Ouvrir le menu principal

Jean-Marie Saget

aviateur français, pilote militaire, pilote d'essai

Jean-Marie Saget
Naissance (90 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Arme Roundel of France.svg Armée de l'air française
Unité École de l'air
Années de service 1949-1989
Distinctions Médaille de l'Aéronautique
Autres fonctions Pilote d'essai

Jean-Marie Saget, né le à Paris, est un aviateur français, pilote militaire, pilote d'essai chez Dassault Aviation, et chef pilote chez Dassault Aviation jusqu'en 1989.

BiographieModifier

Il commence à piloter grâce à son père dès 1946 sur des planeurs de l'époque, notamment sur Nord 1300. Peu après, Jean-Marie Saget est diplômé de l’École de l'air (promotion 1949). Après un stage aux États-Unis (1951-1952), où il acquiert le brevet de pilote sur T-6 et P-51, il devient officiellement pilote de chasse dans l'Armée de l'air française. N'ayant volé que sur avions à hélice jusqu'à présent, il effectue alors une formation sur "jet", le De Havilland Vampire, avant d'être affecté sur « Ouragan » (le premier avion "Dassault") à l'Escadron de chasse 2/2 Côte-d'Or de 1952 à 1955.

À la suite de sa victoire dans la course Paris-Cannes sur « Ouragan » le , il est embauché par Marcel Dassault et devient pilote d'essai, puis chef pilote à la Société des avions Marcel Dassault de 1955 à 1989. Il participe aux essais de tous les avions de combat de la société Dassault, puis des avions civils et de l'Atlantique 2. Il est responsable entre autres des programmes Etendard IVM, Mirage III V (à décollage vertical), Mirage F1, Mirage G8 (à flèche variable), Alphajet et Mirage 4000, et effectue les essais de vrilles des SMB2, Etendard IVM, Mirage F1, Jaguar, Alphajet et Super-Etendard, ainsi que de nombreuses démonstrations en vol, en France et à l'étranger. Il devient conseiller technico-opérationnel de la Société des avions Marcel Dassault de 1989 à 1992.

Parallèlement à ses activités professionnelles, Jean-Marie Saget est moniteur de voltige depuis 1972, avec aujourd'hui plus de 7 000 heures de vol sur CAP 10[1].

Il est également président de l'association « Cercle de Chasse » de Nangis, qui dispose de quatre appareils Vampire, ainsi que président de l'« Aéro Club Marcel Dassault Voltige »[2], qui dispose de sept avions.

Il totalise à ce jour plus de 20 000 heures de vol sur 150 types d'appareils.

Prix et décorationsModifier

BibliographieModifier

  • Jacques Nœtinger, Drames et frayeurs aux essais en vol : et autres, Paris, Nouvelles Editions Latines, (ISBN 2-723-32073-1)
  • Françoise de Ruffray et Anne-Sophie Piquet, HISTOIRE ORALE TOME V - ENTRETIENS 551 À 671, SERVICE HISTORIQUE DE L’ARMÉE DE L’AIR, , 286 p. (lire en ligne), p. 44.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier