Ouvrir le menu principal

Joseph Gauthier (maître de forges)

maître de forges français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joseph Gauthier (homonymie) et Gauthier.
Joseph Gauthier
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Fratrie

Joseph Gauthier (1787-1847) est un célèbre maître de forges franc-comtois[1].

BiographieModifier

Il fut surnommé le « Napoléon des forges » en raison de ses initiatives nombreuses. Il appartient à une lignée[2] de maîtres de forges puis d'industriels franc-comtois au début du XIXe siècle (Montagney-Servigney, Châtillon-sur-Lison, Bart). Il est lié au courant fouriériste par sa sœur, Clarisse Gauthier[3], épouse de Pierre Vigoureux[4] disciple de Charles Fourier [1] et belle-mère de Victor Considérant, disciple également de Fourrier et son continuateur après le décès de celui-ci en 1837.

  • En 1820, Joseph rallume le haut fourneau de Montagney-Servigney, qui appartenait au marquis de Grammont.
  • Il amodie successivement vingt-cinq établissements francs-comtois, l’ampleur de son action lui vaudra son surnom.
  • Il réside principalement à Beaumotte-Aubertans.
  • En 1833, conseiller général du canton de Montbozon (Haute-Saône)
  • Mais la belle histoire se termine par la ruine en 1841.

RéférencesModifier

  1. Jean-Paul Jacob (dir.) et Michel Mangin, De la mine à la forge en Franche-Comté : des origines au XIXe siècle, Paris, Les Belles lettres, coll. « Série archéologie » (no 37), , 313 p. (ISBN 978-2-251-60410-7, OCLC 301430388, lire en ligne), p. 149-150
  2. Jean-Claude Dubos, Une famille de Maître de Forges, les Gauthier, Bull. Soc. Agric. Haute Saône 17, 1984, p. 61-114
  3. Clarisse Vigoureux (préf. Jean-Claude Dubos), Parole de providence, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Dix-neuvième », , 176 p. (ISBN 978-2-876-73169-1, OCLC 414828724, lire en ligne)
  4. (en) Frank Manuel, Richard T Bienvenu et Mordechai Feingold, In the presence of the past: essays in honor of Frank Manuel, Kluwer, (OCLC 463545044)