Page d’aide sur l’homonymie Ne doit pas être confondu avec Hezbollah.

Kataeb Hezbollah
Image illustrative de l’article Kataeb Hezbollah

Idéologie Islamisme chiite
Khomeinisme
Antiaméricanisme
Antisionisme
Objectifs Instauration en Irak d'un gouvernement islamique chiite fondé sur le Velayat-e faqih
Statut Actif
Site web www.kataibhizbollah.comVoir et modifier les données sur Wikidata
Fondation
Date de formation 2003
Pays d'origine Irak
Actions
Zone d'opération Irak, Syrie
Organisation
Chefs principaux Abou Mehdi al-Mouhandis
Membres 3 000 à 30 000[1],[2]
Fait partie de Hachd al-Chaabi (depuis 2014)
Groupe relié Hezbollah
Harakat Hezbollah al-Nujaba
Soutenu par Drapeau de l'Iran Iran
Répression
Considéré comme terroriste par Drapeau des États-Unis États-Unis[3]
Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis[4]
Drapeau du Japon Japon[5]
Guerre d'Irak
Seconde guerre civile irakienne
Guerre civile syrienne

Les Kataeb Hezbollah (arabe : كتائب حزب الله, « Les Brigades du Parti de Dieu[6] »), aussi appelées le Hezbollah irakien, sont un groupe armé islamiste chiite irakien soutenu par l'Iran. Au cours des années 2000 et 2010, elles ont pris part à la guerre d'Irak, à la première guerre civile irakienne, à la seconde guerre civile irakienne et la guerre civile syrienne.

FondationModifier

Les Kataeb Hezbollah sont fondées en 2003, peu avant l'invasion américaine de l'Irak, par Jamal Jafaar al-Ibrahim, dit Abou Mehdi al-Mouhandis[7],[1],[8],[9]. Ses premiers membres sont issus de l'Organisation Badr[1],[8].

Le groupe reçoit des armes, des fonds et un entrainement militaire de la part des Forces Al-Qods et des Gardiens de la Révolution[6],[8]. Le Département d'État des États-Unis a également affirmé que le Hezbollah basé au Liban avait fourni des armes et une formation pour le groupe[10],[8]. Celui-ci prend de l'importance en 2007 par ses attaques contres les Forces armées américaines et les troupes de la coalition militaire en Irak[6],[8]. Il est également connu pour avoir mis en ligne des vidéos montrant des attaques sur les forces américaines[11].

AffiliationModifier

Depuis la guerre d'Irak, les Kataeb Hezbollah font partie des Groupes Spéciaux, terme militaire américain désignant les milices chiites soutenues par l'Iran en Irak. En été 2008, les forces américaines et les forces armées irakiennes lancent une campagne de répression contre ces groupes, au moins 30 de ces membres sont capturés et les autres ont pris la fuite en Iran[12].

Les Kataeb Hezbollah sont un des principaux groupes des Hachd al-Chaabi, formés en Irak le [1],[9].

IdéologieModifier

Les Kataeb Hezbollah adhèrent à l'idéologie de la République islamique d'Iran, les miliciens reconnaissent le Guide de la Révolution Khamenei comme leur chef suprême et leur but est d'instaurer en Irak un gouvernement islamique chiite fondé sur le Velayat-e faqih, qui confère au clergé la primauté sur le pouvoir politique[13],[7],[1],[8]. Les Kataeb Hezbollah sont une des milices chiites irakiennes les plus proches de l'Iran et sont étroitement lié au Corps des Gardiens de la révolution islamique[9].

CommandementModifier

Les Kataeb Hezbollah sont fondées et dirigées par Abou Mehdi al-Mouhandis[7]. Ce dernier trouve la mort le dans une frappe de drone américaine à Bagdad[7].

EffectifsModifier

Lors de sa fondation en 2003, la milice compte 400 combattants[7].

Au printemps 2014, Phillip Smyth estime que le Hezbollah irakien compte 3 000 à 5 000 hommes, mais précise qu'il « y a peu de miliciens à plein temps, la plupart sont là à temps partiel »[1]. Cependant selon The Washington Post, en Sheik Jassim al-Saidi, un commandant des Kataeb Hezbollah, déclare que les effectifs du groupe ont triplés depuis , et sont passés à 30 000 hommes[2].

Début 2020, Michael Knights, chercheur au Washington Institute for Near East Policy, estime que la milice compte alors 10 000 hommes, dont 7 500 actifs en Irak et 2 500 actifs en Syrie[7],[8].

ActionsModifier

À partir de 2003, les Kataeb Hezbollah prennent part à guerre d'Irak contre les Américains, la coalition et les groupes sunnites[1].

Le , le groupe a été ajoutée à la liste des organisations terroristes étrangères établies par le Département d'État américain. Le groupe est tenu responsable pour de nombreuses attaques à la bombe improvisée, aux mortiers, aux roquettes et au RPG, ainsi que d'opérations de tireurs d'élites, consistant à cibler les forces américaines et irakiennes de la zone verte. En , une attaque à la roquette fait deux morts parmi les travailleurs américains[14].

Le , lors d'une conférence de presse à Bagdad, le général américain Raymond T. Odierno qualifie le groupe de menace contre les bases américaines en Irak : « Au cours de ces deux dernières semaines, la menace s'est accrue ... Et nous avons renforcé notre sécurité sur certaines de nos bases »[15].

Pendant la guerre civile syrienne, une brigade des Kataeb Hezbollah est déployée en Syrie en 2015, après l'intervention militaire russe. Elle défend le régime de Bachar el-Assad et combat les forces rebelles[16]. Elles participent notamment à la bataille d'Alep et à la bataille de Deir ez-Zor[8]. Les Kataeb Hezbollah gagnent le contrôle de la frontière irako-syrienne avec deux autres milices, ce qui leur permet de générer des revenus dans divers trafics[7].

Au cours de la Seconde guerre civile irakienne, les Kataeb Hezbollah participent au sein des Hachd al-Chaabi à la Bataille de Mossoul de 2016[17],[8].

Le , 36 roquettes s'abattent sur la base K1 à Kirkouk, où sont présents des militaires américains et un sous-traitant américain est tué. Le , les États-Unis ripostent en bombardant cinq sites tenus par les Kataeb Hezbollah, dont trois dans l'ouest de l'Irak et deux dans l'est de la Syrie, tuant au moins 25 combattants de la milice et faisant 51 blessés[18],[19],[20]. Le , des milliers de membres et de sympathisants des Kataeb Hezbollah pénètrent dans l'enceinte de l'ambassade des États-Unis à Bagdad[21].

SoutiensModifier

Le groupe est soutenu par l'Iran qui lui fournit une assistance en armement[9]. Lors de la guerre d'Irak, il se distingue face à la coalition, par son armement plus sophistiqué que celui des autres milices chiites[1].

Désignation comme organisation terroristeModifier

Les Kataeb Hezbollah sont classées terroristes en 2009 par les États-Unis[22],[8],[9] et par les Émirats arabes unis[8]. Cependant ils ont été des alliés objectifs face à l'État islamique - et ont agi comme tel - au cours de la Seconde guerre civile irakienne[17].

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g et h Jean-Baptiste Assouad, Les milices chiites irakiennes, ces autres acteurs de la lutte contre l’EI, OLJ, 21 août 2015.
  2. a et b Missy Ryan et Loveday Morris, The U.S. and Iran are aligned in Iraq against the Islamic State — for now, The Washington Post, 27 décembre 2014.
  3. https://www.state.gov/j/ct/rls/other/des/123085.htm
  4. https://web.archive.org/web/20141117230142/http://www.wam.ae/ar/news/emirates-arab-international/1395272465559.html
  5. https://web.archive.org/web/20190302123316/http://www.moj.go.jp/psia/ITH/organizations/ME_N-africa/KH.html
  6. a b et c John Pike, [https://www.globalsecurity.org/military/world/para/kataib-hizballah.htm « Kata�ib Hizballah (KH) (Battalions of the Party of God) »], sur www.globalsecurity.org (consulté le 9 août 2018)
  7. a b c d e f et g Stanislas Poyet, Les Kataeb Hezbollah, la milice pro Iran qui combat les États-Unis en Irak, Le Figaro, 3 janvier 2020.
  8. a b c d e f g h i j et k Élie Saïkali, Qui est le groupe Kata’ib Hezbollah ?, OLJ, 30 décembre 2019.
  9. a b c d et e Pierre Alonso, Irak : Kataeb Hezbollah, «la milice pro-iranienne la plus puissante», Libération, 30 décembre 2019.
  10. « AFP: US puts sanctions on Iraq Shiite group, Iran adviser », (consulté le 9 août 2018)
  11. (en-US) « Hezbollah Brigades propaganda specialist captured in Baghdad | FDD's Long War Journal », FDD's Long War Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2018)
  12. (en) « iraqi_us_forces_keep »
  13. Antoine Hasday, L'armée syrienne est à bout de souffle et ne tient que par ses soutiens étrangers, Slate, 21 octobre 2016.
  14. (en) « U.S. declares Iraq-based group foreign terrorist organization »
  15. « Iran-backed force threatens U.S. Iraq bases »
  16. Offensive du régime à Alep: le soutien clé de Moscou et des milices étrangères, AFP, 8 février 2016.
  17. a et b « Mossoul, la bataille des cinq armées », sur lavoiedelepee.blogspot.fr, (consulté le 26 octobre 2016)
  18. Hélène Sallon, Risque d’escalade entre les Etats-Unis et les milices chiites en Irak, Le Monde, 30 décembre 2019.
  19. Irak : les représailles américaines font 19 morts, Le Point avec AFP, 30 décembre 2019.
  20. Frédéric Autran, Irak : derrière les frappes américaines, l’ombre du conflit avec l’Iran, Libération, 30 décembre 2019.
  21. « Mort à l’Amérique » : des manifestants attaquent l’ambassade américaine à Bagdad après des raids, Le Monde avec AFP et Reuters, 31 décembre 2019.
  22. Foreign Terrorist Organizations