Kalash (chanteur)

rappeur français
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Kalash.
Page d’aide sur l’homonymie Ne doit pas être confondu avec Kalash Criminel.
Kalash
Description de cette image, également commentée ci-après
Kalash en mai 2018.
Informations générales
Surnom Mwaka Boss
Nom de naissance Kevin Valleray
Naissance (31 ans)
Strasbourg, Bas-Rhin, Drapeau de la France France
Activité principale Chanteur, Rappeur
Genre musical Dancehall, Rap, RnB, Reggae
Instruments Voix
Années actives Depuis 2003
Labels AZ (2015 - 2018), Millenium, Capitol, Universal, Mwaka Moon Music (Depuis 2019)
Influences Admiral T, Bob Marley, Buju Banton, Mavado

Kalash, de son vrai nom Kevin Valleray, né le à Strasbourg, dans le Bas-Rhin[1], est un chanteur et rappeur français[2].

BiographieModifier

Enfance religieuseModifier

Kalash est né le à Strasbourg où son père Ralph Valleray était venu poursuivre ses études de philosophie et d'histoire avant de devenir professeur de philosophie dans un lycée adventiste à Sainte-Luce en Martinique. Il quitte la métropole avec ses parents, âgé de deux mois. Il passe son enfance dans une atmosphère religieuse au sein de l'Église adventiste du septième jour, de par son père[3], qui a aussi étudié la théologie en Jamaïque durant 4 ans, comme ses deux oncles pasteurs et théologiens Guy et Joël Valleray. Sa mère, Murielle née Filin remariée au champion de voile traditionnelle, Joseph Mas alias Athon, est une infirmière diplômée d'État, infirmière libérale en Martinique.

Kalash passe ses 4 premières années d'enfance à la Cité Dillon, quartier populaire de Fort-de-France. Suite à la séparation de ses parents en 1994, il vivra au Saint-Esprit, puis dans la commune du François.

L'enfance de Kalash est musicalement marquée par la figure de Bob Marley dont son père est un fervent admirateur.

Kalash effectue presque toute sa scolarité en institutions adventiste du septième jour : école primaire de Kerlys puis, le collège/lycée Rama à Monésie Sainte-Luce. Il en garde une profonde imprégnation religieuse et surtout une foi intense en Dieu[4]. Sa dernière année d'études secondaires en terminale fut au Lycée Schoelcher.

Kalash a bien été immergé dans un milieu religieux mais, toute son évolution ultérieure manifeste une totale liberté par rapport aux Églises.

Ses trois titres, Only God can judge me, 4 croisées et surtout Selon moi, expriment cette dimension religieuse et spirituelle.

Premiers pas dans le dancehallModifier

Kalash débute dans le milieu underground en 2003, apparaissant dans plusieurs compilations de dancehall. Influencé par les chanteurs (Bounty Killer,Admiral T...) de son époque et le folklore martiniquais, il se lance très jeune dans la musique. Grâce à ses premières compositions telles que Pran Pié ou encore Mama, il se fait de plus en plus connaître et apprécier par le public caribéen. Le , sort son premier album éponyme sur le label Chabine Prod. En 2011, Kalash remporte le prix SACEM martiniquais de la catégorie Reggae Dancehall pour sa chanson Pran Pié[5]. En , il sort son deuxième album 2 #Classic[6].

Kaos disque d'orModifier

En , sort le single Bando aux allures de gangsta rap, le single rencontre un grand succès et Kalash se fait relayer par Booba qui l'exposera à la scène hexagonale, et collaborera à deux reprises sur l'album à venir de Kalash.

Le sort Kaos le 3e album de Kalash avec des pistes variant entre rap et dancehall. L'album atteint la 4e place du top album français en s'écoulant à 7 034 exemplaires lors de sa première semaine d'exploitation[7]. L'album est certifié disque d'or en [8].

Mwaka Moon

Le 4e morceau de l'album éponyme rencontre un franc succès dès sa sortie il reste notamment 9 semaines le titre le plus streamé en France, est certifié single de diamant moins de 3 mois après sa sortie et cumule actuellement plus de 230 millions de vues sur Youtube. Ce titre en featuring avec l'artiste belge Damso bat en 2017 tous les records en restant 93 jours d'affilés titre le plus streamé sur la plateforme Spotify. Il est d'ailleurs reconnu comme le titre le plus streamé à l'internationale et demeure pour l'instant le plus gros succès des deux artistes.

Faits de violencesModifier

Dans la nuit du 13 au , Kalash et Admiral T sont placés en garde à vue pour violences aggravées. Il leur est reproché d'avoir agressé trois policiers, manifestement en état d'ivresse. Les deux chanteurs contestent cette version et affirment avoir été victimes de violence policière. Le , ils sont libérés et placés sous contrôle judiciaire. Leur dossier a été renvoyé en instruction[9]. Kalash sera jugé pour les motifs suivants : ivresse manifeste, violences sur une fonctionnaire de police (2 jours d'ITT), coups de pied, coups de poing, projection au sol, violences sur un fonctionaire de police, gifles, radio et lunettes arrachées, outrage à une fonctionnaire de police[10].

Il a été arrêté dans la nuit du à Paris après avoir embouti plusieurs voitures sur les Champs-Elysées avec une Porsche[11]. Il a été placé en garde à vue pour outrage et rébellion envers personne dépositaire de l’autorité publique. Il sera jugé le 19 septembre 2019 devant le tribunal de Paris pour délit de fuite[12] mais dépose plainte contre la police pour violences policières qui lui auraient entraîné une fracture du nez et deux dents cassées[13].

Condamnation pour possession d'arme illégaleModifier

Il est condamné le , à une peine de six mois de prison avec sursis pour possession sans autorisation d'une arme de catégorie B. L'arme, d'une valeur de 2 000 euros, fut découverte par la police lors d'une perquisition de domicile effectuée en [14].

Vie privéeModifier

Il est père d'un garçon, prénommé Éthan, né le . Marié avec Ingrid Littré[15], ancienne Martinique Queens (en) et finaliste Miss Monde 2009, ils donnent naissance à leur fille, Iéva, née le [16]. Il se sépare d'Ingrid Littré vers [17].

DiscographieModifier

Albums studioModifier

MixtapesModifier

  • 2012 : Special K Vol.1 (avec Lieutenant et L-A-S-Nico)
  • 2014 : Special K Vol.2 (avec Lieutenant, L-A-S-Nico, Riddla et Soumia)

CompilationsModifier

  • 2012 : Deluxe Edition
  • 2014 : Le coffret hits 2009-2014

RééditionsModifier

  • 2011 : Kalash (Collector Edition)
  • 2013 : 2 #Classic (Collector Edition)

Notes et référencesModifier

  1. Morgane G., « 7 choses que vous ignoriez sur Kalash et sa musique », Trace TV, (consulté le 1er août 2016)
  2. « Kalash, chanteur : « On n'a pas encore touché la limite d'inspiration » », France-Antilles, (consulté le 1er août 2016)
  3. « Ralph Valleray | Auteur - TheBookEdition », sur www.thebookedition.com (consulté le 2 novembre 2019)
  4. « Exclu Vidéo : Kalash : "Jeune, je me suis retrouvé livré à moi-même sans toit fixe !" », sur Public.fr (consulté le 2 novembre 2019)
  5. « Résultats de Prix SACEM 2011 à l'Atrium de la Martinique », sur argenteuil-etsonquartierdesmusiciens.hautetfort.com, (consulté le 1er août 2016)
  6. http://www.reggae.fr/lire-article/3186_Kalash---2classic-.html
  7. « Kalash : les chiffres de ventes de son album « Kaos » », sur booska-p.com, (consulté le 6 août 2016).
  8. « Kalash disque d'or avec l'album « Kaos » », France-Antilles, (consulté le 6 août 2016)
  9. http://la1ere.francetvinfo.fr/2014/11/16/liberes-sous-controle-judiciaire-admiral-t-et-kalash-sont-mis-en-examen-207090.html
  10. http://www.guadeloupe.franceantilles.fr
  11. « La toile se déchaîne après l'arrestation de l'artiste martiniquais Kalash », sur Martinique La 1ère, (consulté le 31 mars 2019)
  12. « Kalash sera jugé en septembre », sur France-Antilles Martinique, (consulté le 31 mars 2019)
  13. « Après son interpellation sur les Champs-Élysées, le rappeur Kalash porte plainte contre la police », sur Le Figaro, (consulté le 31 mars 2019)
  14. « Kalash a commis une erreur, il l'a reconnue », France-Antilles, (consulté le 25 mai 2017)
  15. Prisma Média, « Ingrid Littré - La biographie de Ingrid Littré avec Gala.fr », sur Gala.fr (consulté le 1er novembre 2019)
  16. « Kalash et Ingrid parents d'une petite fille », sur www.rci.fm (consulté le 1er novembre 2019)
  17. « Kalash et Ingrid c'est fini, le chanteur le confirme dans une vidéo », sur People Bo Kay, (consulté le 10 novembre 2019)