Jean Saint-Geours

haut fonctionnaire et écrivain français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Geours.

Jean Saint-Geours, né le à Bordeaux et mort le dans la même ville, est un haut fonctionnaire, banquier et écrivain français.

BiographieModifier

Fils de Jean Saint-Geours, fonctionnaire, et Anne de Vernon[1], Jean Jacques Charles[2] Saint-Geours naît le à Bordeaux[3]. Il est de « culture protestante »[3].

FormationModifier

Après avoir fait ses classes aux lycées Claude-Bernard et Janson-de-Sailly, il obtient une licence en droit puis un diplôme d'études supérieures (DES) en droit public et économie politique[4], et un diplôme de l'École libre des sciences politiques[1], puis est élève de l'École nationale d'administration (ENA) dans la promotion Nations-Unies (1949), dont il sort major.

Haut fonctionnaireModifier

Il est successivement inspecteur des Finances (1950), conseiller et chargé de mission auprès de divers ministères français, directeur adjoint à la direction du Trésor, chargé du service des études économiques et financières puis directeur de la Prévision au ministère de l'Économie et des Finances (1965), directeur général adjoint (1968) puis directeur général du Crédit lyonnais (1970-1975), président-directeur général du groupe Sema-Metra (1976-1982), président — auprès de François Bloch-Lainé — du Crédit national (1982), président du Crédit industriel et commercial et président de la Commission des opérations de bourse (1989-1995)[2],[3]. Enfin, il préside la Cinémathèque française de 1991 à 2000[3].

Parallèlement à ces activités, il donne (1960-1981) un cours d'économie politique — ou il « développ[e] comparaisons et références internationales[3] » — à l'Institut d'études politiques (Sciences Po) et enseigne à l'École des hautes études commerciales de Paris (HEC)[2].

Il est admis à la retraite le [2].

ÉcrivainModifier

Il est l'auteur de plusieurs essais politiques et économiques[4]. La Revue d'économie financière en jugera certains — parmi lesquels Pouvoir et finance, L’Impératif de la coopération Nord-Sud et L’Éthique aux énarques — « prémonitoires »[5]. A contrario, Alain de Benoist qualifie son éloge de la société de consommation[6], fait avec un « lyrisme juvénile », de « théorie pour le moins nuageuse »[7].

Il a également écrit de nombreux romans (dont La Caverne, primé par l'Académie française en 2008)[3].

Activités associativesModifier

Membre du club de Rome, administrateur de la revue de prospective Futuribles[5], il est président (1988-1992) puis administrateur de la fondation Beaumarchais[1].

Vie privéeModifier

Marié à Yvonne Monnier, il a trois fils : Frédéric, Jean-Philippe et Yves[1]. Il pratique à titre d'amateur le rugby, qui lui « occasionne plusieurs fractures »[3], et est « passionné de musique et de cinéma »[3].

MortModifier

Il meurt le dans sa ville natale, à l'âge de 90 ans[3].

ŒuvresModifier

  • Jean Saint-Vernon, Les Traîtres : roman, Paris, Julliard, , 207 p. (notice BnF no FRBNF32598708)
  • Jean Saint-Vernon, Les Visages contre la vitre : roman, Paris, Julliard, , 203 p. (notice BnF no FRBNF33163755)
  • Jean Saint-Vernon, Les Morphèvres : roman, Paris, Julliard, , 241 p. (notice BnF no FRBNF33163754)
  • Jean Saint-Vernon, Les Masques de famille : roman, Paris, Julliard, , 217 p. (notice BnF no FRBNF33163753)
  • Jean Saint-Geours, La Politique économique des principaux pays industriels de l'Occident, Paris, Sirey, coll. « Politiques économiques », (réimpr. 1973), VIII + 576 p. (notice BnF no FRBNF33163377)
  • Jean Saint-Geours, Vive la société de consommation, Paris, Hachette, , 256 p. (notice BnF no FRBNF35376966)
  • Jean Saint-Geours, Pour une économie du vouloir, Paris, Calmann-Lévy, , 205 p. (ISBN 2-7021-0159-3, notice BnF no FRBNF34705121)
  • Jean Saint-Geours, L'Élection de Turdigal : roman, Paris, Tchou, , 207 p. (notice BnF no FRBNF34616379)
  • Jean Saint-Geours, La Société de consommation, Paris, Le Livre de poche, coll. « Le Livre de poche » (no 5 335), , 413 p. (ISBN 2-253-02450-3, notice BnF no FRBNF34652867)
  • Jean Saint-Geours (dir.) et al., Pour une croissance économe en énergie : étude, Bruxelles-Luxembourg, Office des publications officielles des Communautés européennes, coll. « Études : énergie » (no 4), , 129 p. (ISBN 92-825-1591-5, notice BnF no FRBNF35673025)
  • Jean Saint-Geours, Pouvoir et Finance, Paris, Fayard, , 231 p. (ISBN 2-213-00722-5, notice BnF no FRBNF36271700)
  • Jean Saint-Geours, L'Impératif de coopération Nord-Sud : la cynergie des mondes, Paris, Dunod, , 124 p. (ISBN 2-04-0107-16-9, notice BnF no FRBNF34859869)
  • Jean Saint-Geours, L'Ultime Mort de Carlo Moore : roman, Paris, Robert Laffont, , 166 p. (ISBN 2-221-04435-5, notice BnF no FRBNF34751817)
  • Jean Saint-Geours, La Ville au cœur, Paris, Christian Bourgois, , 317 p. (ISBN 2-267-00398-8, notice BnF no FRBNF34771660)
  • Jean Saint-Geours, Éloge de la complexité, Paris, Economica, , 192 p. (ISBN 2-7178-1270-9, notice BnF no FRBNF34947267)
  • Jean Saint-Geours, Le Taureau masqué : roman, Paris, Julliard, , 205 p. (ISBN 2-260-00551-9, notice BnF no FRBNF34957459)
  • Jean Saint-Geours (préf. Pierre Bérégovoy), Moi et nous : politique de la société mixte, Paris, Dunod, , 158 p. (ISBN 2-10-001536-2, notice BnF no FRBNF36660005)
  • Jean Saint-Geours, Les Marchés financiers : un exposé pour comprendre, un essai pour réfléchir, Paris, Flammarion, coll. « Dominos » (no 22), , 126 p. (ISBN 2-08-035184-2, notice BnF no FRBNF35687185)
  • Jean Saint-Geours, La Vie dans tous les sens : roman, Paris, Jean-Claude Lattès, , 298 p. (ISBN 2-7096-1415-4, notice BnF no FRBNF35711242)
  • Jean Saint-Geours, Laisse tes dieux tranquilles, Paris, Jean-Claude Lattès, , 256 p. (ISBN 2-7096-1640-8, notice BnF no FRBNF35816254)
  • Jean Saint-Geours, L'Éthique aux énarques, Paris, Presses universitaires de France (PUF), coll. « Politique d'aujourd'hui », , 239 p. (ISBN 2-13-048338-0, notice BnF no FRBNF36161625)
  • Jean Saint-Geours, Absent, Monaco-Paris, Le Rocher, coll. « Littérature », , 197 p. (ISBN 2-268-04585-4, notice BnF no FRBNF39012566)
  • Jean Saint-Geours, Prospective et Volonté, Paris, Futuribles, analyse et prospective, , 172 p. (ISBN 2-84387-298-7, notice BnF no FRBNF39222818)
  • Jean Saint-Geours, La Caverne, Biarritz, Atlantica-Séguier, , 299 p. (ISBN 978-2-7588-0090-3, notice BnF no FRBNF41236096)
  • Jean Saint-Geours, Témoignage sur la spoliation des Français juifs : histoire et mémoire, 1940-2000, Paris, Le Manuscrit, coll. « Essais et documents », , 155 p. (ISBN 978-2-304-01820-2, notice BnF no FRBNF41423424)
  • Jean Saint-Geours, Augustin et le futur antérieur, Biarritz, Atlantica, , 140 p. (ISBN 978-2-7588-0269-3, notice BnF no FRBNF42079955)

DistinctionsModifier

Prix

Décorations

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g et h « Jean Saint-Geours », sur whoswho.fr.
  2. a b c et d « Saint-Geours Jean Jacques Charles », dans Fabien Cardoni, Nathalie Carré de Malberg et Michel Margairaz (dir.) et al., Dictionnaire historique des inspecteurs des finances, 1801-2009 : dictionnaire thématique et biographique, Paris, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, coll. « Histoire économique et financière de la France : animation de la recherche », (ISBN 978-2-11-097521-8, notice BnF no FRBNF42775114), p. 915-916.
  3. a b c d e f g h i et j Louis Schweitzer, « Jean Saint-Geours : haut fonctionnaire », Le Monde,‎ , p. 47 (lire en ligne).
  4. a et b « Saint-Geours, Jean/Crédit lyonnais », sur chsp.sciences-po.fr.
  5. a et b « In memoriam Jean Saint-Geours », sur aef.asso.fr.
  6. Saint-Geours 1971, Vive la société de consommation, op. cit.
  7. « La société de consommation », dans Alain de Benoist, Vu de droite : anthologie critique des idées contemporaines, Paris, Le Labyrinthe, (lire en ligne), p. 311-314.
  8. « Jean Saint-Geours », sur academie-francaise.fr.

Liens externesModifier