Arthus-Bertrand (éditeur)

éditeur français

Arthus-Bertrand
Repères historiques
Création vers 1803
Disparition vers 1870
Fondée par Claude-Arthus Bertrand
Fiche d’identité
Siège social Paris (France)
Spécialités Éditeur officiel de la Société de Géographie du ministère de Marine
Titres phares Voyage autour du monde de Louis Isidore Duperrey
Langues de publication Français

Arthus-Bertrand est un éditeur qui se trouvait 23 rue Hautefeuille à Paris dans la première moitié du XIXe siècle.

HistoriqueModifier

En 1803, Claude Arthus-Bertrand (1770-1834) fonde une librairie et publie de nombreux ouvrages comme Le Voyage autour du monde de Louis Isidore Duperrey, devenant ainsi l'éditeur officiel du ministère de la Marine.

À son décès, son fils Jean-Baptiste reprend la maison d'édition.

Son petit-fils également nommé Claude épouse en 1862 Marie-Adelina Marion, de la Maison de broderie Marion et en 1870 déménage ses ateliers qui prennent le nom d'Arthus-Bertrand dans les locaux de la librairie[1],[2].

Notes et référencesModifier

  1. « Arthus-Bertrand, Claude », sur http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/ (consulté en novembre 2016)
  2. (en)« Arthus-Bertrand, described in 1841 as 'Libraire and Editeur des nouvelles annales des voyages', was founded by Claude Arthus-Bertrand, an ex-Army officer who established a bookshop and publishing house in Paris in 1803. In 1826 after producing the eight volume atlas Voyage autour du Monde - the record of Louis Isidore Duperrey and Jules Dumont D'Urville's Pacific voyaging during the years 1822-1825 - Arthus-Bertrand became an official publishing house for the French Naval Ministry. One of the house's major works was the 1841-1843 publication of Francois-Edmond Pâris' Essai sur la construction navale des peuples extra-européens or Essay on non-European naval architecture, which included 132 lithographs and engravings. In the 1860s the Arthus-Bertrand family merged with military flag and decoration embroiderers the Marions, and the house began to focus on the production of medals and decorations, which, along with jewellery, the house continues to produce several generations later in 2010. »Australian National Maritime Museum

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Henri Baillière, La Rue Hautefeuille, Paris, J.-B. Baillière, 1901

Articles connexesModifier

Liens externesModifier