Ouvrir le menu principal

Gwerz (groupe)

groupe de musique traditionnelle bretonne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gwerz.
Gwerz
Pays d'origine Centre-Bretagne, France
Genre musical musique bretonne
Années actives 1981-1989, 1992-1993, 1999 ...
Labels Coop Breizh
Composition du groupe
Membres Erik Marchand
Soïg Sibéril
Jacky Molard
Patrick Molard
Youenn Le Bihan
Alain Genty
Bruno Caillat
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de Gwerz.

Gwerz est un groupe de musique traditionnelle bretonne créé en 1981 en Centre-Bretagne. Le nom traduit la volonté des cinq musiciens d'interpréter en priorité des gwerzioù (chants racontant une histoire, dramatique, anecdotique, historique ou mythologique) sur un accompagnement musical traditionnel et de compositions. Ils ont profondément marqué la musique bretonne dans cette décennie 80, notamment en faisant rencontrer le chant breton et le couple bombarde/biniou. Ils ajoutent des sonorités irlandaises avec le violon et le uilleann pipes.

Sommaire

HistoriqueModifier

 
Erik Marchand interprète des gwerzioù, des complaintes bretonnes.

Habitués aux "sessions" entre sonneurs et chanteurs, à Kermorvan en Poullaouen, des musiciens du Centre Bretagne ont l'idée de créer un groupe de musique bretonne original, délaissant d'emblée la musique de fest-noz au profit d'airs à écouter[1]. Le groupe est fondé par Erik Marchand (chant, clarinette), Soïg Sibéril (guitares), Jacky Molard (violon, basse), Patrick Molard (biniou kozh, uilleann pipes, flûte) et Pierre Crépillon (bombarde). Pierre quitte rapidement le groupe pour rejoindre Bleizi Ruz et c'est Youenn Le Bihan (bombarde, piston) qui le remplace.

C'est grâce à la profonde imprégnation culturelle des musiciens, à leur amitié avec les interprètes reconnus dans leur milieu comme les meilleurs porteurs de la tradition, que la musique de Gwerz se révèle à la fois comme une musique traditionnelle "classique" par le respect des règles et une musique moderne libre[2]. La voix se mêle au biniou, à la bombarde et aux ambiances très denses que tissent la guitare et le violon. Les arrangements pour ces instruments apportent un son original et une dimension contemporaine à l'ensemble.

En 1985, il sort un premier album, Gwerz, Nouvelle musique de Bretagne, chez Dastum[3]. Le groupe coproduit cette première œuvre avec l'association Dastum et invite le percussionniste Bruno Caillat sur deux morceaux, avant qu'il n'en fasse réellement partit[4]. Les musiciens ont tous un grand respect du timbre breton et possèdent une connaissance de la musique non tempérée, d'apparence simple mais aux structures complexes et aux variations subtiles[1]. Pour la revue ArMen, « rarement, depuis les premiers disques de Stivell, un album aura tant apporté à l'élaboration d'une musique propre à la Bretagne »[5]. L'année suivante, l'album est Triskell d'or (récompense la promotion et le développement de la musique bretonne) et le 33 tours resort sous le nom Gwerz, musique bretonne de toujours.... La formation connaît un rapide succès et des tournées internationales sont organisées.

En 1988, un nouveau disque est enregistré. Au-Delà sort cette fois chez Escalibur et est distribué par Coop Breizh. Il remporte le prix de l'Académie Charles-Cros. Mais l'année suivante, la formation fait une pause pour se concentrer sur l’autre formation parallèle, Pennoù Skoulm, qui enregistre Fest-noz.

Ce n'est qu’en 1992 que la formation se retrouve pour un concert à Spezet, lors de la fête des vingt ans des Diaouled Ar Menez ; il marque un nouveau souffle, l'arrivée de nouveaux musiciens (Gaby Kerdoncuff, Alain Genty à la basse) et l'envie forte de présenter de nouveaux répertoires[6]. Le concert fait l'objet d'un disque qui sort sur le label fondé par Jacky Molard et Erik Marchand : Gwerz Pladenn, distribué par Coop Breizh. Gwerz Live rassemble les morceaux des deux premiers disques, mais interprétés et arrangés d'une manière différente, mêlant aussi l'improvisation[7].

Ensuite, la formation ne joue que ponctuellement[8]. En 1997, le groupe est programmé au festival des musiques du monde de Ris-Orangis[9]. En 1999, leur premier album a été réédité sous le label Ethnéa[10] et ils jouent l'été en Bretagne (le guitariste Jacques Pellen remplace Soïg Sibéril sur certaines dates)[11]. En 2001, Gwerz se rend à une fête celtique à Dunkerque[12] et Jacques Pellen accompagne le groupe au festival De bouche à oreille dans les Deux-Sèvres[13].

DiscographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Dautel 1986, p. 54
  2. Dautel 1986, p. 53
  3. Album "Musique bretonne" sur Musicme
  4. Chronique sur Ethnotempos
  5. Dautel 1986, p. 55
  6. Bernard 1998, p. 8
  7. Coop Breizh "Album devenu mythique qui réunit les plus grands titres du groupe Gwerz avec en plus l'énergie du Live. Incontournable!"
  8. Ce soir, « Gwerz » : six musiciens à la chapelle du petit séminaire, Le Télégramme, 22 juillet 1999
  9. « Musiques du monde en campagne », Le Monde,‎
  10. Interview d'Erik Marchand en octobre 1998, sur rythmes-croises.org
  11. « Gwerz : un concert sublime », Le Télégramme, 7 septembre 1999
  12. Bouziane Daoudi, « Gwerz, Cran et BF15 », Libération,‎ , p. 11
  13. « Festival De bouche à oreille », Le Monde,‎

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Christian Dautel, « Gwerz : un nouveau souffle pour la musique bretonne », ArMen, no 4,‎ , p. 52-55
  • Didier Convenant, La musique celtique, Hors Collection, , 76 p. (ISBN 2258044464), « Gwerz », p. 22
  • Frédéric Bernard, « Erik Marchand. L'homme aux multiples casquettes... », Trad Magazine, no 59,‎ , p. 8-11

FilmsModifier

  • Gwerz de Jean-Charles Huitorel, 1988, Arc Bretagne, 26 min.

Liens externesModifier