Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Institut Diderot (Paris)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Institut Diderot.

L’Institut Diderot est un laboratoire d'idées français lancé le .

Institut Diderot
Image illustrative de l'article Institut Diderot (Paris)

Domaine d'activité généraliste
Histoire
Création
Budget
Caractéristiques
Personnes-clés Jean-Claude Seys
Président
Dominique Lecourt
Directeur général
Siège Paris, Drapeau de la France France
Publications Notes, études, rapports
Site web www.institutdiderot.fr

La double ambition de cet Institut est de favoriser, sur les grands thèmes qui préoccupent les sociétés contemporaines, une approche multidisciplinaire et une vision prospective.

Il s'agit d'un fonds de dotation pour le développement de l’économie sociale, régi par la loi n°2008-776 du 4 août 2008, créé en mars 2009 par Covéa, société de groupe d’assurance mutuelle qui réunit notamment la MAAF, les MMA et la GMF[1].

Sommaire

Forme juridiqueModifier

Le fonds de dotation est un outil conçu avec la vocation de concilier la popularité des associations et le prestige des fondations. Pour ce faire il cumule, d’une part, la souplesse de constitution et de fonctionnement reconnue à la forme associative et, d’autre part, la grande capacité juridique et financière caractérisant les fondations et associations reconnues d’utilité publique.

ObjectifsModifier

L'Institut se donne pour objectif :

  • de rapprocher dans une démarche prospective commune les deux mondes de la recherche — sciences de la nature et sciences de l’homme — du monde économique[2],
  • de contribuer à libérer la réflexion sur la société des partis pris idéologiques qui pèsent encore sur elle,
  • d'agir à l’échelle internationale pour la diffusion du concept et des valeurs réactualisées de l’économie sociale.

L'Institut contribue au débat public notamment par la publication de dossiers thématiques proposant des analyses réflexives et prospectives, des notes d’actualité, une lettre semestrielle, des séminaires et colloques sur des sujets définis par le conseil d’orientation et des petits déjeuners thématiques.

ActivitésModifier

L'Institut Diderot organise régulièrement des débats publics et édite des notes, études et sondages qu'elle met à disposition des internautes en téléchargement gratuit sur son site Internet.

À partir de novembre 2011, l’Institut Diderot produit sur la chaîne LCP-Assemblée nationale une série de programmes courts. Animée par la journaliste Julie Clarini, chacune des émissions est l’occasion de développer la question du progrès autour d’une thématique particulière avec une personnalité choisie pour la qualité de son point de vue[3].

DeviseModifier

« L’homme est le terme unique d’où il faut partir et auquel il faut tout ramener » (Denis Diderot).

Instances de directionModifier

  • L'Institut est présidé par Jean-Claude Seys, fondateur et vice-président du groupe Covéa. Il préside le conseil d’administration. Il assume la gestion courante du fonds de dotation et assure sa représentation dans tous les actes de la vie de l’Institut.
  • Le philosophe Dominique Lecourt en est le directeur général. Il préside le conseil d’orientation et est chargé de l’animation et de la gestion de l’Institut. Il veille à la mise en œuvre des projets et à la coordination des diverses activités de l’Institut.
  • Thomas Bourgeois, secrétaire général.

Conseil d'orientationModifier

Conseil d'administrationModifier

  • Jean-Claude Seys, président,
  • Thierry Derez, vice-président,
  • Marie-Hélène Roncoroni,
  • Aimé Simon,
  • Michel Roux,
  • Mario Colaïacovo.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. L'Argus de l'Assurance, 23 octobre 2009; Paris Match, 22 octobre 2009; Le Monde, 21 octobre 2009; L'argus de l'assurance.com, 19 octobre 2009; La Tribune, 19 octobre 2009; La Croix, 16 octobre 2009; Le Figaro, 29 août 2009; La Tribune, 30 avril 2009 [1]
  2. «Redonner sens au progrès», Le Figaro, 6 janvier 2010 [2]
  3. «L’Institut Diderot sur LCP-Assemblée nationale», Espace datapresse, le 31 octobre 2011, [3]