Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Legros.
Jean Legros
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Drapeau : France Française
Activité
Formation
Études universitaires en philosophie et psychologie
Maître
Mouvement
Influencé par
Fratrie
Lucien Legros (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jean Legros est un artiste peintre abstrait géométrique né le 19 février 1917 rue des Plantes dans le 14e arrondissement de Paris, mort le 7 novembre 1981 à Malakoff (Hauts-de-Seine). Il fut également sculpteur et créateur de cartons de vitraux.

Sommaire

BiographieModifier

Jean Legros baigne dès l'enfance dans un univers artistique: les amitiés de son père, chef de bureau au Ministère des finances, se nomment entre autres André Derain, Jules Pascin, Charles Despiau, Émile Othon Friesz et Francis Gruber. Si ses études l'orientent vers une licence de philosophie et un diplôme de l'Institut de psychologie de l'université Paris Descartes, si après la Seconde Guerre mondiale (frère aîné de Lucien Legros, l'un des cinq Martyrs du lycée Buffon fusillés en février 1943, il rejoint la Résistance et est arrêté), il passe un C.A.P. de berger et se consacre à ce métier pendant un an, il revient à la vocation de peintre, à laquelle l'avaient encouragé Paul Éluard, Henri Laurens, Ossip Zadkine et Adolphe Péterelle, pour, s'installant alors au 83, rue Daguerre (s'y liant d'amitié avec une co-habitante, la cinéaste Agnès Varda), participer aux salons parisiens à partir de 1947 avec une peinture encore figurative[1]. Professeur de dessin à Paris, passant ses étés en Touraine où les paysages resteront sa source d'inspiration essentielle de la décennie 1950, il n'en poursuit pas moins, en 1949, sa formation auprès de Jean Dewasne. De son union avec Micheline Tieffry, native de Chalo-Saint-Mars, naît sa fille Marie en 1952.

Le tableau que Jean Legros peint en 1956 et qu'il intitule La fenêtre est vu par Jean-Pierre Delarge comme annonciateur de l'abstraction géométrique minimale qui va dominer son œuvre[2]. C'est en Touraine, confirment Jacques Busse et Alain Gründ[1], que Jean Legros semble s'orienter vers l'abstraction. Après sa seconde exposition à la Galerie Simone Heller, en 1956, il renonce aux expositions pour, dans une période solitaire de douze années (il s'installe en 1958 à Léouville, dans le Loiret), approfondir ses recherches: « pendant cette phase de recherches dans différentes directions, on remarque déjà la présence de peintures incluant des bandes, alors sans rigueur géométrique spéciale, comme générées par la seule sensibilité, mais surtout on est frappé par la subtilité chromatique qu'il développe à ce moment, comme pour concilier Bonnard, Jacques Villon et une formulation abstraite déjà austère »[1]

En 1973, s'ouvre pour Jean Legros, résidant désormais rue de la Vanne à Montrouge, la période de l'abstraction colorée purement géométrique. « Les couleurs, tantôt statiques ou tantôt dynamiques, qui s'allient ou au contraire glissent et se percutent, "se mettent en lumière", selon sa propre expression »[3]: Ce sont alors, de 1973 à 1981, les séries des Toiles à bandes, des Espaces biais, des Oiseaux-nuages, des Ronds musicaux, des Carrés tensifs, des Circuits colorés.

D'un tempérament solitaire, en réalité jamais consolé de l'immense chagrin que fut en 1943 la perte du jeune frère adoré (ce qu'en psychologue il appelait « l'angoisse du survivant »), Jean Legros n'a pas supporté de croire en l'incompréhension de son temps : malgré de vraies amitiés intellectuelles (Aurélie Nemours, Jean Leppien...), il n'a pas cru percevoir la large reconnaissance qui eût été pour lui la juste consécration d'une vie de recherches rigoureuses et d'une œuvre exigeante. « Il n'a pas su attendre », dira Aurélie Nemours. Le 7 novembre 1981, l'artiste, dont plus tard Roger Leloup affirmera « qu'il demeure en France ce qu'est Barnett Newman aux États-Unis »[4], choisit de quitter ce monde. Rejoignant la Beauce dont les paysages l'ont inspiré, Jean Legros repose au cimetière de Léouville.

ŒuvreModifier

Peintures, collages, sculpturesModifier

  • Assemblages en relief, bois peint et laiton, 1966-1970: « Ces reliefs-sculptures sont des combinaisons de rigueur géométrique et de fantaisie surréaliste issue de Jean Arp »[3].
  • Les symboles, pochoirs sur papier d'Arches Signal, Chemin dans la plaine, Les blés coupés, L'épaule, Diapason), 1970-1972.
  • Les grues de Beaubourg, réinterprétation par Jean Legros en peintures et collages minimalistes de ses photographies de grues mises en place à Beaubourg lors de la construction du Centre Georges-Pompidou, 1973.
  • Pure géométrie inaugurée par les Toiles à bandes, 1973-1981.
  • Tôles émaillées, 1974-1978.
  • Musiques, collages et peintures sur bois, 1978 (dont: Hommage à Alban Berg, œuvre conservée au Musée d'art et d'histoire de Cholet; Hommage à André Boucourechliev, œuvre en couverture du CD André Boucourechliev: Thrène - Texte I - Texte II - Concerto pour piano, Orchestre national de France/GRM[5]; Hommage à Karlheinz Stockhausen; Hommage à Arnold Schönberg; Hommage à Iannis Xenakis).

ÉcritsModifier

  • Carnets d'un peintre: peinture de bruit - peinture de silence, carnets I à XIX (1961-1965), extraits de 43 carnets journaliers de Jean Legros réunis par Madame Micheline Legros, préface de Germain Roesz, L'Harmattan, 2008. Extraits publiés dans la revue Les moments littéraires - La revue de l'écrit intime, no 9[6].
  • Essai d'une grammaire picturale pour aujourd'hui, texte inédit, 1975[1]
  • Correspondance Jean Legros - Aurélie Nemours[7].

Expositions personnellesModifier

  • Galerie Simone Heller, Paris, 1954, 1956.
  • Jean Legros - Reliefs et découpes, Musée des beaux-arts de Besançon, 1969.
  • Jean Legros - Estampes, Galerie Monique Prouté, Paris, de 1971 à 1981.
  • Galerie Visconti, Paris, de 1974 à 1981.
  • Musée Tavet-Delacour, Pontoise, 1986.
  • Musée des beaux-arts de Mulhouse, 1988.
  • Gaalerie Repères, Paris, à partir de 1988.
  • Hommage à Jean Legros - Œuvres 1973-1981, Centre culturel Noroit, Arras, 1997.
  • Jean Legros - Les toiles à bandes, Galerie Lahumière, Paris, 1997.
  • Galerie Cour carrée, Nancy, 1997.
  • Galerie Art-Gambetta, Metz, 1997.
  • Galerie Espace suisse, Strasbourg, 1997.
  • Andrei Nakov présente Jean Legros, Semaine musicale de Donaueschingen, Forêt-Noire, 1998[8].
  • Hommage à Jean Legros, Espace d'art contemporain Eugène-Beaudoin, Antony (soutien Galerie Nery Marino et Madame Marie Legros), Yvon Mutrel et Roger Leloup commissaires d'exposition), septembre 2012[4].
  • Galerie Lahumière, Paris, 2000, mars-mai 2013[9],[10].
  • Art'Loft, Forest (Bruxelles); mars 2014[11].
  • Vincent Wapler, puis Crait+Müller, commissaires-priseurs, et Cabinet Chanoit, expert, Ventes de l'atelier Jean Legros, Hôtel Drouot, Lundi 11 avril 2016[12] et vendredi 5 mai 2017.

Expositions collectivesModifier

Réception critiqueModifier

« Ne reste-t-il à voir que la couleur que l'énigme n'en continue pas moins à accompagner ce qui, à nos yeux, est présent dans les compositions de Jean Legros, intensément présent. L'énigme est au cœur de l'évidence. La couleur, Legros l'enserre, la canalise dans l'exacte géométrie des strates parfaites dont seule l'épaisseur varie: c'est pour la contraindre à accéder à un pouvoir qu'elle ne tiendra que d'elle. Autre façon de le dire: le peintre exige de lui-même qu'il sache obtenir que prenne place dans le visible une réalité jamais vue, qui soit constituée de couleur et rien d'autre, et qui, en dépit de cela, soit incontestable! Or, dès que cela a lieu, ce qui vient s'établir, s'affirmer dans le visible, entraîne avec soi la question abyssale de toujours: de quoi cela est-il l'apparence? Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien? » - Henri Raynal[20]

Musées et collections publiquesModifier

Collections privéesModifier

  • Fondation Marguerite Arp-Hagenbach, Bâle[23].
  • Philippe Delaunay[19].

BibliographieModifier

  • Jean Legros, Roger Leloup et Jean-Pierre Simon (avant-propos de Micheline Legros), Cahiers Jean Legros, n°1, Éditions J.M. Legros, Paris, 1982, 500 exemplaires numérotés enrichis chacun de trois sérigraphies originales de Jean Legros.
  • Eda Maillet et Andrei Nakov, Jean Legros, Éditions du Musée Tavet-Delacour, Pontoise, 1986.
  • Monique Fuchs, Roger Leloup, Andrei Nakov, Claude Rossignol et Jean Legros, Jean Legros, Éditions du Musée des beaux-arts de Mulhouse, 1988.
  • Dictionnaire de l'art moderne et contemporain, Hazan, Paris, 1992.
  • Hommage à Jean Legros, Éditions du Centre culturel Noroit, Arras, 1997.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999, article de Jacques Busse et Alain Gründ, Gründ, 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001[2].
  • Dictionnaire de la peinture, Larousse, 2003[24].
  • Marie Lapalus et Jean-François Biellmann, Jean-François Baltzen, Jean Legros, Marcelle Cahn - Entre amis, Éditions Ville de Mâcon, 2011[17].
  • Roger Leloup, Jean Legros, Éditions Galerie Lahumière, 2013[10].
  • Vincent Wapler (Mica S.A.R.L.), 16 place des Vosges à Paris, puis Crait+Müller, commissaires-priseurs, Catalogues de la vente de l'atelier Jean Legros, 11 avril 2016[3] et 5 mai 2017.

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d Jacques Busse et Alain Gründ, Jean Legros, in Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 8, pages 451 et 452.
  2. a et b Jean-Pierre Delarge, Jean Legros, in Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains
  3. a b et c Vincent Wapler (Mica S.A.R.L.), Jean Legros, textes extraits du catalogue, avril 2016
  4. a et b Claude Yvans, film Hommage à Jean Legros, Espace d'art contemporain Eugène-Beaudoin, Antony, 2012 Source: YouTube, duré: 31 min 23 s.
  5. Conservatoire de Paris, André Boucourechliev
  6. Climat d'aujourd'hui, Carnets de Jean Legros in Les moments littéraires - La revue d'écrit intime, no 9
  7. Galerie Nery Marino, Jean Legros, biographie
  8. Andrei Nakos et Jean Legros
  9. Galerie Lahumière, A propos de Jean Legros
  10. a et b Roger Leloup, Jean Legros, Galerie Lahumière, 2013
  11. Site visit.brussels, Art'Loft: Jean Legros, mars-avril 2014
  12. Atelier Jean Legros - Un minimaliste français in La Gazette de l'Hôtel Drouot, no 13, 1er avril 2016, page 84 (annonce) et no 16, 22 avril 2016, page 80 (compte-rendu).
  13. Jean-Michel Léglise, Les grues de Beaubourg vues par Jean Legros et Philippe Cousin, La Plume culturelle, bimedia lorrain, 26 mars 2010
  14. Reportage de Laurence Henner et Natassia Solovjovas, Les grues de Pompidou vues par Jean Legros et Philippe Cousin, LPC TV, mai 2010 Source: DailyMotion, durée: 6 min 41 s.
  15. Antoine Perrot, Un regard 1950-2010, présentation de l'exposition, Galerie Lahumière, 2010
  16. Marie-Aurore du Fornel, Conférence sur Jean Legros et Jean-François Baltzen, Le journal de Saône-et-Loire, 20 février 2011
  17. a et b Marie Lapalus et Jean-François Biellmann, Jean-François Baltzen, Jean Legros, Marcelle Cahn - Entre amis, Éditions Ville de Mâcon, 2011
  18. Musée d'Évreux, Intéfration géométrique 2011, dossier de l'exposition, 2011
  19. a et b Musée des beaux-arts d'Évreux, Et que l'aventure continue..., dossier de presse, 2014
  20. Henri Raynal, Innombrables sont les voies, in Revue du MAUSS permanente, 11 décembre 2014
  21. Frac Alsace, La collection hors-les-murs
  22. Museum Haus Konstrktiv, Les artistes de la collection
  23. Fondazione Marguerite Arp, La fondation et la personne Marguerite Arp-Hagenbach
  24. Jean Legros, in Dictionnaire de la peinture, Larousse, 2003