Ouvrir le menu principal

Johann Schneider-Ammann

personnalité politique suisse
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ammann.

Johann Schneider-Ammann
Illustration.
Photo officielle de Johann Schneider-Ammann (2016)
Fonctions
114e conseiller fédéral

(8 ans et 2 mois)
Élection
Réélection 14 décembre 2011
9 décembre 2015
Prédécesseur Hans-Rudolf Merz
Successeur Karin Keller-Sutter
Chef du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche

(8 ans et 2 mois)
Prédécesseur Doris Leuthard
Successeur Guy Parmelin
Président de la Confédération suisse

(un an)
Élection
Vice-président Doris Leuthard
Prédécesseur Simonetta Sommaruga
Successeur Doris Leuthard
Conseiller national

(10 ans, 10 mois et 25 jours)
Législature 46e (1999-2003)
47e (2003-2007)
48e (2007-2011)
Successeur Peter Flück
Biographie
Nom de naissance Johann Niklaus Schneider
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance Sumiswald, canton de Berne (Suisse)
Origine Hasle bei Burgdorf (canton de Berne)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique Parti libéral-radical
Profession entrepreneur
Conseillers fédéraux de Suisse
Présidents de la Confédération suisse

Johann Niklaus Schneider-Ammann, né le à Sumiswald[1], est un entrepreneur et homme politique suisse, membre du Parti libéral-radical. Il est conseiller fédéral du au [2] et président de la Confédération suisse en 2016.

Sommaire

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Schneider-Ammann étudie le génie électrique à l'École polytechnique fédérale de Zurich et y obtient son diplôme en 1977. En 1982-1983, il obtient un MBA à l'Institut européen d'administration des affaires de Fontainebleau.

Il a terminé son service dans l'armée suisse en 2002 avec le grade de colonel EMG. Il commandait le régiment d'infanterie de montagne 17.

Carrière professionnelleModifier

En 1978, il devient chef de projet chez Oerlikon-Bührle puis rejoint en 1981 la société familiale de son épouse, Katharina Schneider-Ammann (née Ammann), d'abord comme secrétaire général puis, dès 1990, en tant que président d'Ammann Group. Depuis la participation d'Ammann Group dans l'assainissement du Mikron Technology Group en 2003, il est aussi président de son conseil d'administration ; il appartenait précédemment à cet organisme en tant que membre. Depuis 1998, il siège également au conseil d'administration de Swatch Group.

À partir de 1999, il préside l'Association suisse des industries mécanique, électrique et métallique Swissmem ; il est également vice-président de l'association Économiesuisse.

Carrière politiqueModifier

À l'automne 1999, Schneider-Ammann est élu au Conseil national puis réélu en 2003 et 2007. Il appartient à la commission de l'économie et des redevances.

Le , il annonce sa candidature au Conseil fédéral afin de succéder à Hans-Rudolf Merz[3] ; sa candidature est retenue par le groupe libéral-radical de l'Assemblée fédérale avec celle de Karin Keller-Sutter[4]. Le , il est élu devant l'UDC Jean-François Rime[5]. Le , il se voit attribuer le Département fédéral de l'économie[6].

Le , il est élu vice-président de la Confédération pour l'année 2015 par l'Assemblée fédérale, au côté de Simonetta Sommaruga, élue présidente[7]. Le , il est réélu conseiller fédéral pour quatre ans, avec 191 voix, puis il est élu président de la Confédération pour l'année 2016 avec 196 voix [8].

Il participe à la réunion du Groupe Bilderberg de 2017[9] ainsi qu'à celle de 2018[10].

Le , il annonce sa démission du Conseil fédéral pour la fin 2018[2].

Vie privéeModifier

Schneider-Ammann est marié et a deux enfants. Il est originaire de Hasle bei Burgdorf et vit à Langenthal, dans le canton de Berne.

Notes et référencesModifier

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Johann Niklaus Schneider-Ammann » (voir la liste des auteurs).
  1. « Biographie de Johann Schneider-Ammann », sur le site web de l'Assemblée fédérale suisse.
  2. a et b Bernard Wuthrich, « Johann Schneider-Ammann s’en va à fin décembre », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2018)
  3. « Johann Schneider-Ammann se lance dans la course », sur tsr.ch (consulté le 18 août 2010)
  4. « Une politicienne et un patron pour le PLR », 24 heures,‎ (lire en ligne)
  5. « Démission des conseillers fédéraux Moritz Leuenberger et Hans-Rudolf Merz - Election des successeurs », sur parlement.ch (consulté le 22 septembre 2010)
  6. Yves Petignat, « La grande rocade », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  7. « Élue avec brio, Simonetta Sommaruga plaide la concordance », 24heures.ch, 3 décembre 2014
  8. « Johann Schneider-Ammann élu président », Tribune de Genève, 9 décembre 2015
  9. « Johann Schneider-Ammann a rencontré Wilbur Ross », Bilan,‎ (lire en ligne)
  10. « Participants | Bilderberg Meetings », sur www.bilderbergmeetings.org (consulté le 2 janvier 2019)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :