Ouvrir le menu principal
Jean Boisselier
Naissance
Paris
Décès (à 84 ans)
Nationalité Française
Pays de résidence France

Jean Boisselier est né le 26 août 1912 à Paris et mort en 1996 fut un spécialiste des Khmers, et en tant que membre de l'École française d'Extrême-Orient ou (EFEO) responsable de la restauration d'Angkor. Il est le fils du peintre et illustrateur militaire Henri Boisselier. Il répertoriat les pièces du site qui fut une base de données importantes pour les chercheurs[1]. Il entra tout d'abord aux Beaux-Arts pour y devenir professeur de dessins mais en ayant l'idée de se spécialiser dans les Arts Cambodgiens. Fait prisonnier pendant la guerre de 1940 à 1945, il enseigne le dessin et l'Art Khmer. Il suit l'enseignement de Philippe Stern et passe une thèse sur la statuaire Khmer. Membre de l'EFEO, en 1951, il devient directeur scientifique des travaux d'Angkor.

HistoireModifier

Jean Boisselier aurait découvert sa vocation pour l'Art et l'architecture du Sud-Est asiatique en admirant une publication d'une reproduction du temple d'Angkor Vat à l'occasion de l'exposition coloniale de Marseille en 1922. Jean Boisselier était petit-fils d'architecte et fils de peintre, il entre aux beaux-Arts pour y suivre des cours de dessins et devient professeur de dessin. Son souhait est de rejoindre l'École des Arts cambodgiens fondée par Georges Groslier. Mais avec la seconde guerre, il est appelé en tant qu'officier de réserve.

En 1949, il part seconder Henri Marchal à Angkor où il ne restera que quelques mois. Il est ensuite nommé conservateur du Musée de Phnom-Penh Membre de l'EFEO de 1949 à 1955.

Travaux de Classification de l'Art du ChampaModifier

Jean Boisselier participa à l'encodage et à la classification des styles historiques pour analyser l'art du Champā en collaboration avec Philippe Stern (l'Art du Champa en Annam et ses Évolutions, 1942) (Statuaire du Champā, 1963). Pour résumer leurs conclusions, l'historien d'art Jean-François Hubert a identifié au moins les styles suivants :

  • Mỹ Sơn E1 (VIIe au VIIIe siècle)
  • Dong Duong (IXe au Xe siècle)
  • Mỹ Sơn A1 (Xe)
  • Khuong My (Première moitié du Xe siècle)
  • Trà Kiệu (Seconde moitié du Xe siècle))
  • Chanh Lo (Fin du Xe au milieu du XIe siècle)
  • Thap Mam (XIe au XIVe siècle)

PrixModifier

  • 1977 Prix Hercule Catenacci La sculpture en Thaïlande [2]
  • 1967 Prix Broquette-Gonin (littérature) Asie du Sud-Est : le Cambodge

BibliographieModifier

  • Jean Boisselier (Statuaire du Champā, 1963).
  • Jean Boisselier « Garuda dans l’art khmer », BEFEO 44/1, p. 55-88.1947-50
  • Jean Boisselier « Ben Mala et la chronologie des monuments du style d’Angkor Vat », BEFEO 46/1, p. 187-238. 1952
  • Jean Boisselier La statuaire khmère et son évolution, Saigon, EFEO (PEFEO, 37), 322 p., 34 pl. et 114 pl. 1955
  • Jean Boisselier 1956 Tendances de l’Art khmer. Commentaires sur 24 chefs-d’œuvre du musée de Phnom Penh, Paris, PUF (Publ. du musée Guimet, Bibliothèque de diffusion, 42), 118 p., 24 pl.
  • Jean Boisselier 1963 La statuaire du Champa. Recherches sur les cultes et l’iconographie, Paris, EFEO (PEFEO, 54), 468 p., pl., cartes.
  • Jean Boisselier 1966 Asie du Sud-Est : I. Le Cambodge, Paris, Picard (Manuel d’archéologie d’Extrême-Orient, 1), 479 p.
  • Jean Boisselier, 1967 « Notes sur l’art du bronze dans l’ancien Cambodge », Artibus Asiae 29/4, p. 275-334.
  • Jean Boisselier, 1974 La sculpture en Thaïlande, Fribourg, Office du Livre (Bibliothèque des Arts), 267 p., 165 ill.
  • Jean Boisselier 1976 (avec Jean-Michel Beurdeley), La peinture en Thaïlande, Fribourg, Office du livre (Bibliothèque des Arts), 272 p., 160 ill.
  • Jean Boisselier 1986 Il Sud-Est asiatico, Torino, Storia Universale dell’ Arte, 385 p., ill.
  • Jean Boisselier 1993 La sagesse du Bouddha, coll. « Découvertes Gallimard / Religions » (no 194), Paris, Gallimard, 192 p., nouvelle édition en 2019.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier