Kajsa Ollongren

femme politique néerlando-suédoise

Kajsa Ollongren
Illustration.
Kajsa Ollongren en 2022.
Fonctions
Ministre néerlandaise de la Défense
En fonction depuis le
(10 mois et 28 jours)
Premier ministre Mark Rutte
Gouvernement Rutte IV
Prédécesseur Henk Kamp
Vice-Première ministre

(1 an, 7 mois et 27 jours)
Premier ministre Mark Rutte
Gouvernement Rutte III
Prédécesseur Wouter Koolmees
Successeur Sigrid Kaag

(2 ans et 6 jours)
Premier ministre Mark Rutte
Gouvernement Rutte III
Prédécesseur Lodewijk Asscher
Successeur Wouter Koolmees
Ministre des Affaires intérieures et des Relations au sein du Royaume

(1 an, 8 mois et 27 jours)
Premier ministre Mark Rutte
Gouvernement Rutte III
Prédécesseur Raymond Knops (nl)
Successeur Hanke Bruins Slot

(2 ans et 6 jours)
Premier ministre Mark Rutte
Gouvernement Rutte III
Prédécesseur Ronald Plasterk
Successeur Raymond Knops (en)
Bourgmestre d'Amsterdam
(intérim)

(20 jours)
Prédécesseur Eberhard van der Laan
Successeur Eric van der Burg (intérim)
Biographie
Nom de naissance Karin Hildur Ollongren
Date de naissance (55 ans)
Lieu de naissance Leyde (Pays-Bas)
Nationalité Néerlandaise
Suédoise
Parti politique D66
Diplômée de Université d'Amsterdam
École nationale d'administration
Profession Haute fonctionnaire
Résidence Amsterdam

Kajsa Ollongren
Bourgmestres d'Amsterdam

Karin Hildur Ollongren, dite Kajsa Ollongren, née le à Leyde (Hollande-Méridionale), est une femme politique néerlando-suédoise. Membre du parti Démocrates 66 (D66), elle est ministre de la Défense des Pays-Bas depuis le dans le quatrième cabinet de Mark Rutte.

Elle est bourgmestre d'Amsterdam par intérim en 2017, vice-Première ministre des Pays-Bas et ministre des Affaires intérieures et des Relations au sein du Royaume de 2017 à 2019 et à nouveau entre 2020 et 2022 dans le troisième cabinet Rutte.

BiographieModifier

Carrière professionnelleModifier

Diplômée en histoire de l'université d'Amsterdam et passée par l'École nationale d'administration en France[1], Kajsa Ollongren entre dans la fonction publique en , en tant que spécialiste de l'Europe centrale et orientale du ministère des Affaires économiques (EZ). Promue conseillère parlementaire au sein du ministère, elle devient directrice de l'intégration et la stratégie européenne en 2001.

Elle est élevée au poste de directrice générale adjointe en , puis secrétaire générale adjointe du ministère des Affaires générales (AZ), l'administration du Premier ministre, en . En , elle devient secrétaire générale.

Parcours politiqueModifier

Présente à la cinquième place sur la liste des Démocrates 66 aux élections législatives de 2006, le scrutin est un échec cuisant, puisque le parti ne récolte que trois mandats de représentants à la Seconde Chambre. Lors des élections municipales de , Kajsa Ollongren est élue conseillère municipale d'Amsterdam. Le suivant, elle est désignée échevin et première adjointe du bourgmestre Eberhard van der Laan, chargée des affaires économiques, du port, de l'aéroport, de la culture, des médias locaux et des monuments. Ce dernier lui délègue la gestion de la mairie le , après que la maladie le contraint à se retirer. À sa mort le , elle devient bourgmestre d'Amsterdam par intérim.

Le , Kajsa Ollongren prend ses fonctions en tant que vice-Première ministre des Pays-Bas (aux côtés de Hugo de Jonge et Carola Schouten) et ministre des Affaires intérieures et des Relations au sein du Royaume dans le troisième cabinet du Premier ministre libéral Mark Rutte. Pour la première fois depuis Annemarie Jorritsma et Els Borst, 19 ans plus tôt, deux femmes accèdent à ce rang dans un gouvernement néerlandais. Le représentant nationaliste Martin Bosma appelle rapidement à l'inculpation de Kajsa Ollongren pour séparatisme, en raison de propos qu'elle tient plus tôt dans l'année, lorsqu'elle estime que la formation d'une république indépendante à Amsterdam peut se trouver à l'horizon puisque « l'arrivée de Wilders en tant que Premier ministre […] n'a peut-être jamais été aussi proche »[2].

Elle est rapidement critiquée pour son soutien à la loi visant à abolir la possibilité pour des citoyens de demander l'organisation d'un référendum sur certaines loi votées par les parlementaires, au résultat non contraignant. Cette mesure est présente dans l'accord de coalition alors que son parti soutient l'introduction d'un référendum au résultat contraignant. La loi, soutenue par les partis de la coalition et motivée par les partis opposés au référendum, est adoptée par une courte majorité en [3]. En , une majorité à la Seconde Chambre vote en faveur de la mise en place d'un plan pour aboutir à des référendums aux résultats contraignants, plus tard appuyée d'une majorité à la Première Chambre[4],[5].

Kajsa Ollongren se met en retrait du gouvernement pour raisons médicales en novembre suivant, se voyant attribuer la fonction de ministre sans responsabilité alors que Wouter Koolmees devient vice-Premier ministre et Raymond Knops (en), secrétaire d'État au ministère des Affaires intérieures et des Relations au sein du Royaume, la remplace à sa tête. La ministre de la Défense Ank Bijleveld reçoit la supervision de l'Algemene Inlichtingen- en Veiligheidsdienst (AIVD) dans ses attributions. Kajsa Ollongren fait son retour à la fonction en avril 2020, puis à son poste de vice-Première ministre le mois suivant. En juin 2020, elle devient le premier membre du gouvernement à faire l'objet d'une motion de défiance à la Première Chambre depuis 1875. Les sénateurs ne sont pas satisfaits de sa politique concernant les loyers, mais ne vont pas jusqu'à voter une motion de censure[6].

Vie privéeModifier

Fille d'un professeur d'informatique, Kajsa Ollongren grandit à Oegstgeest dans le nord de la province de Hollande-Méridionale. Résidant à Amsterdam, elle est ouvertement lesbienne et mariée. Elle possède également la nationalité suédoise par sa mère[7].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier