Ouvrir le menu principal

K (film, 1997)

film d'Alexandre Arcady, sorti en 1997

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir K.

K est un film franco-allemand réalisé par Alexandre Arcady, sorti en 1997.Il est adapté d'un roman de Guy Konopnicki (Pas de Kaddish pour Sylberstein). Le scénario évoque le passé nazi de l'Allemagne doublé d'une intrigue policière.

SynopsisModifier

Samuel Bellamy, jeune inspecteur de police, est lié d'amitié avec Joseph Katz, un vieux brocanteur juif rescapé des camps de la mort. Samuel et Joseph aiment jouer aux échecs, mais un matin dans le magasin de Joseph, alors que Samuel venait de perdre contre ce dernier, un Allemand entre dans la brocante. Joseph reconnaît Rudi Guter, un ancien officier SS qui a massacré sa famille pendant la guerre. Guter reconnaît Joseph à cause d'une tache de naissance derrière son oreille gauche. Les deux hommes se battent dans le magasin alors que Samuel essaye de gagner la brocante pour tenter de les arrêter. Mais trop tard, Guter, n'étant pas venu seul, appelle ses hommes au secours, Katz sort un pistolet et l'abat sous les yeux de Sam. Katz finalement arrêté par la police, Sam doit se charger de l'amener au commissariat mais ne voulant pas qu'il soit jugé, il libère son vieil ami et veut le confier à son père qui doit partir en Israël. Peu de temps après, les hommes de Guter retrouvent Katz dans le magasin du père de Sam. Katz parvient à s'échapper mais il est retrouvé mort le soir même après que son magasin a explosé. En fait, celui que Samuel prend pour Joseph n'est qu'un ancien Nazi. Ce dernier a pris toutes les apparences d'un Juif pratiquant, qui connaît les rites juifs et le yiddish. Ce Katz a éliminé Guter qui était sur ses traces et travaillait depuis pour le KGB, et l'ex RDA. Après plusieurs péripéties, Samuel découvre la supercherie et exécute Katz. Katz étant un ancien nazi, le Kaddish , prière des morts juifs, ne pouvait décemment pas être récité pour ce criminel.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

CommentairesModifier

Alexandre Arcady explique le titre en disant que K c'est « comme killer, Kafka, Koweït, KGB, kaddish ... ».

Autour du filmModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Patrick Glâtre, Val-d'Oise, terre de tournage, Cergy-Pontoise, Comité du Tourisme et des Loisirs du Val-d'Oise, , 118 p., p. 81.

Liens externesModifier