Ouvrir le menu principal

Katsura-gawa
(Hozu-gawa, Ōi-gawa, japonais : 桂川.)
Illustration
La rivière Katsura quittant le lac Amawaka à Nantan (préfecture de Kyoto).
Caractéristiques
Longueur 114 km
Bassin 1 100 km2
Cours
Source Sazaritōge
· Localisation Sazaritōge, Kyotō
· Altitude 735 m
Confluence Yodo-gawa
· Localisation Kyotō
· Altitude m
· Coordonnées 34° 52′ 50″ N, 135° 40′ 41,9″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau du Japon Japon
Régions traversées Préfectures de Kyoto et d'Osaka
Principales localités Kameoka, Kyotō, Osaka

La rivière Katsura (桂川, Katsura-gawa?) est un cours d'eau du Japon. Long de 114 km[1], son cours serpente dans un bassin versant[2] de 1 100 km2[1].

Sommaire

GéographieModifier

 
Point de confluence, à Kyotō, de la rivière Katsura et du fleuve Yodo.

La rivière Katsura prend sa source au col de montagne de Sazari (佐々里峠, Sazaritōge (ja)?), situé dans le quartier d'Hirogawaraobana de l'arrondissement Sakyō, au nord-est de Kyotō. Son cours, qui s'oriente d'abord nord-sud, rejoint la rivière Zonoba à Nantan, traverse la ville de Kameoka, puis, à Kyotō, les eaux de la rivière Kamo viennent grossir ses flots, dans l'arrondissement de Fushimi. Au nord de la ville de Hirakata à Osaka, la Katsura-gawa se jette dans le fleuve Yodo dont l'embouchure se trouve à Osaka, en baie d'Osaka.

Autres nomsModifier

Ōi-gawaModifier

Entrant dans la région sud-est de la ville de Nantan, la rivière Katsura change de nom et devient l'Ōi-gawa dont le cours s'oriente nord-ouest jusqu'à Kameoka.

Hozu-gawaModifier

ParcoursModifier

Sur 16 km, du pont de Hozu, dans la ville de Kameoka, jusqu'au pont de bois Togetsu d'Arashiyama, au sud de l'arrondissement Ukyō de Kyotō, la rivière est appelée Hozu-gawa. Son cours serpente alors dans un canyon (les gorges de Hozu) dans lequel se forment des rapides propices à la pratique du rafting[3].

ÉconomieModifier

 
La rivière Hozu à Arashiyama (Kyotō).

Dès l'ère Heian (794–1185), la Hozu-gawa a été aménagée pour permettre le transport fluvial de marchandises, notamment du bois, des villages des provinces de l'ouest vers Kyotō, alors capitale impériale.

À partir de la fin du XIXe siècle, le fret fluvial déclina du fait de l'arrivée du chemin de fer puis des transports routiers. Au contraire, les descentes de la Hozu-gawa en bateau de croisière fluviale (Hozugawa Kudari)[4] se sont développées pour attirer les touristes qui viennent en nombre, notamment pour admirer, au printemps, les cerisiers en fleurs, et, en automne, les érables passés aux couleurs d'automne (kōyō) sur les flancs des montagnes alentour.

LégendeModifier

Selon une ancienne légende, le kami Ōkuninushi, pour honorer son épouse, la princesse Mihotsu, creusa, jusqu'à Arashiyama, à partir d'un lac situé à Kameoka, un canyon (aujourd'hui, les gorges de Hozu (Hozukyō)). Et il nomma Hozu[5] la rivière qui se forma alors.

Pêche au cormoranModifier

Tout comme sur la rivière Nagara, à Gifu, une tradition ancienne est, encore de nos jours, observée sur la rivière Hozu : la pêche au cormoran, pêche au cours de laquelle des cormorans sont utilisés pour capturer divers poissons, notamment des poissons sucrés.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (ja) Ministère du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme, « 桂川 »,‎ (consulté le 7 juin 2015).
  2. (ja) Ministère du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme, « 桂川水系図 »,‎ (consulté le 7 juin 2015).
  3. (en) Hozugawa Yusen Sightseeing Boat Association, « Course map » (consulté le 7 juin 2015).
  4. (en) Hozugawa Yusen Sightseeing Boat Association, « History » (consulté le 7 juin 2015).
  5. Le mot Hozu (保津?), composé des deux caractères japonais 保 (protéger) et 津 (port), peut être traduit par le mot havre, soit, au sens figuré, un refuge.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :