Infinity 8
Série
Logo de la série.
Logo de la série.

Scénario Lewis Trondheim, Zep, Olivier Vatine, Fabien Vehlmann, Kris, Davy Mourier, Emmanuel Guibert, Boulet, Killofer
Dessin Dominique Bertail, Olivier Vatine, Olivier Balez, Martin Trystram, Lorenzo De Felici, Franck Biancarelli, Boulet, Killofer
Genre(s) Humour, science-fiction

Pays Drapeau de la France France
Langue originale Français
Éditeur Rue de Sèvres
Format Albums et comics
Nb. d’albums 8 albums et 6 comics

Infinity 8 est une série de bande dessinée, publiée tout d'abord au format comics puis en format album, prévue en huit volumes et publiée par l'éditeur Rue de Sèvres depuis octobre 2016.

SynopsisModifier

PersonnagesModifier

Liste des volumesModifier

Version comicsModifier

  1. Romance et macchabées 1/6 (scénario avec Zep, dessin de Dominique Bertail), 30 p., format comics, couverture souple, 2016 (DL 10/2016) (ISBN 978-2-369-81396-5)
  2. Romance et macchabées 2/6 (scénario avec Zep, dessin de Dominique Bertail), 30 p., format comics, couverture souple, 2016 (DL 10/2016) (ISBN 978-2-369-81399-6)
  3. Romance et macchabées 3/6 (scénario avec Zep, dessin de Dominique Bertail), 26 p., format comics, couverture souple, 2016 (DL 10/2016) (ISBN 978-2-369-81401-6)
  4. Retour vers le Führer 4/6 (scénario avec Olivier Vatine, dessin d'Olivier Vatine), 30 p., format comics, couverture souple, 2016 (DL 10/2016) (ISBN 978-2-369-81404-7)
  5. Retour vers le Führer 5/6 (scénario avec Olivier Vatine, dessin d'Olivier Vatine), 30 p., format comics, couverture souple, 2016 (DL 11/2016) (ISBN 978-2-369-81406-1)
  6. Retour vers le Führer 6/6 (scénario avec Olivier Vatine, dessin d'Olivier Vatine), 28 p., format comics, couverture souple, 2017 (DL 01/2017) (ISBN 978-2-369-81409-2)

Version albumsModifier

  1. Romance et macchabées, scénario avec Zep, dessin et couleurs de Dominique Bertail, 85 p. (reprend les tomes 1 à 3 de la version comics), avec 6 p. de making-of (croquis, illustrations et entretien avec le dessinateur), 2017 (DL 01/2017) (ISBN 978-2-369-81257-9)
  2. Retour vers le Führer, scénario avec Olivier Vatine, dessin et couleurs d'Olivier Vatine, couleurs de Juliette Godin, Arthur Vatine et Isabelle Rabarot, 89 p. (reprend les tome 4 à 6 de la version comics), avec 4 p. de making-of (croquis commentés), 2017 (DL 01/2017) (ISBN 978-2-369-81259-3)
  3. L'Évangile selon Emma, scénario avec Fabien Vehlmann, dessin et couleurs d'Olivier Balez, 89 p., avec 4 p. de making-of (croquis commentés), 2017 (DL 03/2017), (ISBN 978-2-369-81261-6)
  4. Guérilla symbolique, scénario avec Kris, dessin et couleurs de Martin Trystram, couleurs de Hubert, 89 p., avec 4 p. de making-of (croquis commentés), 2017 (DL 05/2017) (ISBN 978-2-369-81264-7)
  5. Le Jour de l'apocalypse, scénario avec Davy Mourier, dessin et couleurs de Lorenzo De Felici, 96 p., 2017 (DL 09/2017) (ISBN 978-2-369-81266-1)
  6. Connaissance ultime, scénario avec Emmanuel Guibert, dessin et couleurs de Franck Biancarelli, 96 p., 2018 (DL 01/2018) (ISBN 978-2-36981-269-2)
  7. Et rien pour finir, scénario avec Boulet, dessin et couleurs de Boulet, 96 p., 2018 (DL 03/2018) (ISBN 978-2-36981-272-2)
  8. Jusqu'au dernier, scénario avec Killofer, dessin de Killofer (à paraître annoncé pour le 13/02/2019)

Présentation de l'œuvreModifier

Selon Lewis Trondheim, qui rapproche le concept de reboot de la série avec les films Source Code ou Un jour sans fin, « à partir d'une situation donnée, ici la découverte imprévue d'une nécropole spatiale, se développent huit intrigues différentes, huit albums indépendants les uns des autres ». Le format, inspiré des comics, emprunte cependant son côté hybride à des bande dessinées du style de Lastman, plus libre que les volumes de Star Wars qu'Olivier Vatine, dessinateur et scénariste d'Infinity 8, a publiés dans les années 1990[1].

Dominique Bertail, dessinateur des tomes 1 à 3, évoque les influences des comics de Jack Kirby, Wallace Wood, Richard Corben et Jack Davis, ainsi que les mangas Orion, Nausicaä, BLAME!, Dragon Head, Akira et Innocent[2].

Pour du9, « avec science et professionnalisme, Infinity 8 cultive en quelque sorte une réinitialisation du récit. Dans cet univers, il y a une possibilité de revenir au début, au moment où le chemin a bifurqué vers la catastrophe. Trouver cette porte de sortie sous forme de conditions ou situations permet aux auteurs de maintenir un suspense dans leurs histoires »[3].

Accueil critiqueModifier

Pour Stéphane Jarno de Télérama, « pour mener à bon port cette série de huit volumes, douze pigistes de luxe se sont relayés auprès des deux pilotes. Le résultat est jubilatoire et l'idée de pré-publier les premières histoires sous forme de fascicules devrait réjouir tous ceux qui ont grandi en lisant Strange ou Titans. Dessins léchés, tempo trépidant et humour déconnant, Infinity 8 joue à merveille avec les codes et le vocabulaire empruntés aux grandes sagas de Marvel ou de DC, mais le ton et l'esprit sont irrémédiablement « vieille Europe » »[4].

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. Stéphane Jarno, « La Bédéthèque idéale #136 : avec Infinity 8, Trondheim et Vatine relancent la SF à la française », sur Télérama, (consulté en décembre 2016)
  2. Antoine Bigor, « Infinity 8 : L'interview de Dominique Bertail », sur 9emeart.fr, (consulté en décembre 2016)
  3. Jessie Bi, « Infinity 8 de Collectif & Lewis Trondheim », sur du9, (consulté en décembre 2016)
  4. Stéphane Jarno, « Infinity 8, Collectif », Télérama, no 3485,‎ (lire en ligne)