Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Socquet.
Jeanne Socquet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Drapeau : France Française
Activité
Formation
Mouvement

Jeanne Socquet, née le à Paris, est une artiste peintre néo-expressionniste[1] et mosaïste française[2].

Sommaire

BiographieModifier

Suivant la volonté de ses parents et à l’encontre de son désir de s'orienter vers la peinture, Jeanne Socquet, aînée de quatre enfants est en 1945 placée en apprentissage conduisant à un C.A.P. de couture3.[3]. À l'âge de 21 ans elle quitte le domicile familial, loue une modeste chambre et dispense des cours dans une école de couture tout en étant élève des cours de dessin de la ville de Paris, de l'Académie de la Grande Chaumière, puis de l'École nationale supérieure des beaux-arts[4] de Paris.

Jeanne Socquet épouse en 1956 l'architecte Louis Seignon dont elle a fait la connaissance à l'École des beaux-arts, qu'elle accompagne dans son métier, avec qui elle voyage et visite les musées européens et dont elle a un fils né en 1957 et qu'elle élèvera seule après le décès, dans les années 1960, de Louis Seignon dans un accident de voiture[3].

A partir de 1960 sa peinture se tourne vers les « vieilles femmes », les marginales, les solitaires, les enfermées des hôpitaux psychiatriques, les exclues de la beauté. Il s'agit d'une importante suite de portraits néo-expressionnistes brossés de la sorte, nommés, classés, situés (comme Amandine, n°11, pavillon Charcot) dont les formats, carrés, identiques, sont susceptibles de renforcer le sentiment d'enfermement

Au-delà de ces thèmes qui sont énoncés dans les titres et annonces d'expositions (Jeanne Socquet, peindre la solitude[5], La folie peinte par Jeanne Socquet[6]), les visages de Jeanne Socquet, qui ne sont pas sans capacité de bouleverser, de susciter malaise et compassion, offrent à Jean-Marie Tasset de voir en ces toiles « l'œuvre néo-expressionniste qui exprime le mieux le malaise de notre société »[1].

Appartenant au groupe militant de femmes artistes La Spirale fondé en 1972 par Charlotte Calmis[7], Jeanne Socquet a coécrit avec Suzanne Horer et publié en 1973 un livre intitulé La création étouffée, non dénué d'audience[8] et doublement analysé comme un manifeste féministe et un hommage à la féminité dans la création et la sublimité tant mystique (Christine de Pisan) que littéraire (Madame de Lafayette), scientifique (Marie Curie) ou artistique (Simone Mary)[9].

Réception critiqueModifier

  • « Jeanne Socquet est un peintre à qui l'histoire de l'art fera une place singulière, elle est un peintre pour qui la solitude est comme une condition existentielle, une manière de condition humaine - peintre figuratif dont l'œuvre est fortement expressive, et dans laquelle l'expression douloureuse prend forme et invite à une réflexion critique. » - Jacques Leenhardt[10]
  • « Cette peinture qu'elle fait, je vois que c'est une très grande peinture. » - Marguerite Duras[11]
  • « Ainsi Socquet frappe et jette sur la toile les catatoniques hébétées, les débiles mentaux, les noires schizophrènes et les bienheureux de la démence précoce. » - Armand Lanoux[12]
  • « Vision étrange, émouvante, de ces figures épaisses, incrustées dans la banalité, mais happées telles quelles avec leurs grosses mains dans les tourbillons lyriques d'une peinture implacable. » - Viviane Forrester[réf. nécessaire]
  • « Ses personnages sont des figures, des incarnations d'une certaine condition humaine avec ses mythologies et ses métamorphoses […] Ainsi, le peintre découvre en son for intérieur une réalité nouvelle : son isolement est celui de la foule solitaire, et paradoxalement l'introspection de Jeanne Socquet débouche sur un nouveau réalisme. » - Jean-Marie Tasset[1]
  • « Entre peintures, collages, boîtes en tous genres, c'est un univers à part, un espace d'expression où l'époque n'a plus d'importance et a laissé place à la vérité des visages, visages sans masques qui dégoulinent de couleurs et d'expressivité. » - Bertrand Scholler[réf. nécessaire]

Ouvrages illustrésModifier

PublicationsModifier

  • La création étouffée, en collaboration avec Suzanne Horer, Éditions Pierre Horay, 1973[14].
  • Son prochain comme soi-même, roman, Éditions La Bruyère, Paris, 2014.
  • Les Contes du Whisky délicieux sous la pluie, Éditions La Bruyère, 2015.
  • L'enfance de Celestine, Éditions La Bruyère, 2016.

Œuvres dans les collections publiquesModifier

ExpositionsModifier

Personnelles
  • 1958, avril-mai 1959[16], 1962, 1965 : galerie Dauphine, Paris.
  • 1968 : galerie Jean-Claude Bellier, Paris[17].
  • 1969 : galerie Saint-Placide, Paris.
  • 1970, 1971, 1973, 1974, 1975 : galerie Valérie Schmidt, Paris.
  • 1973 : Centre éducatif et culturel, Yerres (avec Alkis Pierrakos et Jean-Claude Bernath).
  • 1977, 1979 : Le petit format, galerie Principe, Paris.
  • 1978 : galerie du Lurcernaire, Paris.
  • 1981 : galerie Arcadia Paris.
  • 1981, 1982, 1984 : galerie Jacques Massol, Paris.
  • juin 1982, 1986 : galerie Jaquester, Paris.
  • 1989 : galerie Pierrette Morda, Paris
  • 1989 : hôtel de ville, Hambourg.
  • 1990 : Kelly Gallery, Glasgow.
  • 1990 : Maison des Femmes, Cergy-Pontoise.
  • 1991, 1993 : galerie Philippe Gand, Paris.
  • 1992: librairie des Océanes, Pornichet.
  • 1996, 1997, 1998 : galerie Béatrice Soulié, Paris.
  • 2001 : espace Le Rocher, La Tresne, Bordeaux.
  • 2002, 2004, 2005 : galerie Figure, Paris.
  • 2006, université de Lille, Villeneuve-d'Ascq.
  • Décembre 2007: agence BNP du 15e arrondissement de Paris[18].
  • Février-mars 2012 : Jeanne Socquet, la solitude de l'homme dans ce monde et dans son monde, Atelier Z, Paris[5],[19].
  • Août 2012 : espace Christiane Peugeot, Paris[1].
  • Novembre 2012 : Jeanne Socquet, les Folles, Atelier Z, Paris[6].
  • 2013 : espace Belleville CFDT, Paris.
  • avril-mai 2015 : galerie 55 Bellechasse, Paris (avec Alexis Mitelberg)[20],[21].
expositions collectives et Salons

RécompensesModifier

  • 1963 : prix de Barbizon.
  • 1981 : prix Drouant.
  • 2003 : prix de la ville de Monaco.

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Jean-Marie Tasset, l'œuvre de Jeanne Socquet exprime le mieux le malaise de notre société. Présentation de l'exposition Artiste du mois : Jeanne Socquet, espace Christiane Peugeot, Paris, août 2012.
  2. (en)Benezit
  3. a et b Sous la direction de Christian Bard, Dictionnaire des féministes - France, XVIIIe-Modèle:XXie siècle, Presses universitaires de France, 2017.
  4. « Jeanne Socquet », in Dictionnaire Bénézit, t.12, Gründ, 1999, p.936.
  5. a et b Jean-Marie Tasset, , Jeanne Socquet, peindre la solitude de l'homme dans ce monde et dans son monde, présentation de l'exposition sur artaujourdhui.info.
  6. a et b Présentation de l'exposition Atelier Z, La folie peinte par Jeanne Socquet Textes de Patricia Cadorel et Jean-Marie Tasset.
  7. « La Spirale », Artension, n°9, sur fanfg.canalblog.com.
  8. Marie-Jo Bonnet, Les femmes artistes dans les avant-gardes, Odile Jacob, 2006, pp. 87 à 95.
  9. La création étouffée, notice sur lepapillondeslivrescerclerenevigo.wordpress.com.
  10. Jacques Leenhardt, Connaître la peinture de Jeanne Socquet, coll. dirigée par Jacques Dopagne.
  11. Citée par Jean-Pierre Delarge dans « Jeanne Socquet », in Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains.
  12. Armand Lanoux, Jeanne Socquet, [catalogue], galerie Jean-Claude Bellier, 1968.
  13. Présentation de New-York balafres, sur evene.lefigaro.fr.
  14. Éliane Boucquey, analyse critique, La création étouffée de S. Horer et J. Socquet, sur persee.fr.
  15. La collection Signatures de femmes de l'Association Camille
  16. Journal de l'Amateur d'art, n°230, 25 avril 1959, page 6.
  17. Jeanne Socquet, « interview à propos de son exposition à la galerie Jean-Claude Bellier », émission Arts d'aujourd'hui, France Culture, 23 mars 1968.
  18. Jacqueline Peker, Jeanne Soocquet a exposé…,, décembre 2007, sur jacquelinepeker.com.
  19. Atelier Z, photographies de l'exposition Jeanne Socquet, février-mars 2012, sur jukoaccess.blogspot.fr.
  20. Présentation de l'exposition Galerie 55 Bellechasse, 2015, sur parisetudiant.com.
  21. Présentation de l'exposition Galerie 55 Bellechasse, 2015, sur parisbouge.com.
  22. Les participants au Salon des peintres témoins de leur temps, sur masmoulin.blog.lemonde.fr.

[1]

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Armand Lanoux et Jacques Leenhardt, Jeanne Socquet, édition Galerie Jean-Claude Bellier, 1968.
  • Marguerite Duras, Outside, Éditions Albin Michel, 1981, et P.O.L., 1984.
  • Jacques Leenhardt, Connaître la peinture de Jeanne Socquet, Éditions Jacques Dopagne, 1986.
  • Maud Tabachnik, Socquet, collection « Passeport », Éditions Fragments, 1996.
  • Gérard Xuriguera, Regard sur la peinture contemporaine, Arted, 1983.
  • Philippe Guérin, Jacques Marthelot et Claude Polibarbe, ABC Kunstschule Paris, dans Lehrbuch der Techniken, Jeanne Socquet, Jean Feugereux, Claude Nadel, édition Hamburg Axel Andersson Akademie, 1990.
  • Alain Vircondelet, Duras, biographie, Éditions François Bourin, 1991.
  • Jean-Claude Cheval et Alain Blot, Entretien avec Jeanne Socquet, Pornichet, Éditions Librairie des Océanes, 1992.
  • Isaure de Saint-Pierre, « Jeanne Socquet : son regard d'absence », Supérieur Inconnu, n°8, octobre 1997.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Paris, Éditions Gründ, 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Paris, Éditions Gründ, 2001.
  • Marie-Jo Bonnet, Les femmes dans l'art, Éditions de la Martinière, 2004.
  • Diane Quinby, « De l'art et du féminisme en France dans les années 1970 », Archives de féminisme, n°8, décembre 2004.
  • Marie-Jo Bonnet, Les femmes artistes dans les avant-gardes, Paris, Éditions Odile Jacob, 2006.
  • Cathy Fourez (Université de Lille), « Naufrages du corps ou le corpus de la nausée dans les “Paysages solitaires à Juârez” de Jeanne Socquet », in Norah Giraldi-Dei-Cas, Fatiha Idmhand et Cathy Fourez, « Lieux et figures de la barbarie », Comparatisme et Société, n°8, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang éditeur, 2012.
  • Fabienne Dumont, « Jeanne Socquet : peintures de femmes maîtresses d'elles-mêmes », in Des sorcières comme les autres, Presses universitaires de Rennes, 2014, p.273.
  • Sous la direction de Christian Bard, avec la collaboration de Sylvie Chaperon, Dictionnaire des féministes - France, XVIIIe-XXIe siècle, Presses universitaires de France, 2017.

Liens externesModifier