Jacques Lecapitaine

Jacques Lecapitaine
Naissance
Lapenty
Drapeau de la Province de Normandie Province de Normandie
Décès (à 49 ans)
Bataille de Ligny Belgique
Mort au combat
Origine Drapeau du royaume de France Royaume de France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau du Royaume de Naples Royaume de Naples
Drapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne
Drapeau de l'Empire français Empire français
Royaume de France Royaume de France
Drapeau de l'Empire français pendant les Cent-Jours Empire français (Cent-Jours)
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 1784-1815
Conflits Guerres révolutionnaires
Guerres napoléoniennes
Distinctions Baron de l'Empire
Officier de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis

Liste des généraux de la Révolution et du Premier Empire

Jacques, baron Lecapitaine né le à Lapenty (auj. dans la Manche), mort le à la bataille de Ligny, est un général de la Révolution française et du Premier Empire.

BiographieModifier

Jacques Lecapitaine, septième enfant[1] de Jacques et de Micheline Poulain nait au hameau de la Chubriais, paroisse de Lapenty. Son père exerçe les métiers de laboureur et de charron. Vers sa dixième année, le curé de l’endroit remarque le jeune Jacques et le prend comme enfant de chœur. Il lui donne des leçons de français et des rudiments d’histoire et de latin[2].

Il sert d'abord comme soldat dans le régiment de Neustrie le et devient caporal en 1788 et quitte le régiment le . Le , il entre au 14e bataillon d'infanterie légère, qu'il quitte le , pour passer dans l'infanterie de la garde constitutionnelle du roi.

Guerres révolutionnairesModifier

Licencié avec le corps le , il est élu sous-lieutenant au 4e bataillon de volontaires de Paris le , y devient lieutenant le , et part pour l'armée de la Moselle, où il obtient le grade de capitaine le .

À Laybach, près de Sarrelibre, le 22 octobre, étant coupé de sa division avec un détachement de 300 hommes, il combat pendant trois jours contre un ennemi supérieur en nombre qui le tenait cerné et parvient à rejoindre le gros de l'armée, où il reçoit les félicitations du général Hoche[3].

Incorporé dans la 59e demi-brigade de première formation en floréal an II, puis dans la 102e demi-brigade de deuxième formation en ventôse an IV, il continue de faire la guerre aux armées de Sambre-et-Meuse, d'Allemagne et du Danube jusqu'à la fin de l'an VII, est détaché comme adjoint aux adjudants-généraux, à la division Championnet, du , au . Il rentre à la 102e, où il obtient le grade de chef de bataillon en Helvétie le .

Passé en Italie avec le général Brune, il reçoit un sabre d'honneur pour s'être distingué tout particulièrement au combat de Monzambano ou il fait de nombreux prisonniers[3], à Borghetto le , en enlevant les retranchements sur les hauteurs défendues par quatre pièces de canon[4] et pour avoir contribué[3] au gain de la bataille d'Alla le , en faisant monter dans les gorges de Roveredo, à bras sous le feu de l'ennemi, deux canons permettant de culbuter l'ennemi puis il le contraint à quitter sa position.

Guerres napoléoniennesModifier

Breveté d'un sabre d'honneur par arrêté des consuls du , pour ces différentes actions, et compris comme officier de la Légion d'honneur dans la promotion du , étant à Alexandrie (Italie). Promu colonel des grenadiers de la garde du roi en 1806, il fait la campagne de l'an XIV en Italie, et est autorisé le , à passer au service du roi de Naples Joseph Napoléon. Il est blessé le , d'un coup de feu à la jambe droite, à Amanthéa[2], en Calabre[4].

En 1808, il suit ce prince en Espagne, et devient son aide de camp avec le grade de général de brigade et maréchal-de-camp en 1810[3]. Commandant une brigade, dans l’armée du centre qui opère dans la Mancha, il est blessé, d’un coup de feu[2] ou d'un coup de sabre[4], à la cuisse droite, à Añover le et d’un éclat d’obus à Vitoria, le , à la bataille de Vitoria[4]. Il quitte Madrid le , plusieurs mois après le départ de Joseph[2].

Rentré en France, il est admis au service comme colonel, depuis le [5].Nommé général de brigade le , Napoléon l'appel au quartier-général de la Grande Armée et lui confie le commandement d'une brigade d'infanterie à la 8e division de la Jeune Garde, avec laquelle il combat durant la campagne de France, à Arcis-sur-Aube, à Sézanne et à Craonne les 6 et où il est blessé. Il prend le , le commandement d'une autre brigade à la 1re division de la Jeune Garde, est créé baron de l'Empire à la prise de Reims le , participe aux engagements de La Fère-Champenoise le [2], se trouve le 26 au combat de Saint-Dizier et à la bataille de Paris[2], la dernière de cette campagne[3].

Officier de la Légion d'honneur, commandeur de l'ordre des Deux-Siciles Chevalier de Saint-Louis le , il entre quelque temps après comme inspecteur de l'instruction et du service à l'état-major de la garde nationale de Paris en 1814 et est promu maréchal de camp le . Il quitte cet emploi après le [3].

Nommé le , commandant de la 1re brigade de la 13e division d'infanterie du général-baron Vichery au 4e corps du général-comte Gérard) de l'armée du Nord. Il a sous ses ordres les 59e et 76e régiments de ligne[2] commandés respectivement par Laurain de Mirelles et Condamy[6].

Le général Lecapitaine est tué d'un coup de feu en attaquant le centre de l'armée prussienne à Ligny le en fin d’après-midi. Le général est tombé, fusillé à bout portant[2], sous les murs dévastés du château de Ligny. Son corps n'est jamais retrouvé. Sans doute est-il dépouillé de son uniforme et jeté avec les cadavres de ses soldats, dans une fosse commune dont on ignore toujours l’emplacement[2].

Il n'a pas de postérité, au contraire de ses frères dont la descendance s'est perpétuée au moins jusqu'à la fin du XIXe siècle[1].

RécapitulatifsModifier

TitreModifier

DécorationsModifier

   

ArmoiriesModifier

Image Armoiries
Armes du baron Lecapitaine et de l'Empire
Ses lettres patentes, non retirées, portaient comme règlement d'armoiries
Écartelé : au 1er, de sable à la tour ruinée d'argent ; au 2e, des barons militaires ; au 3e, de gueules au dextrochère armé d'argent mouvant du flanc sénestre et tenant une épée du même ; au 4e, d'argent à deux branches de grenadier au naturel, croisées en sautoir.[1].

Hommage, honneurs, mentions…Modifier

  • Breveté d'un sabre d'honneur (arrêté des consuls du 26 fructidor an X) ;
  • Une plaque en sa mémoire a été apposée sur la façade du centre Général Gérard (musée de Ligny (Belgique))[4].
  • Une plaque souvenir est inaugurée à Lapenty le [8].

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Révérend 1894, p. 72.
  2. a b c d e f g h et i Ruquoy 2012.
  3. a b c d e et f Fastes 1847, p. 579.
  4. a b c d et e Monuments 2012.
  5. S.H.A.T. 8 Yd 1 803.
  6. Le premier est fort de 1 057 hommes, le second de 1 054
  7. Léonore LH/1524/11.
  8. Ouest-France, 18 novembre 2015.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.