Ouvrir le menu principal

Jean-Jacques Outhwaite

graveur buriniste français d'origine britannique
Jean-Jacques Outhwaite
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
Paris, 14e
Période d'activité
Nationalités
Britannique, Français (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Maître
Edward Goodall (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail

Jean-Jacques Outhwaite (1810-1878) est un graveur buriniste français d'origine britannique.

BiographieModifier

Jean-Jacques Outhwaite est né sous le nom de John James Outhwaite le 8 février 1810 à Shoreditch, quartier de Londres. Fils de John James Outhwaite et de Dilley Curtis[1], il est naturalisé français par arrêté du 20 juin 1848[2]. Dans l'intervalle, il épouse le 28 janvier 1841 à Paris, 11e arrondissement, Joséphine Charlotte Dallet (1819-1895), originaire de Rosendaël et fille d'un officier des douanes[3].

De ce mariage sont issus plusieurs enfants. En 1871, son fils Jean-Louis Outhwaite (1842-1889), dessinateur, épouse Marguerite Thérond, fille du graveur Émile Thérond ; l'artiste Gérard-Séguin est témoin au mariage[4]. Sa fille Henriette Marie, institutrice née en 1845, est l'épouse en 1867 de Pierre Philippe de Chancel (1827-1886)[5], chef de bureau au Crédit foncier de France et neveu par alliance du général Arthur Morin. Sa fille cadette, Diane Lucie Outhwaite (1854-1894), pianiste, épouse en 1884 Achille Antoine Aumoitte (1848-1896)[6], issu d'une famille de graveurs, chancelier de France à Hanoï, d'où Gaston Aumoitte (1884-1957), officier d'infanterie et médaillé olympique.

Jean-Jacques Outhwaite décède le 30 mars 1878 à l'âge de 68 ans, à son domicile situé 30 rue Delambre, dans le 14e arrondissement de Paris[7]. Il était le beau-frère de l'artiste graveur Joseph Louis Philibert Barrard (1821-1863)[8].

ŒuvreModifier

 
Tower Rock, vue sur le Mississippi, d'après Karl Bodmer, aquatinte de 1839 éditée par Arthus-Bertrand.

Dans sa jeunesse, Jean-Jacques Outhwaite est formé au dessin et à l'art de la gravure par Edward Goodall (en).

Il arrive à Paris au milieu des années 1830 : à cette époque, il peint des paysages en compagnie de deux artistes et compatriotes, William Callow (en) et Charles Bentley (1805-1854), partant en villégiature en Normandie[9].

En 1836, il commence à exposer une aquarelle au Salon, Vue de Notre-Dame, prise du pont d'Austerlitz ; il est mentionné comme habitant au 13, rue Guénégaud[10]. Il travaille pour des éditeurs d'estampes et d'ouvrages illustrés, dont le premier semble être Charles Gavard[11].

Il pratique la gravure sur bois mais surtout le burin sur acier, sous la forme de taille douce.

Selon Henri Beraldi[12], l'essentiel de l'activité d'Outhwaite va de 1835 à 1870. On compte des illustrations sur acier d'après Raffet, Noël, Karl Girardet, Daubigny, Léon Morel-Fatio, Eugène Isabey, Eugène Lami, entre autres. Il a contribué à de nombreux albums d'estampes portant sur la période révolutionnaire, le Premier Empire et des scènes de guerres coloniales ou historiques diverses.

Sa dernière exposition date de 1877[13]. Alphonse Lamotte fut son élève[14].

Ouvrages illustrésModifier

  • William Ellis, The Christian Keepsake, Londres, Fisher, Son, & Co, 1835.
  • [collectif], Galeries historiques de Versailles, Paris, Charles Gavard, 1836.
  • Jules Janin, La Normandie, Paris, Ernest Bourdin, 1843 — collectif d'illustrateurs dont Outhwaite pour 20 aciers gravés avec Joseph John Skelton (en).
  • Jules Janin, La Bretagne, Paris, Ernest Bourdin, 1844 — collectif d'illustrateurs dont Outhwaite pour 20 aciers gravés avec Gustave Lévy (1819-1894).
  • Louis Veuillot, Les Pèlerinages de Suisse, Tours, Mame, 1845 [1re édition], gravures d'après Karl Girardet.
  • Louis-François Jéhan, Tableau de la Création : ou, Dieu manifesté par ses œuvres Tours, Mame, 1846, gravures d'après K. Girardet.
  • Eugène Guinot, Les Bords du Rhin, Paris, Furne & Bourdin, 1847.
  • Hypolite Ferry, Description de la nouvelle Californie, Paris, L. Maison - Éditeur des Guides Richard, 1850.
  • Louis Enault, L'Inde pittoresque, Paris, Morizot, 1861, gravure d'après Émile Rouargue.
  • Eugène Sue, Les Mystères du peuple à travers les âges, Paris, 1865, gravures d'après Horace Castelli.
  • Victor Hugo, Les Misérables, Paris, Pagnères, 1862, suivi par les gravures d'après Alphonse de Neuville et H. Castelli éditées à Bruxelles par A. Lacroix et Verboecken en 1869.
  • Charles Monselet, Chanvallon, histoire d'un souffleur de la Comédie-française, Paris, F. Sartorius, 1872 — frontispice.

RéférencesModifier

  1. Relevé Familysearch, England Births and Christenings 1538-1975. Et mention du lieu et du patronyme de la mère dans son acte de décès.
  2. Archives Nationales, cote BB/11/552, dossier n° 7048X4 : arrêté du 20 juin 1848, ouverture du dossier le 18 mai 1848.
  3. Mariage : mention sur Familysearch, liste dactylographiée intitulée "Computer printout of British Embassy Chapel, Paris, France, 1816-1845", microfilm 1146237 DGS 7961479, vue 214/288, à la date du 11-2-1841. Date exacte et lieu de mariage dans l'acte de naissance du fils, Jean Louis Outhwaite.
  4. Archives de Paris, 14e, V4E4358, vue 1/31, acte 289 : mariage entre Jean Louis Outhwaite et Marie Juliette Marguerite Emélie Thérond.
  5. Archives départementales de Paris, mariages 11e, V4E722, vue 22/31, acte 42.
  6. Base Iremus, en ligne.
  7. Archives départementales de Paris, décès 14e, vue 115/434, acte 871, sur Filae.
  8. Joseph Louis Philibert Barrard, époux de Henriette Pauline Félicie Dallet.
  9. (en) H. M. Cundall, William Callow, an Autobiography, Londres, Adam & Charles Black, 1908, p. 62.
  10. Notice 72940, Salon de 1836, Base Salons du musée d'Orsay.
  11. (en) Basil Hunnisett, Engraved on Steel: History of Picture Production Using Steel Plates, Londres, Routledge Revivals, 1998 — extrait en ligne.
  12. Beraldi (1890), 10, p. 239.
  13. Musée d'Orsay, base de données "Salons" http://salons.musee-orsay.fr/index/exposant/47263
  14. Jules Martin, Nos peintres et sculpteurs, graveurs et dessinateurs, Paris, Flammarion, 1898, tome II, p. 107.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • « Outhwaite, Jean-Jacques », dans Henri Beraldi, Les Graveurs du dix-neuvième siècle. Guide de l’amateur d’estampes modernes, tome 10, L. Conquet, 1890, pp. 239-240.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :