Joni Ernst

sénatrice des États-Unis pour l'Iowa depuis 2015

Joni Ernst
Illustration.
Portrait officiel de Joni Ernst (2020).
Fonctions
Sénatrice des États-Unis
En fonction depuis le
(6 ans et 7 mois)
Élection 4 novembre 2014
Réélection 3 novembre 2020
Circonscription Iowa
Législature 114e, 115e, 116e et 117e
Groupe politique Républicain
Prédécesseur Tom Harkin
Sénatrice de l'Iowa

(3 ans, 10 mois et 23 jours)
Élection
Réélection
Circonscription 12e district
Prédécesseur Kim Reynolds
Successeur Mark Costello
Biographie
Nom de naissance Joni Kay Culver
Date de naissance (51 ans)
Lieu de naissance Red Oak (Iowa, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain
Diplômée de Université d'État de l'Iowa
Columbus State University (en)
Religion Luthérienne[1]

Joni Kay Ernst, née Culver le à Red Oak (Iowa), est une femme politique américaine, membre du Parti républicain et sénatrice de l'Iowa au Congrès des États-Unis depuis 2015.

BiographieModifier

Mandats locaux en IowaModifier

Militaire de carrière avec le grade de lieutenant-colonel et membre du Parti républicain, elle est élue dans l'Iowa au poste d'auditeur (Auditor) du comté de Montgomery en 2004 et réélue en 2008. Elle entre au Sénat de l'Iowa en 2011 lors d'une élection spéciale visant à pourvoir le siège laissé vacant par Kim Reynolds (12e district), qui vient d'être élue lieutenant-gouverneur de l'État. Ernst est réélue en 2012, pour un mandat plein.

Sénatrice des États-UnisModifier

 
Joni Ernst à la Conservative Political Action Conference (CPAC) de 2016).

Elle devient sénatrice des États-Unis pour l'Iowa à l'issue des élections sénatoriales de 2014, lors desquelles elle bat Bruce Braley, candidat du Parti démocrate, par 52,1 % des voix face à 43,8 %. Succédant au démocrate Tom Harkin, ne se représentant pas à un sixième mandat, elle est la première femme à représenter l'État au Congrès et la première femme vétéran entrant au Sénat des États-Unis.

En 2016, elle est citée comme possible candidate du Parti républicain au poste de vice-président des États-Unis pour la campagne présidentielle de 2016 au côté de Donald Trump, mais refuse finalement cette possibilité[2]. En 2019, elle devient vice-présidente de la Conférence républicaine du Sénat, cinquième personnage dans l'ordre protocolaire du groupe parlementaire, succédant à Roy Blunt. Lors des élections de 2020, elle est réélue avec plus de facilité que ce que les sondages laissent prévoir : elle obtient 51,8 % des suffrages contre 45,2 % à la démocrate Theresa Greenfield, tandis que les républicains gagnent trois des quatre districts congressionnels de l'État alors qu'ils n'en détiennent qu'un avant le scrutin.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier