passe pas inaperçue », sur Le Huffington Post (consulté le 5 septembre 2015)
  6. « Philippe Labro et Guillaume Zeller à la tête d'i-Télé », sur Le Figaro (consulté le 5 septembre 2015)
  7. Alexis Delcambre, « Guillaume Zeller quitte i-Télé », lemonde.fr, 24 août 2016.
  8. L’étrange chasse aux cathos à laquelle donne lieu l'arrivée de Guillaume Zeller sur i-Télé, Pauline de Préval, atlantico.fr, 7 septembre 2015
  9. il a été invité sept fois à l’antenne de Radio Courtoisie pour y parler de ses livres selon Le Monde du 4 septembre 2015
  10. « Guillaume Zeller, un catho tradi à la tête de l’information du groupe Canal + », sur StreetPress (consulté le 5 septembre 2015)
  11. « Paul Aussaresses aurait pu être un héros national... », sur Boulevard Voltaire (consulté le 5 septembre 2015)

Liens externesModifier