Jean Wagner

personnalité politique française

Jean Wagner
Fonctions
Député 1945-1955
Gouvernement Quatrième République
Groupe politique SFIO
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 62 ans)
Résidence Haut-Rhin

Jean Wagner (Colmar, 1894 - Mulhouse, 1956) est un homme politique français.

BiographieModifier

Syndicaliste et membre de la section SFIO de Mulhouse, il était, au lendemain de la Première Guerre mondiale, une des trois personnalités dominantes du socialisme dans cette ville, avec Eisenring et Auguste Wicky. Ce dernier ayant été élu en 1925 à la tête de la municipalité, Wagner fut un de ses adjoints jusqu’en 1940, et de 1944 à 1947.

Candidat aux élections législatives de 1936, il fut battu par le candidat de droite, l'industriel Alfred Wallach. Wagner organisa néanmoins un "comité du Front Populaire" afin de pouvoir manifester le soutien de l'action du gouvernement de Léon Blum par les socialistes mulhousiens.
Wallach ayant démissionné, une élection législative partielle fut organisée en . À nouveau candidat, Wagner ne fut battu que de 550 voix par le radical antimarxiste Joseph Féga, la candidature de ce dernier ayant été appuyée par des mouvements et des personnalités allant du centre-droit à l'extrême-droite.

Chassé de la municipalité par les nazis en 1940, Jean Wagner retrouva son mandat à la Libération ().
Premier adjoint d'Auguste Wicky, il remplaça le maire lorsque ce dernier, affaibli par la maladie, eut choisi de démissionner (). C'est lors de ce mandat par intérim que la commune de Bourtzwiller fut rattachée à Mulhouse ().
Si la municipalité fut dominée par les gaullistes après les élections municipales d'octobre 1947, ce furent les socialistes qui remportèrent le plus grand nombre de sièges lors des élections d'avril 1953. Jean Wagner fut par conséquent élu maire.
Or, son parti n'était que relativement majoritaire (13 conseillers sur 37), face à des élus MRP (10 sur 37), gaullistes et indépendants qui contestèrent la prépondérance socialiste en boycottant un conseil municipal ainsi privé de quorum. Pour mettre fin à cette crise, un accord d'"entente municipale" fut conclu le , aboutissant à un partage équitable des postes d'adjoint entre les partis représentés au conseil municipal, dépolitisant ainsi la gestion des affaires communales mulhousiennes.

Élu enfin député en octobre 1945 avec son ami Édouard Richard maire de Colmar, Jean Wagner présida la commission de l'Intérieur à l'Assemblée nationale à partir de 1952. Député-maire de Mulhouse, il œuvra pour la reconstruction de la ville, n'hésitant pas à intervenir en haut lieu pour obtenir les crédits nécessaires.

Il mourut d'une crise cardiaque le .

HommagesModifier

Un ensemble urbain, la cité Jean-Wagner (plus couramment appelé « cité Wagner »), fut baptisé en hommage au maire socialiste.

BibliographieModifier

Liens externesModifier