Ouvrir le menu principal

Jacqueline Pagnol

actrice de cinéma française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacqueline Bouvier et Bouvier.
Jacqueline Pagnol
Description de l'image Defaut.svg.
Nom de naissance Jacqueline Andrée Bouvier
Naissance
Malakoff (Seine)
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 95 ans)
Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)
Profession Actrice
Films notables Manon des sources

Jacqueline Pagnol, née Jacqueline Bouvier le à Malakoff (Seine, aujourd'hui Hauts-de-Seine)[1],[2] et morte le à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)[1], est une actrice de cinéma française. Elle est aussi l'épouse et la muse de l'écrivain, cinéaste et académicien français Marcel Pagnol.

BiographieModifier

Jacqueline Pagnol naît le à Malakoff[1],[2]. Sa famille est originaire du Gard[2]. Avant la guerre, elle suit les cours de l'école dramatique de Charles Dullin[3]. Elle rencontre Marcel Pagnol à Paris en 1938, alors qu'il cherche des jeunes acteurs pour un projet de film sur sa jeunesse[3].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle écrit de la poésie et publie en 1942 « Histoires des petits hommes et des grandes bêtes » dans les Cahiers de l'École de Rochefort[3]. En même temps, elle joue des petits rôles dans différents films[3].

Marcel Pagnol la recontacte en 1944, et lui demande rapidement sa main[3]. Il lui offre le rôle-titre de Naïs, adaptation de la nouvelle Naïs Micoulin de Zola, tourné à l'été 1945[3]. Ils se marient à Malakoff le 6 octobre 1945, jour du 25e anniversaire de Jacqueline[4].

Pour elle, l'auteur écrit et réalise Manon des sources[3]. Tourné en 1952, ce film relate l'histoire d'une jeune bergère sauvageonne vivant dans les collines provençales et qui se venge de ceux qu'elle juge responsables de la mort de son père. Marcel Pagnol reprend et remanie le scénario pour en faire un diptyque romanesque, L'Eau des collines, publié en 1963[3].

Au total, Jacqueline tourne dans six des films de Pagnol. Ils ont deux enfants ensemble, Frédéric en 1946 et Estelle en 1951. Jusqu'à sa mort, Marcel Pagnol dira d'elle qu'elle était son « brin de poésie et de tendresse »[5].

Après le décès de Marcel Pagnol en 1974, elle s'emploie à faire rayonner son œuvre. Elle crée notamment le Prix Littéraire Marcel Pagnol en 2000[3] qui « récompense chaque année un livre sur le thème du souvenir d'enfance »[6], sujet où s'était illustré son mari. Elle reçoit un César d'honneur en 1981 pour l'ensemble de son œuvre[3].

Jacqueline Pagnol, qui vivait dans le 16e arrondissement de Paris[1], meurt à Neuilly-sur-Seine le [1]. Elle est inhumée aux côtés de Marcel Pagnol dans le cimetière de La Treille à Marseille[7].

ŒuvresModifier

FilmographieModifier

ThéâtreModifier

PublicationModifier

  • 1987 Pagnol inédit, Paris, Carrère.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e « Actes de naissance et de décès », sur CinéArtistes.
  2. a b et c Marcel Pagnol (auteur), Nicolas Pagnol (éditeur scientifique) et Thierry Dehayes (éditeur scientifique) (préf. Philippe Caubère), Je te souhaite beaucoup d'ennemis comme moi : correspondances intimes et littéraires, Paris, éd. Robert Laffont, , 358 p., 24 cm (ISBN 978-2-221-20327-9, notice BnF no FRBNF45404156, lire en ligne), « Jacqueline Pagnol, née Bouvier (1920-2016) ».
    Le chapitre consacré aux lettres adressées par Marcel Pagnol à Jacqueline Pagnol commence par les phrases, émanant des éditeurs scientifiques : « Jacqueline Bouvier est née le 6 octobre 1920, à Malakoff. Sa famille est originaire de Ribaute-les-Tavernes, dans le Gard. »
  3. a b c d e f g h i et j Philippe-Jean Catinchi, « Mort de l’actrice Jacqueline Pagnol », sur LeMonde.fr, (consulté le 24 décembre 2016).
  4. Joseph Valynseele et Denis Grando (préf. Alain Decaux), À la découverte de leurs racines : seconde série, Paris, L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, , 213 p., 21 x 30 cm (à l'italienne) (ISBN 2-908003-03-1, notice BnF no FRBNF35761963), « Marcel Pagnol », p. 140.
    Note : La notice BnF donne par erreur la mention de couverture « Généalogie de 80 célébrités » comme élément du titre, alors que cette mention est totalement absente de la page de titre proprement dite.
  5. « Jacqueline Pagnol, première "Manon des Sources", est décédée », sur Le Point.fr, (consulté le 24 décembre 2016).
  6. « Marcel Pagnol site officiel - Prix Marcel Pagnol », sur www.marcel-pagnol.com (consulté le 13 août 2019).
  7. « Marseille (13) : cimetière de la Treille - Cimetières de France et d'ailleurs », sur www.landrucimetieres.fr (consulté le 13 août 2019).

AnnexesModifier