Jules Chanoine

général français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chanoine (homonymie).
Jules Chanoine
Colonel Charles Sulpice Jules Chanoine 1883.jpg
Jules Chanoine en 1883.
Fonction
Ministre de la Guerre
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
BaudementVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom officiel
Charles Sulpice Jules ChanoineVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Allégeance
Formation
Activités
Militaire, homme politiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Sulpice-Jules Chanoine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Beau-parent
Fratrie
Adrien-Jean-Albert Chanoine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Autres informations
Membre de
Grade militaire
Général de division (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Distinctions
Tombe de Chanoine (division 8).JPG
Vue de la sépulture.

Jules Chanoine, né à Dijon le 18 décembre 1835 et mort le 9 janvier 1915 à Baudement, est un général français, ministre de la guerre sur une courte période de l'année 1898, lors de l'affaire Dreyfus.

BiographieModifier

FamilleModifier

Il est né au domicile de ses parents, au 25 rue Berbisey, et est le fils de Sulpice Jules Chanoine, procureur du Roi au tribunal de première instance de Dijon (il finit sa carrière en tant que conseiller à la Cour d'appel de Dijon, chevalier de la Légion d'honneur) et de Marie Flore André son épouse. Il est le petit-fils d'un officier de cavalerie sous le Premier Empire. Il est issu de la famille fondatrice de la maison de champagne Chanoine Frères.

Le 21 décembre 1870 à Paris, il épouse Marguerite Frossard, fille du général Charles Auguste Frossard, gouverneur du prince impérial (fils de l'empereur Napoléon III). Il a de cette union trois fils, tous élèves à l’École de Saint-Cyr, dont le capitaine Julien Chanoine et le général Jacques Chanoine, et trois filles (Henriette, Germaine et Madeleine).

Carrière militaireModifier

Entré à l’École de Saint-Cyr à 16 ans et demi, il en sort dans le corps d’état-major puis, à la suppression de ce dernier en 1880, passe dans la cavalerie.

Il s’illustre en Algérie et en Chine — il est nommé chevalier puis promu officier de la Légion d’honneur à respectivement 20 et 24 ans — avant de mener la première mission militaire française au Japon en 1867.

 
La mission au Japon dirigée par Jules Chanoine. Alors capitaine, il est au centre de la photo; son adjoint Jules Brunet est 2d en partant de la droite, au premier rang.

Attaché militaire à Saint-Pétersbourg puis à Pékin, commandant la 1re division d’infanterie, il reste très longtemps général de brigade (près de huit ans), pénalisé par le classement de l’arme de la cavalerie alors qu’il exerce un commandement d’infanterie.

Carrière politiqueModifier

Passé général de division, il sera l’un des éphémères ministres de la Guerre (de septembre à octobre 1898) du cabinet d'Henri Brisson pendant l’affaire Dreyfus. Après sa démission, sans avertissement, à la tribune de la Chambre le 25 octobre, ce qui a provoqué la chute du gouvernement le 26[1], le général Chanoine occupe plusieurs emplois et missions jusqu'à sa retraite en 1900.

Il fut également membre de la Société académique de l'Aube.

Il est inhumé dans le caveau familial du cimetière du Père-Lachaise.

DécorationsModifier

Décorations françaises :

  • grand officier de la Légion d'honneur ;
  • officier de l’Instruction publique ;
  • médaille de Chine ;
  • médaille coloniale avec agrafe Algérie ;
  • médaille commémorative de la campagne de 1870-71.

Décorations et ordres étrangers :

  • chevalier de première classe de l'ordre de Sainte-Anne de Russie ;
  • commandeur de l'ordre du Soleil levant (Japon) ;
  • commandeur de l'ordre impérial du Dragon d'Annam ;
  • ordre du Trésor sacré de première classe (Japon) ;
  • croix de Saint-Stanislas (Russie) de 2e classe ;
  • ordre de la Couronne de fer d’Autriche de 2e classe ;
  • ordre du Christ du Portugal de 2e classe.

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Paul Desachy Répertoire de l'affaire Dreyfus 1894-18999,page 216

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :