Ouvrir le menu principal

Jens Esmark

minéralogiste dano-norvégien

Jens Esmark, né le 31 janvier 1763 et mort le 26 janvier 1839, était un professeur de minéralogie dano-norvégien. Il a contribué à plusieurs découvertes et analyses conceptuelles sur les glaciers ; il a en particulier développé l'idée que les glaciers avaient recouvert de larges régions dans le passé[1].

Sommaire

BiographieModifier

Jens Esmark est né à Houlbjerg (da) en Aarhus au Danemark. Il rejoint la communauté d'exploitation minière de l'argent à Kongsberg en Norvège et étudie à l'académie minière locale. Il finit ses études à Copenhague et est accepté en tant que géomètre-expert. À partir de 1797, Esmark est chargé de cours de minéralogie à l'académie minière de Kongsberg. En 1814, il devient le premier professeur en géologie à l'université d'Oslo et est décrit comme un « pionnier en géologie glaciaire » par le professeur de géologie du Quaternaire et glaciologie Bjørn G. Andersen (en)[2].

En août 1801, Esmark effectue la première ascension du Snøhetta, point culminant du massif du Dovrefjell dans le sud de la Norvège[3]. La même année, il mène la première expédition à Bitihorn (en), une petite montagne à l'extrémité sud du Jotunheimen. En 1810, il est la première personne à atteindre le Gaustatoppen dans le comté de Telemark, en Norvège également.

En 1824, Jens Esmark émet la théorie selon laquelle les glaciers avaient été par le passé plus larges et plus épais, et avaient recouvert une grande partie de la Norvège et des fonds marins adjacents[4]. Il a aussi attribué les blocs erratiques et moraines aux déplacements et dépôts de glaciers. Il a été le premier à reconnaître les glaciers comme un important facteur d'érosion dans la formation des fjords norvégiens[5].

Jens Esmark a joué un rôle important dans l'histoire et l'héritage culturel de la minéralogie. Il a introduit le nom de « norite » pour une variété de gabbro à partir du nom norvégien pour la Norvège, Norge[6].

Sur l'île de Løvøya (en), son fils Hans Morten Thrane Esmark a découvert les premiers spécimens d'un minéral noir, la thorite, qui a abouti à la découverte du thorium[7]. Son fils lui a également fourni un nouveau minéral qu'il a trouvé à Arendal en Norvège, qu'il nomma datolite en 1806 d'après un mot grec signifiant « diviser », en référence à la structure granulaire des premiers spécimens étudiés[8].

En 1825, le professeur Jens Esmark est élu membre de l'Académie royale des sciences de Suède. En 1832, il est fait chevalier de l'ordre de Vasa.

En 1813, le minéralogiste et géologue allemand Johann Friedrich Ludwig Hausmann nomme une variété de datolite « esmarkite » en son honneur. En 1840, le minéralogiste suédois Axel Joachim Erdmann nomme une variété de fahlunite « esmarkite » ; en 1853, Esmark lui retourne la faveur en nommant une variété de mélanocérite « erdmannite ».

Œuvres choisiesModifier

  • (de) Jens Esmark, Kurze Beschreibung einer mineralogischen Reise durch Ungarn, Siebenbürgen und das Bannat, Freyberg,
  • (no) Jens Esmark, Reise fra Christiania til Trondhjem,

Notes et référencesModifier

  1. (no) « Jens Esmark », sur Store norske leksikon (consulté le 10 mai 2014)
  2. (en) Bjørn G. Andersen, « Jens Esmark — a pioneer in glacial geology », Boreas, vol. 21, no 1,‎ , p. 97–102 (DOI 10.1111/j.1502-3885.1992.tb00016.x)
  3. (en) Ivar B. Ramberg, Inge Bryhni, Arvid Nøttvedt et Kristin Rangnes, The Making of a Land — Geology of Norway, Trondheim, Norsk Geologisk Forening, (ISBN 978-82-92-39442-7, lire en ligne), p. 133
  4. (en) William James Burroughs, Climate Change in Prehistory: The End of the Reign of Chaos, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-82409-5), p. 22-24
  5. (en) « Birth of the Glacial Theory », sur academic.emporia.edu (consulté le 10 mai 2014)
  6. (en) Péter Rózsa, Miklós Kázmér et Gábor Papp, « Activities of volcanist and neptunist 'natural philosophers' and their observations in the Tokaj Mountains (NE Hungary) in the late 18th century (Johann Ehrenreich von FICHTEL, Robert TOWNSON and Jens ESMARK) », Földtani Közlöny, Budapest, vol. 133, no 1,‎ , p. 125-140 (lire en ligne)
  7. (en) « The Thorite Hole », sur mindat.org (consulté le 11 mai 2012)
  8. (en) « Datolite », sur mindat.org (consulté le 11 mai 2014)

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

BibliographieModifier

  • (en) Frank F. Cunningham, James David Forbes: Pioneer Scottish glaciologist, Edinburgh, Scottish Academic Press, , 340 p. (ISBN 978-0707303208)

Liens externesModifier