Jacques Pellen

guitariste de jazz français
Jacques Pellen
Description de cette image, également commentée ci-après
Jacques Pellen en 2015
Informations générales
Naissance
Brest (Finistère, France)
Décès (à 63 ans)
Brest (Finistère, France)
Activité principale Musicien, compositeur
Genre musical Musique bretonne - jazz
Instruments Guitare
Années actives 1970-2018
Influences Jazz, Rock, musique celtique

Jacques Pellen, né le à Brest et mort le dans la même ville, est un guitariste et compositeur français.

Son œuvre prend racine à la fois dans la tradition musicale bretonne et dans le jazz. Il a collaboré avec des artistes de jazz comme Peter Gritz, Kenny Wheeler, Bruno Nevez, Henri Texier, Riccardo Del Fra ou encore le violoniste Didier Lockwood mais aussi de nombreux musiciens de musique bretonne ou celtique[1]. Il a créé Celtic Procession et a participé à l'Héritage des Celtes avec Dan Ar Braz[2].

BiographieModifier

Né à Brest, Jacques Pellen a vécu à Portsall, un village côtier de la commune de Ploudalmézeau. Il commence l'étude de la guitare classique à l'âge de douze ans. Très vite, ses oreilles vibrent aux sonorités jazz et celtiques[3], avec le renouveau lancé par Alan Stivell accompagné du guitariste Dan Ar Braz : « Tout est parti du solo de Dan ar Braz sur le Pop Plinn d'Alan Stivell »[4]. Au lycée Kerichen à Brest il baigne dans l'univers de Keith Jarrett, John McLaughlin ou Pat Metheny[5]. Il y a aussi la musique classique, omniprésente dans sa famille mélomane et musicienne, avec la découverte de Bartók, Poulenc, Messian ou Debussy. Il quitte l'École normale de Quimper pour devenir musicien professionnel[6].

Il commence par jouer avec les groupes brestois Gwalarn (Véronique Autret au chant) et Bleizi Ruz en fest-noz[7]. Il baguenaude entre formations jazz (Riccardo Del Fra, Peter Gritz, Kenny Wheeler, Bruno Nevez, Henri Texier) et musiques celtiques (Dan Ar Braz, Kristen Noguès, les frères Molard, Soïg Sibéril, Melaine Favennec...) : il devient « un véritable passeur entre les musiques traditionnelles de sa région et les traditions d’écriture et d’improvisation du jazz »[3]. L'artiste a joué avec la plupart des artistes reconnus de la musique bretonne contemporaine. En 1986, il monte un trio avec Gildas Scouarnec et le batteur hongrois de jazz Peter Gritz, tombé amoureux de la Bretagne[5]. À la fin des années 1980, il accopagne Dan Ar Braz, en quatuor avec Patrick Péron et Patrick Molard, ou en duo au début des années 1990[8].

 
Jacques Pellen et sa Celtic Procession en 2007 (avec son neveu Ronan Pellen à droite).

« Celtic Procession » est une formation à géométrie variable qui naît en 1988. Jacques Pellen regroupe un collectif de musiciens d'horizons divers et passionnés d'improvisation [9] : les frères Molard, les frères Boclé, les frères Guichen, Olivier Ker Ourio, Paolo Fresu, Kristen Noguès, des voix bretonnes (Annie Ebrel, Erik Marchand, Denez Prigent)... Cela amène à mêler du jazz aux thèmes et instrumentations d'inspiration celtique. En 1990, Pellen 4 est le premier disque de la Celtic Procession. La production de sa Celtic Procession a été un événement musical en 1993. Il participe avec Dan Ar Braz à l'Héritage des Celtes qui rencontre un large succès en France durant la fin des années 1990[10].


Il a formé un trio avec les frères Jacky et Patrick Molard (Triptyque), ainsi qu'avec le trompettiste sarde Paolo Fresu et Erik Marchand (album Condaghes) aux connotations jazz pour la recherche d'un swing breton, polyphonie à trois[11], et deux quatuors avec Jean-Pierre Riou dans Karroth Rapée et Electric Arsenal. Le trio avec Fresu et Marchand est rejoint sur scène à l'occasion par Henri Texier ou de Jean-Marie Machado[12]. En 1996, il monte le groupe PSG avec les guitaristes Soïg Sibéril et Jean-Charles Guichen mais il quitte le groupe avant l'enregistrement d'un album[13]. En 1998, pour le concert de Celtic Procession au festival Interceltique de Lorient, il invite le violoniste Didier Lockwood[14]. En 1999, Celtic Procession clôture la 20e édition du festival rennais Les Tombées de la Nuit, qui a donné lieu à l'album live, sur lequel est notamment réunit Ar Re Yaouank et Dan Ar Braz[15].

En mars 2000, il réunit autour de lui 60 artistes pour le spectacle « La Scène bretonne à Ménilmontant » durant quinze jours à la Maroquinerie avec chaque soir des invités différents[15]. À partir de 1999, il remplace Soïg Sibéril dans le groupe Gwerz lors de certains concerts[16]. Dans les années 2000, il multiplie les jam sessions avec ses amis Didier Squiban, Jean-Luc Roumier et les autres jazzmen bretons[1]. Il était le compagnon de la harpiste Kristen Noguès jusqu'à son décès en 2007.

En , il sort son album Lament for the children chez Naïve, réalisé avec le contrebassiste Gildas Boclé et le batteur Marcello Pellitteri. L’œuvre forme un ensemble très homogène, comportant essentiellement des compositions originales de Jacques Pellen aux couleurs jazz et celtes[17]. En , à nouveau en trio, il sort son album Offshore, avec ses complices Étienne Callac à la basse et Karim Ziad à la batterie, « splendide crossover entre musique celtique et rythmiques du Maghreb, fusion inspirée de tradition et de jazz-rock »[18]. À partir de 2011, il travaille sur la création « Ar Rannoù / Les Séries » avec Annie Ebrel et le quartet jazz-rock One Shot, autour du répertoire inédit de Kristen Noguès[19]. Il accompagne à nouveau Dan Ar Braz sur scène à partir de 2015 et l'album Cornouailles Soundtrack[20]. Artiste-peintre, il débute par l'aquarelle avant de passer à la peinture à l'huile en 2011 et commence à exposer en 2014[21].


Il enregistre aussi avec son « allié de trente ans », le saxophoniste Eric Barret, le disque A Quiet Place en 2013[22] et participe aux créations Ganga Procession aux côtés de Ronan Pellen et Sylvain Barou, Morenn du piper Xavier Bodériou, avec une fois de plus Sylvain Barou[23]. En 2017, le trio d'Offshore devient un quatuor avec l'arrivée de Sylvain Barou aux flûtes et programmation et enregistre un nouvel album, Shorewards. En 2017, à l’occasion des trente ans du festival Kann Ar Loar à Landerneau, Jacques Pellen rejoint Dan Ar Braz pour sa création en trio de cordes « Guitares » avec David Er Porh, qui tourne jusqu'en 2020[24]. En 2017 et 2018, il assure la direction artistique du projet Diriaou, mené par le collectif ARP comprenant 5 harpistes qui reprennent le répertoire de la compositrice Kristen Noguès[25].

En 2018, paraît son dernier album A-hed an Aber (« Sur les rives de l'estuaire »), dans lequel le guitariste porte un regard sur son parcours musical, pour la première fois en solitaire[26]. En avril 2020, Jacques Pellen est diagnostiqué positif au SARS-CoV-2 et hospitalisé pendant trois semaines à Brest. Il meurt le 21 avril 2020 à l'âge de 63 ans des suites de la maladie à coronavirus[1],[26],[27]. La Bretagne et la scène musicale lui rendent hommage[28],[29].

DiscographieModifier

Albums personnelsModifier

  • 1990 : Pellen 4 (Caravan) avec Riccardo Del Fra, Peter Gritz, Kenny Wheeler (Caravan, Coop Breizh)
  • 1993 : Celtic Procession (Silex, Auvidis)
  • 1993 : Triptyque avec Jacky Molard et Patrick Molard (Gwerz Pladenn, Coop Breizh)
  • 1996 : Sorserez (Gwerz Pladenn, Coop Breizh)
  • 1998 : Condaghes avec Erik Marchand et Paolo Fresu (Silex, Auvidis)
  • 1999 : A Celtic Procession Live / Les Tombées de la nuit (Naïve Records)
  • 2003 : Ephemera (Naïve Records)
  • 2007 : Lament for the Children (Naïve Records)
  • 2011 : Offshore avec Karim Ziad et Étienne Callac (Boutou Prod, Coop Breizh)
  • 2013 : Quiet Place avec Eric Barret (L'Autre Distribution)
  • 2014 : Morenn avec Xavier Boderiou et Sylvain Barou (Vocation Records)
  • 2017 : Shorewards avec le quatuor Offshore (Paker prod, Coop Breizh)

ParticipationsModifier

 
Jacques Pellen avec Annie Ebrel et One Shot lors des Jeudis du port à Brest en 2013.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Le guitariste de jazz Jacques Pellen, originaire de Brest, est décédé du Covid-19 », sur www.ouest-france.fr, Ouest-France, (consulté le 21 avril 2020)
  2. « Disparition de Jacques Pellen », sur 50ème Festival Interceltique de Lorient, (consulté le 25 avril 2020)
  3. a et b Franck Bergerot, « Jacques Pellen est mort – Jazz Magazine », sur jazzmagazine.com, (consulté le 21 avril 2020)
  4. Morvan 2001, p. 91
  5. a et b Didier Convenant, La musique celtique : Bretagne, Irlande, Écosse, Pays de Galles, Cornouailles, Asturies, Galice, Île de Man, Paris, Hors Collection, , 76 p. (ISBN 2-258-04446-4), p. 24
  6. Sandrine Pierrefeu, « Jacques Pellen, la guitare à fleur de peau », ArMen 115, octobre 2000, p. 74
  7. « Les Bleizi Ruz fêtent leurs 25 ans le 1er mai à Bourg-Blanc », sur Le Telegramme, (consulté le 25 avril 2020)
  8. « Dan Ar Braz et son trio guitares ! | 5 planètes », sur 5planètes (consulté le 25 avril 2020)
  9. « CELTIC PROCESSION », sur RFI, (consulté le 22 mai 2020)
  10. « LE SUCCES DU DERNIER DISQUE DE DAN AR BRAZ CONFIRME LE RENOUVELLEMENT DE LA TRADITION BRETONNE », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 avril 2020)
  11. Ronan Gorgiard, L'étonnante scène musicale bretonne, 2008, Éditions Palantines, p. 182
  12. Stephane Fougere, « FRESU / PELLEN / MARCHAND TRIO - Condaghes », sur Rythmes Croisés Webzine, (consulté le 25 avril 2020)
  13. « PSG : Du côté de la Presse... », sur autopsie.pagesperso-orange.fr (consulté le 25 avril 2020)
  14. « Hommage à Jacques Pellen. Concert au Festival Interceltique de Lorient », sur tebeo.bzh, (consulté le 1er mai 2020)
  15. a et b Stephane Fougere, « Jacques PELLEN : De connexions en processions », sur Rythmes Croisés Webzine, (consulté le 25 avril 2020)
  16. « Gwerz : un concert sublime », Le Télégramme, 7 septembre 1999
  17. Yann Bertrand, « Lament for the children (Jacques Pellen) », Musique bretonne, no 204,‎ , p. 48-49 (lire en ligne)
  18. Jean-Luc Germain, Jacques Pellen Trio «Offshore», Le Télégramme, 20 janvier 2011
  19. « Sextet de Jacques Pellen avec Annie Ebrel et One Shot », sur Le site de Annie Ebrel
  20. « Le barde Dan Ar Braz publie "Cornouailles Soundtrack", opus instrumental breton », sur Franceinfo, (consulté le 23 avril 2020)
  21. Ouest-France, « Les peintures de Jacques Pellen à l'Auberge bretonne », sur Ouest-France.fr, (consulté le 25 avril 2020)
  22. Anne Yven, « Jacques Pellen, bleu extraterrestre », sur Citizen Jazz (consulté le 1er mai 2020)
  23. Rythmes Croises, « La Nuit est tombée sur Jacques PELLEN », sur Rythmes Croisés Webzine, (consulté le 25 avril 2020)
  24. « Collinée. Dan ar Braz trio pour un concert exceptionnel », sur actu.fr, (consulté le 25 avril 2020)
  25. Gaël HAUTEMULLE, « Douarnenez. Cristine Merienne a plus d’une corde à sa harpe [VIDÉO] », sur Ouest-France.fr, (consulté le 26 avril 2020)
  26. a et b Frédérique Guiziou, « Brest. Coronavirus. Disparition du grand guitariste Jacques Pellen », sur www.ouest-france.fr, Ouest-France, (consulté le 21 avril 2020)
  27. Joan Bizien, « Coronavirus : le guitariste breton Jacques Pellen est décédé », sur www.francebleu.fr, France Bleu Breizh Izel / France Bleu Armorique, (consulté le 21 avril 2020)
  28. Jean-Luc Germain, « La musique bretonne en deuil : Jacques Pellen s’est tu », sur www.letelegramme.fr, Le Télégramme, (consulté le 21 avril 2020)
  29. « Brest - Disparition de Jacques Pellen : la scène bretonne sous le choc », sur Le Telegramme, (consulté le 21 avril 2020)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Didier Convenant, La musique celtique : Bretagne, Irlande, Écosse, Pays de Galles, Cornouailles, Asturies, Galice, Île de Man, Paris, Hors Collection, , 76 p. (ISBN 2-258-04446-4), p. 24
  • Daniel Morvan (photogr. Bernard Galéron), Bretagne, Terre de musiques, e-Novation, , 144 p. (ISBN 978-2-9516936-0-9), « Métisser / Meskañ : Breizh ardente et feeling glazik. Jacques Pellen, n'essayez pas ça à la maison », p. 91
  • Yann Bertrand, « Pellen Celtic Procession. Variations sur la note Glas », Musique bretonne, n°204, , p. 29-31. lire en ligne

DocumentaireModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier