Ouvrir le menu principal

Jacques Antoine Mourgue

homme politique et ministre français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mourgue.

Jacques Antoine Mourgue (aussi connu par erreur avec les prénoms Jacques Augustin et Jacques Aoûtin, né à Marsillargues (Hérault), le 2 juin 1734, et mort à Paris, le 15 janvier 1818, est un homme politique et ministre français.

Sommaire

BiographieModifier

Fils de Jacques et Claudine Mourgue, il était, au début de la Révolution, directeur des travaux du port de Cherbourg. Lié avec Dumouriez qui commandait cette place, il fut présenté par lui à Louis XVI, et appelé à succéder à Rolland dans les fonctions de ministre de l'Intérieur (13 juin 1792); il ne les garda que cinq jours et s'en démit dès le 18 juin. Il vécut ensuite à l'écart de la politique active et se consacra tout entier à des œuvres philanthropiques: administrateur du mont-de-piété de Paris, membre du conseil général des hospices civils, il s'appliqua à introduire dans ces établissements de notables améliorations, et exposa le plan d'une caisse de prévoyance pour les ouvriers.

Mourgue fut fait chevalier de la Légion d'honneur par Louis XVIII, le 5 août 1814.

Il a eu comme enfants :

  • Un fils Scipion Mourgue s'est illustré dans le négoce et la haute administration française.
  • Une fille Jeanne Eglé Fulcrande Catherine Mourgue marié avec Philippe Panon Desbassayns de Richemont (1774-1840), haut fonctionnaire, homme politique, administrateur, propriétaire terrien, comte en 1827

Il aurait aussi été œnologue, membre de la Société royale des sciences, il est l'auteur d'un mémoire sur le vin.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise de Paris (39e division).

Les archives concernant Jacques-Antoine Mourgue ont été déposées (Fonds Mourgue) en 2008 aux archives départementales de l'Hérault[1].

OuvragesModifier

On lui doit un grand nombre d'ouvrages traitant de matières politiques et économiques :

  • Vues d'un citoyen sur la composition des États-Généraux (1788)
  • De la France relativement à l'Angleterre et à la maison d'Autriche (1797)
  • Plan d'une caisse de prévoyance et de secours présenté à l'administration des hospices et secours à domicile (1809)
  • Essai de statistique contenant des observations sur les naissances, les mariages et les décès, des calculs relatifs aux probabilités de la vie, et des tables météorologiques.

Il a complété par des observations un mémoire de Pierre Bertholon sur la fermentation du vin : Auteur(s) : Bertholon, Pierre (1741-1800) Voir les notices liées en tant qu'auteur

  • Mémoire qui a remporté le prix de la Société royale des sciences de Montpellier en 1780 sur cette question : Déterminer par un moyen fixe, simple et à la portée de tout cultivateur, le moment auquel le vin en fermentation dans la cuve aura acquis toute la force et toute la qualité dont il est susceptible. Précédé d'observations sur les mémoires qui ont concouru, par M. Mourgue, Montpellier, Jean Martel aîné, 1781

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier