Johann Samuel König

mathématicien allemand
Johann Samuel König
Description de l'image Konig Samuel.jpeg.
Naissance
Büdingen (Comté d'Isembourg-Büdingen-Büdingen)
Décès (à 45 ans)
Zuilenstein (Pays-Bas)
Nationalité Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Domaines Mathématiques, physique
Renommé pour Théorèmes de König (mécanique)
Théorème de König-Huyghens

Johann Samuel König (également orthographié Kœnig), né le à Büdingen, mort le à Zuilenstein, est un mathématicien allemand.

BiographieModifier

Fils de Samuel-Henri Kœnig, pasteur et professeur à Berne, König devient l'élève de Jean Bernoulli et donne une traduction en français des Éléments d'Euclide[1]. Dans ce livre[2], se fait sentir l'héritage du formalisme de Pierre Hérigone et de François Viète[réf. souhaitée].

Présenté par Maupertuis, il enseigne les mathématiques à la marquise du Châtelet, et la convertit aux vues de Leibniz, en dépit de Voltaire.

Il devient, vers 1745, professeur de philosophie à Franeker, et en 1749 professeur de philosophie et de droit naturel à La Haye.

Il est correspondant de l'Académie des Sciences de Paris à partir de 1740 et membre de l'Académie de Berlin en 1749[3].

Querelle de MaupertuisModifier

Membre de l’Académie de Berlin, König eut à subir un procès intenté dans l'Académie de Berlin par Maupertuis, son ancien ami devenu président de cette académie, à cause du principe de moindre action dont Maupertuis s’attribuait l’invention[4]. Maupertuis ayant dénoncé comme un faux une lettre de Leibniz dont König avait cité un fragment, il s'ensuivit un scandale qui vit Voltaire publier, en défense de König[5], un de ses pamphlets les plus comiques[6], puis quitter abruptement Berlin, où il était pensionné par Frederic II, après que l'Académie de Berlin eut, sur le rapport d'Euler, condamné König. Pourtant la lettre[7], « toute leibnitienne de style et d'esprit[8] », est depuis l'enquête de Gerhardt reconnue authentique[9],[10],[11].

PublicationsModifier

  • Johann Samuel König, Élémens de géometrie contenant les six premiers livres d'Euclide, [lire en ligne].
  • Johann Samuel König, Appel au public du jugement de l'Académie Royale de Berlin, sur un fragment de Lettre de Mr. de Leibnitz cité par Mr. Koenig, Leide, Elie Luzac fils, (lire en ligne)

BibliographieModifier

RéférencesModifier

  1. Antoine-Alexandre Barbier, Dictionnaire historique,p. 1585 [lire en ligne].
  2. Johann Samuel König, Élémens de géometrie contenant les six premiers livres d'Euclide, p. 371 [lire en ligne]
  3. Louis Couturat, La logique de Leibniz d'après des documents inédits, Paris, Alcan, (lire en ligne), p. 577.
  4. Couturat, La logique de Leibniz, p. 577 : « König soumit à Maupertuis, à la fin de 1750, le manuscrit d'un mémoire où il critiquait le principe de la moindre action, et où il avançait que Leibniz en avait déjà eu l'idée, sans vouloir par là diminuer le mérite et contester l'originalité de Maupertuis, et en lui en faisant au contraire honneur. Maupertuis le lui rendit sans l'avoir lu, en l'assurant qu'il ne voyait aucun inconvénient à ce qu'il fût publié (König lui avait même offert de le supprimer s'il déplaisait à Maupertuis) ».
  5. Voir les lettres de Voltaire : 18 septembre 1752, Réponse d'un académicien de Berlin à un académicien de Paris (« Voici l’exacte vérité qu’on demande... », lire sur wikisource) ; 17 novembre 1752, à M. König (lire sur wikisource).
  6. Histoire du docteur Akakia et du natif de St-Malo (lire en ligne) que Frederic II fit brûler le 24 décembre 1852.
  7. Appel au Public, p. 166 (42) ; lettre du 16 octobre 1707 exposant le Principe de continuité en physique puis, sur la dimension d'Action : « J’ai remarqué que dans les modifications des mouvements, elle devient ordinairement un maximum ou un minimum ».
  8. Couturat, La logique de Leibniz, p. 579.
  9. Martial Gueroult, Leibniz - Dynamique et métaphysique suivi d'une Note sur le principe de la moindre Action chez Maupertuis, Aubier-Montaigne, Paris, 1967, p. 215 (réédition de Dynamique et métaphysique leibniziennes, Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 1935).
  10. (en) O'Connor & Robertson, The Berlin Academy and forgery, University of St Andrews, Ecosse (lire en ligne).
  11. C. I. Gerhardt concluait ainsi en 1898 son enquête sur cette lettre : « La lettre est écrite par Leibniz. Il est également prouvé, avec une probabilité proche de la certitude, qu’elle était adressée à Varignon [et non à Hermann] » (Über die vier Briefe von Leibniz, die Samuel König in dem Appel au public veröffentlicht hat (Sur les quatre lettres que Samuel König a publié dans son Appel au Public), Sitzungsberichte der Königlich Preußischen Akademie der Wissenschaften, I, pp. 419-427 (lire en ligne).


Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier