Julia Channel

actrice pornographique française

Julia Channel (parfois créditée sous les noms de Julia Chanel[1], Lydia Chanel ou Julia Show), née Julia Pinel[2] le à Paris, est une actrice, animatrice de télévision et chanteuse française, d'origine malienne par son père et italienne par sa mère[3], actrice pornographique dans les années 1990.

Julia Channel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (46 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Cheveux
Site web

Notice biographiqueModifier

Métisse africaine d'origine, Julia Channel est la benjamine d'une famille de 5 enfants. Son enfance débute dans un petit appartement de 10-12 m2 dans le 18e arrondissement de Paris[4], puis sa famille déménage en Seine-Saint-Denis à Neuilly-sur-Marne.

Après avoir eu son bac L, elle prépare quelque temps un DEUG de philosophie et d'italien à la Sorbonne[5] et travaille comme serveuse[4].

Carrière érotique et pornographiqueModifier

Elle commence sa carrière érotique comme mannequin en posant pour la marque de maillots de bain Oncle Sam ainsi que pour des magazines tels que Playboy ou Penthouse. En , elle tourne dans son premier film pornographique amateur, La Baise dans le monde, de Pierre B. Reinhard.

Six mois plus tôt, en , répondant à une annonce de l'agence Clara Casting, et après un casting chez Pierre Woodman, elle démarre à l'âge de dix-huit ans une prolifique carrière qui l'amènera a tourner environ 120 films en 5 ans. D'abord en Allemagne, sous la direction de Nils Molitor, puis en France (Laetitia, Marc Dorcel, Alain Payet, Michel Ricaud), aux États-Unis (Andrew Blake), et en Italie (Mario Salieri, Joe D'Amato). On notera également son apparition en 1995 dans le clip censuré de la chanson Cours vite du groupe Silmarils, aux côtés de Draghixa et Zabou.

En 1996, malgré une proposition avantageuse du studio américain Vivid, Julia arrête définitivement sa carrière dans le porno en se disant bouleversée par un reportage réalisé pour le journal Hot Vidéo sur le sida au Congo et inquiète pour sa propre santé car le préservatif n'était pas très populaire sur les tournages de l'époque[5].

ReconversionModifier

L'heure de la reconversion arrive et elle est engagée pour tourner dans plusieurs films traditionnels comme Les Truffes (1995), où elle joue aux côtés de Jean Reno, Frères (1994), Coup de vice (1996) aux côtés de Samy Naceri et Recto/Verso (1999) aux côtés de Smaïn. Elle se produit également dans une trentaine de téléfilms érotiques diffusés sur M6.

Elle crée également des services audiotel payants dans plusieurs pays européens et se produit dans un show très hot qui parcourt la planète. On lui propose alors d'animer des émissions sur MCM (coprésentatrice de Zoom Zoom puis elle obtient sa propre émission : Dédicaces). La chaine Canal+ fait appel à elle en 1999 pour animer une émission, Sans queue ni tête, sur son site Internet. L'émission s'avère être un succès et Julia lance alors son propre site afin de se rapprocher de ses fans. Puis elle présente Le Journal du hard, toujours sur la chaine cryptée, dont elle est la première ex-hardeuse à être la présentatrice. Cependant, elle n'arrive pas à présenter l'émission en faisant prévaloir ses conceptions et arrête six mois plus tard.

Elle apparaît ensuite dans des clips de hip-hop et déclare conserver un bon souvenir de sa carrière d'actrice pornographique. Elle présente aussi Hip hop Channel sur MCM[6]. Julia Channel a aussi fondé un site de rencontres pour célibataires, nommé mecacroquer.com.

Le , elle publie une autobiographie : L'enfer vu du ciel[7] (éditions Blanches). La sortie de ce livre est l'occasion pour elle de monter sur scène et commencer une reconversion dans la musique[7] après un premier titre sorti en 2002, « pas extraordinaire » selon elle[7].

En , Julia Channel sort son premier clip All I Want issu de son futur premier album Colors[8].

En , elle met au monde un fils nommé Ayden, et prévoit de se marier en octobre[9].

En , le single Never let me down est diffusé avec son clip[6]. Après plusieurs reports de sortie, l'album est proposé en digital fin [10].

Elle a été en couple avec l'animateur Alexandre Devoise[11].

DiscographieModifier

Album[12]Modifier

Singles[13]Modifier

RécompensesModifier

Filmographie sélectiveModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Ce pseudonyme, avec un seul n, a été écarté à la suite d'une requête de la société Chanel qui souhaitait éviter toute confusion avec sa marque (cf. Star du X n° 11 juillet-août 2007, P. 46.)
  2. (en) Julia Channel sur l’Internet Movie Database.
  3. Cf. notice biographique sur le site officiel. Toutefois, selon d'autres sources comme Le Cinéma X de Jacques Zimmer, elle serait d'origine égyptienne.
  4. a et b Émission tout le monde en parle du 15 septembre 2001 - Interview de Julia Channel à propos de sa vie et de sa carrière par Thierry Ardisson
  5. a et b Op. Cit., site officiel
  6. a et b Julia Channel fait du passé table rase - Gala, le 19 septembre 2013
  7. a b et c [/!\ SITE POUR ADULTES] Julia Channel en showcase au VIP Room Hot Vidéo, publié le 21 mars 2008
  8. [/!\ SITE POUR ADULTES] Découvrez le premier clip de Julia Channel Hot Vidéo, publié le 7 décembre 2010
  9. Julia Channel : In Love de son bébé Ayden et bientôt mariée - Purepeople.com, le 17 mai 2013
  10. « Julia Channel, son nouvel album "Colors" », sur 24matins.fr, (consulté le 12 septembre 2020).
  11. « Julia Channel en a fini avec le parfum de scandale », Var-Matin, 25 août 2011
  12. « Colors (De-Luxe Edition) par Julia Channel », sur Apple Music (consulté le 12 septembre 2020).
  13. http://www.juliachannel.com/cd-covers.html
  14. Palmarès des Hots d'or
  15. Julia Channel : Nouvelle diva des dance floor

Liens externesModifier