Artibus Asiae

Artibus Asiae
Image illustrative de l’article Artibus Asiae

Langue Anglais, français, allemand
Périodicité Bisannuelle
Genre Arts et archéologie de l'Asie
Date de fondation 1925
Éditeur Museum Rietberg
Ville d’édition Zurich

ISSN 0004-3648
Site web Site

Artibus Asiae est une revue académique bisannuelle spécialisée dans les arts et l’archéologie de l’Asie. Elle a été avec l’Ostasiatische Zeitschrift (fondée en 1912) l’une des revues les plus en vue dans son domaine dans les pays germanophones[1]. Le premier numéro paraît en 1925. Les premiers numéros contenaient des articles en allemand, français et anglais, bien que les contributions soient essentiellement en anglais de nos jours. Artibus Asiae est éditée par le museum Rietberg de Zurich. La revue publie occasionnellement des monographies depuis 1937.

HistoriqueModifier

Le premier volume de la revue est édité par Avalun-Verlag (Hellerau, Dresde) en 1925 sous la direction de Carl Hentze (1883–1975) et Alfred Salmony (1890–1958)[2]. Chaque volume jusqu’au cinquante-neuvième paraît en quatre numéros. Les volumes suivants sont publiés en deux parties.

Le typographe, directeur de publication et plus tard éditeur en chef Richard Hadl (1876–1944) a travaillé pour l’éditeur Drugulin basé à Leipzig en tant qu’éditeur à partir de 1922[3]. Drugulin était une maison d’édition majeure connue pour sa large collection de composteurs inhabituels. Hadl a ensuite établi sa propre maison d’édition, Offizin Richard Hadl, en 1926[4] où il publie cinq volumes d’Artibus Asiae[5].

Durant la Seconde Guerre mondiale, toutes les activités d’édition sont déplacées en Suisse et la revue ne paraît qu’irrégulièrement[6]. Le volume 8, no 1 a donc été le premier numéro publié en Suisse, imprimé par Kommissionsverlag Braus Riggenbach à Bâle. Tous les volumes suivants sont publiés par Artibus Asiae à Ascona, où Hadl et son collaborateur Luise C. Tarabori-Flesch (1912–2011) se sont installés en 1938/1939. Après la mort de Hadl en 1944[7], Alfred Salmony devient l’éditeur en chef et relance la revue après-guerre, jusqu’à sa mort en 1958[8],[9],[10],[11].

Les premiers contacts entre Artibus Asiae et l’actuel éditeur, le museum Rietberg, sont établis via l’ancien directeur du musée Elsy Leuzinger, qui a déjà édité le numéro 1 du volume 20 (1957) en l’honneur du mécène du musée Eduard von der Heydt[12]. À partir de 1985 (depuis le volume 46), la fondation Arthur M. Sackler soutient financièrement le journal. Le museum Rietberg a obtenu une dotation spéciale en 1991 (volume 51), lui permettant dorénavant de posséder aussi bien le journal que la série de monographies.

Éditeurs en chefModifier

Le tableau ci-dessous recense les éditeurs en chef de la revue Artibus Asiae :

Nom Lieu Volumes Années
Carl Hentze et Alfred Salmony Antwerp et Cologne vol. 1–vol. 4 no 3 1925–1932
Richard Hadl Leizpig et Ascona vol. 4 no 4–vol. 8 1925–1945
Alfred Salmony Institute of Fine Arts, Université de New York vols. 9–20 1945–1957
Alexander Coburn Soper Institute of Fine Arts, Université de New York vols. 21–52 1958–1992
Thomas Lawton Arthur M. Sackler Gallery, Washington D.C. vols. 53–61 1993–2001
François Louis Bard Graduate Center, Bard College, New York vol. 62–vol. 68 no 1 2002–2008
Amy McNair Université du Kansas vol. 68 no 2–présent 2008–présent

MonographiesModifier

Les articles particulièrement longs soumis à la revue sont souvent publiés en plusieurs parties dans différents numéros. Artibus Asiae commence à éditer des monographies thématiques en 1937 pour permettre des contributions plus longues dans le domaine[13]. Ces monographies forment une série complémentaire à la revue et incluent des études abondamment illustrées.

Notes et référencesModifier

  1. (de) Hartmut Walravens, Ostasiatische Zeitschrift (1912–1943), Mitteilungen der Gesellschaft für Ostasiatische Kunst (1926-1943) : Bibliographie und Register, Harrassowitz, Wiesbaden, 2000, XII.
  2. Pour une bibliographie de Salmony, voir Hartmut Walravens, « Salmony, Alfred », in Neue Deutsche Biographie, Band 22, Duncker & Humblot, Berlin, 2005, 386-387. Le rôle éditorial de Salmony est aussi mentionné dans Weijia Li, China und China-Erfahrung in Leben und Werk von Anna Seghers, Lang Verlag, Bern, 2010, 33.
  3. Artibus Asiae, 1945, vol. 8, no 1, pp. i–iii.
  4. Ibid. Le premier livre publié par Offizin Richard Hadl paraît en 1929 (Schriftproben der Offizin Richard Hadl, Berlin, 1929).
  5. Artibus Asiae vol. 3, no 2-3 (1928–1929) est encore édité par Avalun-Verlag, mais imprimé par Offizin Richard Hadl. Du volume 3, no 4 au volume 8, no 1, Hadl assure le rôle d’éditeur en chef depuis Leipzig.
  6. le volume 7 paraît en 1937, le volume 8 no en 1940 et le volume 8 no 2-3 en 1945
  7. Artibus Asiae, 1945, vol. 8, no 1, pp. i–iii
  8. Florence Waterbury, « Alfred Salmony: 1890-1958 », in Archives of the Chinese Art Society of America, 1958, vol. 12, p. 9.
  9. Gustav Ecke, « In Memoriam Alfred Salmony », in Ars Orientalis, 1961, vol. 4, p. 453
  10. « Alfred Salomy (1890–1958) », in College Art Journal, 1958, vol. 18, no 1, p. 77
  11. Florence Waterbury, « Obituary - Alfred Salmony », in Asian Perspectives, 1958, vol. 2, no 1, p. 7
  12. Un article pour le quatre-vingtième anniversaire de von der Heydt a aussi été publié en 1962 dans le volume 25, no 1.
  13. Artibus Asiae, Liste des monographies publiées
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Artibus Asiae » (voir la liste des auteurs).

Liens externesModifier