Jean Defrasne

Jean Defrasne (né le à Paris 17e et mort le à Besançon[1]) est un résistant, universitaire, historien, homme politique et écrivain pour la jeunesse français.

BiographieModifier

Jeunesse et résistance sous l'OccupationModifier

Jean Defrasne naît en 1924 à Paris. Son père, originaire du Haut-Doubs, est instituteur. En 1940, la famille déménage pour s'installer à Besançon où réside le grand-père de Jean, qui est horloger.

Pendant l'Occupation nazie, Jean Defrasne rejoint la Résistance lorsqu'il s'engage à l'âge de 17 ans parmi les Volontaires de la Liberté[2].

Carrière dans l'enseignement et à l'universitéModifier

Jean Defrasne fait ses études au lycée Henri-IV à Paris, puis intègre l'École Normale Supérieure de la rue d'Ulm. En 1947, il obtient l'agrégation d'histoire[3]. Il devient professeur au lycée Victor Hugo de Besançon. En 1967, il est affecté au lycée Pasteur, dans la même ville, en classe de lettres supérieures (classe préparatoire aux grandes écoles)[2]. Plus tard, il enseigne à la faculté de droit de Besançon (Université de Franche-Comté) jusqu'en 1986[2].

Il publie plusieurs ouvrages d'histoire consacrés à l'Occupation, aux gauches en France, aux associations.

Il est pendant un temps le président de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon et de Franche-Comté[2].

Carrière politiqueModifier

Après avoir pris part au mouvement résistant Volontaires de la Liberté sous l'Occupation, Jean Defrasne rejoint les Jeunesses socialistes[2]. Il est le dernier secrétaire fédéral de la SFIO avant la disparition du parti en 1969, puis devient le premier secrétaire fédéral du Parti socialiste à sa création.

En 1959, il devient adjoint au maire de Besançon, Jean Minjoz. Il conserve ce poste, adjoint de plusieurs maires successifs, jusqu'en 1989[2],[3]. En outre, Jean Defrasne préside un temps la société d’équipement du Doubs[2]. Ces responsabilités l'amènent à prendre l'initiative de nombreux travaux d'urbanisme à Besançon.

Vie privéeModifier

En 1946, Jean Defrasne épouse Marie-Louise. Le couple a trois enfants[2].

Jean Defrasne meurt le à Besançon à l'âge de 91 ans[2].

PublicationsModifier

Ouvrages d'histoireModifier

  • 1955 : Franche-Comté et Francs-Comtois
  • 1962, avec Michel Laran : Histoire, le monde de 1848 à 1914, Hachette
  • 1972 : La gauche en France, de 1789 à nos jours, collection "Que sais-je ?"
  • 1982 : Histoire de la collaboration, collection "Que sais-je ?"
  • 1985 : L'occupation allemande en France, collection "Que sais-je ?"
  • 1990 : L'antiparlementarisme en France
  • 1990 : Histoire d'une ville, Besançon : le temps retrouvé
  • 1995 : La vie associative en France, collection "Que sais-je ?"
  • 1999 : Battant, au pays des Bousbots (sur le quartier Battant à Besançon)
  • 2002 : Les Comtois : le pays, l'histoire, l'esprit, Cabedita, coll. Archives vivantes
  • 2004 : Histoire des associations françaises

Ouvrages pour la jeunesseModifier

  • 1951 : Contes et légendes de Franche-Comté
  • 1954 : Récits tirés de l'histoire de Rome
  • 1956 : Contes et légendes du Berry
  • 1960 : Épisodes et récits de la Renaissance
  • 1966 : Récits tirés de l'histoire de Byzance
  • 1969 : Contes et récits de la Méditerranée antique
  • 1972 : Récits de l'histoire de Carthage
  • 2002 : Monstres et merveilles de la Méditerranée antique
  • 2007 : Mystères et légendes au pays des dieux

DistinctionsModifier

DécorationModifier

RécompenseModifier

Notes et référencesModifier

  1. Relevé généalogique sur Geneanet
  2. a b c d e f g h i j et k Besançon : Jean Defrasne n’est plus, article de D. R. dans L'Est républicain le 19 novembre 2015. Page consultée le 5 avril 2021.
  3. a et b Notice de Jean Defrasne sur Data BNF (base de données de la Bibliothèque nationale de France). Notice consultée le 5 avril 2021.

Liens externesModifier