Jacques Faizant

dessinateur de presse français

Jacques Faizant, né le à Laroquebrou (Cantal) et mort le à Suresnes, est un dessinateur de presse français, célèbre éditorialiste du Figaro, collaborateur de divers supports de presse tels que Carrefour, La Vie catholique, Bonjour dimanche, La Voix du Nord, Le Dauphiné libéré, Les Dernières Nouvelles d'Alsace, Jours de France, Paris Match et Le Point.

Jacques Faizant
Journaliste au Figaro.jpg
Naissance
Décès
(à 87 ans)
Suresnes (France)
Sépulture
Nationalité
Activité
Enfant
Distinction

BiographieModifier

Fils d'un menuisier[1], il effectue sa scolarité à Biarritz avant d'intégrer l'école hôtelière de Nice. Il travaille six ans dans l'hôtellerie avant de se lancer dans le chant, le dessin animé et le dessin d'humour, publiant son premier dessin en 1942 dans le journal Dimanche illustré, mais sa carrière de dessinateur ne commence véritablement qu'à la Libération, époque où de nombreux journaux sont créés et où il arrive facilement à placer ses productions.

En 1956, Marcel Dassault lui commande quelques dessins au lavis pour l'hebdomadaire Jours de France. En 1958, il apporte au rédacteur en chef du journal Paris-Presse auquel il collaborait régulièrement, un dessin inspiré de l'actualité. Son dessin est publié et il lui en fournit d'autres, quotidiennement, en rapport avec l'actualité.

À partir du , il devient dessinateur politique dans le quotidien français Le Figaro, dont son graphisme ne tarde pas à devenir l'un des emblèmes. Quarante ans plus tard (), il est relégué dans les pages intérieures du journal, avant d'être définitivement écarté du quotidien le , à l'occasion d'un changement de formule et format[2].

Le Figaro lui a rendu hommage du 19 au en publiant chaque jour un de ses dessins emblématiques, et le 31 décembre, dix-sept dessinateurs issus de tous les horizons de la presse française lui avaient rendu hommage, toujours dans le Figaro. Dans son édition du , l'hebdomadaire Charlie Hebdo consacre deux pages à Jacques Faizant, des hommages, nettement plus grinçants, lui sont rendus par Luz, Tignous, Sattouf, etc., sous le titre : « Jacques Faizant prend sa retraite, les dessinateurs de Charlie postulent au Figaro ». En 1988, Jacques Faizant et Georges Wolinski avaient publié conjointement un album de dessins intitulé Tous présidents !

Il est père de deux enfants , l'ainé Patrice et le cadet Michel Son fils Michel est devenu également dessinateur de presse humoristique sous le pseudonyme de Chimulus.

Jacques Faizant est mort le , à l'hôpital Foch de Suresnes[3]. Sa tombe se trouve au cimetière ancien de Rueil-Malmaison.

ŒuvreModifier

Ses dessins, d'un conservatisme politique engagé et assumé, sont souvent marqués par son admiration du Général de Gaulle. C'est de cette veine qu'il tire son chef-d'œuvre, ou du moins un de ses dessins les plus célèbres et les plus marquants : dans Le Figaro (édition du , juste après le décès de l'ancien chef d'État) il a représenté Marianne, l'image de la République française — et un de ses personnages récurrents —, pleurant sur un chêne abattu. C'est de ce dessin sobre et émouvant que s'est inspiré Plantu pour rendre à son tour hommage à son confrère.

Si ses traits ne manquaient pas de souligner les travers socialistes (Vive le Roué, 1989), Faizant ne s'empêchera pas de lancer quelques piques plutôt tendres à l'endroit de la bourgeoisie, personnifiée par ses « vieilles dames », dans Paris Match.

Outre la minijupe de sa Marianne « maîtresse des présidents », Jacques Faizant a imposé quelques attributs visuels à certains hommes publics : le cochon-tirelire de Michel Debré, le parapluie de Laurent Fabius, le chapeau de Charles Hernu.

On estime que Jacques Faizant a produit plus de 50 000 dessins au cours de sa carrière. On lui doit aussi un dessin publicitaire célèbre, commandité par la Confrérie des maîtres pipiers de Saint-Claude : « La pipe, c'est mieux ».

Il est par ailleurs romancier et auteur de théâtre.

Plusieurs dizaines de recueils de ses dessins de presse ont été publiés.

Le 30 octobre 2018, à l'occasion du centenaire de sa naissance, 300 œuvres originales, dessins et aquarelles sont mis en vente à l'hôtel des ventes de Drouot. Presque tout le lot est vendu pour 90 000  €, plus du double de l'estimation initiale[4].

CollaborationsModifier

En 1988, Jacques Faizant et Georges Wolinski publient un album de dessins commun : Tous présidents !.

Affiche de cinémaModifier

CyclotouristeModifier

Ce n'est pas un moindre aspect de sa vie que le cyclotourisme, qu'il découvre avec le docteur Ruffier[5]. Il roule en général sur un cycle Alex Singer jaune acheté en 1976[6]. En 1989, Il possède plusieurs vélos, dont un tandem fabriqué par la maison Urago de Nice à la fin des années 1960 et un cycle France-Loire en Duralinox, est membre de plusieurs clubs dont ceux de Rueil-Malmaison et d'Anglet, où il a une résidence[5]. Il se définit comme randonneur plutôt que comme cyclotouriste, appréciant les longues distances et les voyages à vélo[5].

Jacques Faizant fait partie des premiers inscrits au Club des cent cols, dont on devient membre après avoir franchi cent cols à vélo, et il dessine les couvertures des premiers numéros de la revue de ce club[7].

Il créée un personnage de roman pratiquant le cyclotourisme, Albina, qu'il place au centre de deux livres qu'il définit comme des chroniques cyclistes : Albina et la bicyclette en 1968, et Albina roule en tête en 1977. Il écrit des articles et fait des dessins pour la revue Le Cycliste, créée par Vélocio ainsi que pour la revue Cyclotourisme, gérée par la Fédération française de cyclotourisme[réf. nécessaire].

Il a retiré de la pratique régulière du vélo autant de philosophie qu'il lui en a donné. « Sortir de chez soi avec tout son bien dans une ou deux sacoches, mettre ses gants, s’asseoir sur la selle, poser le pied sur la pédale, regarder le ciel et partir. Le cyclotourisme, c’est cela. »[8]

LivresModifier

DessinsModifier

  • La Ruée vers l'ordre, Denoël, 1967.
  • Y'a qu'à, Denoël, 1971.
  • Les Gros soucis, Denoël, 1972.
  • Fais-moi peur !, Denoël, 1973.
  • L'État de grince, Denoël, 1982.
  • 90 Rude la paix, Denoël, 1990.
  • Au temps pour les crosses !, Denoël, 1991.
  • L'Année des médusés, Denoël, 2002.

RomansModifier

  • Allez-vous rhabiller, Calman-levy, 1953.
  • Ni d'Ève ni d'Adam, Calman-levy, 1954.
  • Rue Panse-Bougre, Calman-levy, 1958.
  • Au lapin d'Austerlitz, Calman-levy, 1962.
  • Oublie-moi, Mandoline, Calmann-Lévy, 1973.

AutresModifier

  • L’œil à la main (conversations avec Gilles Plazy), Stock

PrixModifier

  • Chevalier de l'Ordre de la Légion d'Honneur [9]
  • Prix Renaissance des arts 1986[10].

Notes et référencesModifier

  1. Télé 7, no 1136, semaine du 6 au , p. 107.
  2. (en) Charles Bremner, France's cartoon historian signs off, The Times, page web archivée sur Archive.is, .
  3. AFP/AP, « Le dessinateur Jacques Faizant est mort », Le Monde, (consulté le 6 avril 2020).
  4. Olivier Delcroix, « La vente Jacques Faizant atteint un record », sur www.lefigaro.fr, (consulté le 14 avril 2020)
  5. a b et c Interview pour la revue Cyclotourisme n° 370 de décembre 1989, réalisée le 30 juin 1989
  6. « Alex Singer / Jacques Faizant », sur www.tontonvelo.com, (consulté le 14 avril 2020)
  7. « Le club des cent cols, 40 ans d'histoire », sur https://www.centcols.org (consulté le 16 avril 2020)
  8. Revue Cyclotourisme – FFCT, n° 545, mars 2006
  9. La-Croix.com, « Légion d'honneur du 14 Juillet 1996 », sur La Croix, (consulté le 27 septembre 2018)
  10. « Prix Renaissance des arts », sur cerclerenaissance.info.

AnnexesModifier

DocumentationModifier

Liens externesModifier