Jean-Christophe Buisson

journaliste français

Jean-Christophe Buisson est un journaliste français spécialisé en histoire né le [1] à Montbrison[2].

Jean-Christophe Buisson
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (53 ans)
MontbrisonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Rédacteur à
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

BiographieModifier

FormationModifier

Après un bac littéraire obtenu au lycée Saint-Paul de Roanne et deux ans de classes préparatoires à Normale Sup (hypokhâgne et khâgne L) au lycée du Parc à Lyon, il suit une licence d'allemand et obtient une maîtrise en histoire à l'université Lyon-III, puis entre à l'ESJ Paris[2] avant d'effectuer son service militaire comme sergent-instructeur au régiment de marche du Tchad.

ParcoursModifier

En 1994, il entre au Figaro Magazine comme grand reporter et devient en 2008 rédacteur en chef du service Culture[3]. En 2015, il est nommé directeur adjoint de la rédaction. Il couvre épisodiquement des conflits : guerre civile en Albanie (1997), Kosovo (1999), Haut-Karabakh/Artsakh (2020).

Spécialiste des Balkans, de la Russie et du monde slave auxquels il a consacré de nombreux reportages (Serbie, Monténégro, Albanie, Slovénie, Kosovo, Bulgarie, Caucase-nord, etc.) et plusieurs livres (Mihailovic, Le Goût de Belgrade, Histoire de Belgrade, Il s'appelait Vlassov), il est aussi intervenu chaque semaine pendant plus de 10 ans sur RTL (On refait le monde puis Le Monde tel qu'il est). Sur la chaîne HistoireTV, il présente depuis 2016 l'émission hebdomadaire Historiquement show[4] et, jusqu'en 2018, l'émission bimestrielle L'Histoire en marche pendant laquelle il reçoit pendant une heure une grande figure intellectuelle française (Régis Debray, Michel Onfray, Pierre Manent, Jean-Pierre Le Goff, Marcel Gauchet, Alain Finkielkraut, Hélène Carrère d'Encausse, Pierre Nora, etc.).

Il est aussi auteur de livres historiques (Assassinés ; 1917, l'année qui a changé le monde ; Les grands vaincus de l'Histoire ; Le Siècle rouge ; Napoléon. L'esprit des lieux), a dirigé des ouvrages collectifs (Les grands duels qui ont fait la France, Les Derniers jours des reines, Les grandes figures de la droite, de la Révolution à nos jours) et écrit les chapitres de nombreux livres (Les Grands Duels qui ont fait le monde (Tito-Staline), Le Siècle de sang (La guerre civile russe), La Russie des tsars (Alexandre Kerenski), Le Deuil du pouvoir (Albert Lebrun), Les Derniers Jours des dictateurs (Tito), Le Siècle des dictateurs (Tito), Les Enigmes de l'histoire du monde (Le mystère Anastasia)).

Depuis l'automne 2020, il s'est particulièrement impliqué dans la couverture médiatique de la seconde guerre du Haut-Karabakh entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan et sur ses conséquences.

CritiquesModifier

En , Jean-Christophe Buisson affirme que Malik Oussekine n'est pas mort sous les coups de policiers à l'antenne de RTL dans l’émission de débat On refait le monde. « Dans le souvenir de tout le monde aujourd’hui Malik Oussekine a été victime de violences policières, ce qui n’est factuellement pas le cas, mais c’est resté comme ça dans les esprits », déclare-t-il ainsi. Ces propos déclenchent une centaine de saisines au CSA[5] et un tollé sur les réseaux sociaux[6]. Jean-Christophe Buisson finit par s'excuser[7],[8]. « La justice a rendu son verdict dans cette affaire et je n'entends pas la contester », a-t-il écrit dans un tweet.

ŒuvresModifier

  • Mihailovic, 1893-1946, héros trahi par les Alliés, Perrin, 1999, puis tempus, 2011. Prix Henri de Régnier de l'Académie française, Prix Auguste Gérard de l'Académie des sciences morales et politiques, Prix Robert Joseph de l'Association des écrivains combattants. Traduit en serbe.
  • Maos, trotskos, dodo, Le Rocher, 2001.
  • Le Goût de Belgrade, Mercure de France, 2001.
  • ll s'appelait Vlassov, Lattès, 2004 (roman). Traduit en néerlandais et en tchèque.
  • Assassinés, Paris, Perrin, 2013, puis Pocket, 2014. Traduit en polonais, en japonais et en chinois.
  • Histoire de Belgrade, tempus, 2013 (paru sous le titre Le Roman de Belgrade en 2010, Le Rocher, Prix Karic, traduit en serbe).
  • Les grands duels qui ont fait la France (directeur d'ouvrage, avec Alexis Brézet), Perrin, 2014, puis Pocket, 2016.
  • Les derniers jours des reines (directeur d'ouvrage, avec Jean Sévillia), Perrin, 2015, puis Pocket, 2017. Traduit en espagnol, en tchèque, en estonien, en polonais, en chinois et en japonais.
  • 1917, l'année qui a changé le monde, Perrin, 2016.
  • Les grands vaincus de l'Histoire : Hannibal, Vercingétorix, Montezuma, le grand Condé, Charette, le général Lee, Trotski, Nixon... (avec Emmanuel Hecht), Perrin, 2018, puis tempus, 2020. Traduit en japonais et en coréen.
  • Le Siècle rouge. Les mondes communistes, 1919-1989, Perrin, 2019.
  • Les Grandes Figures de la droite. De la Révolution française à nos jours, (directeur d'ouvrage, avec Guillaume Tabard), Perrin / Le Figaro Magazine, septembre 2020.
  • Napoléon. L'esprit des lieux (avec Alexis Gerard et Annabelle Matter, photographes), Michel Lafon, octobre 2020.
  • Le Dernier Carré. Combattants de l'honneur et soldats perdus, de l'Antiquité à nos jours (directeur d'ouvrage, avec Jean Sévillia), Perrin, octobre 2021.

PréfacesModifier

  • Journal d'un diplomate en Russie 1917-1918, de Louis de Robien, La Librairie Vuibert, 2017.
  • L'Avenir de l'intelligence et autres textes, de Charles Maurras, Robert Laffont/ Bouquins, 2018.
  • Journal intime de Nicolas II (préface, présentation et appareil critique), Perrin, 2018. En poche (tempus) en .
  • Marie-Claire Margossian (dir.) et Collectif, Arménie : les enfants de la guerre, Paris, Fayard, Le Figaro, coll. « Documents, témoignages », , 252 p. (ISBN 978-2213720746, présentation en ligne).

Décorations et distinctionsModifier

Chevalier de l'ordre du mérite serbe (2016)[9]

Membre d'honneur de l'Institut Tchobanian (2021).

RéférencesModifier

Liens externesModifier