Iasnaïa Poliana (oblast de Kaliningrad)

village russe

Iasnaïa Poliana[N 1] (en russe : Ясная Роляня, en allemand : Trakehnen) est un village du raion de Nesterov dans l’oblast de Kaliningrad (Russie). Il était bien connu pour le haras de Trakehnen fondé par le roi Frédéric-Guillaume Ier de Prusse.

GéographieModifier

Il se situe dans le nord-est de la région historique de Prusse, près de la vaste lande de Rominten s'étendant jusqu'aux frontières avec la Lituanie et la Pologne.

HistoriqueModifier

 
Portrait de la jument trakehner Mongolin, née à Trakehnen en 1886.

Le manoir de Trakehnen[N 2] a été fondé en 1731 par le roi-soldat Frédéric-Guillaume Ier pour accueillir l'un des haras principaux du royaume de Prusse, puis de tout l'Empire allemand. Situé dans la province de Prusse-Orientale, il se maintint jusqu'en 1944 pour l’élevage du célèbre cheval Trakehner.

L’administration du village incorporé dans l'arrondissement de Stallupönen (à partir de 1938: Ebenrode) ne dépendait pas du haras et de son domaine. Le haras a été démantelé à l’hiver 1944 / 1945 lors de l'évacuation de la Prusse-Orientale et l'invasion de l'Armée rouge. Aujourd'hui les bâtiments abritent une école agricole et un petit musée. Il n'y a plus d'élevage de chevaux, mais il y a encore un petit haras à Maïovka (l'ancien domaine de Georgenburg) à proximité du village.

PopulationModifier

Après la Seconde Guerre mondiale, la population allemande restante a été expulsée jusqu'à l’été 1945 pour être remplacée par des populations venant de Russie soviétique. Le district de Gumbinnen et l'arrondissement d'Ebenrode auxquels appartenaient administrativement Trakehnen ont donc cessé aussi d'exister. Sa population est actuellement d'environ 500 habitants.

PersonnalitésModifier

  • Walther Funk (1890-1960), journaliste, homme politique et haut fonctionnaire du Troisième Reich ;
  • Wilhelm Kuebart (1913-1993), officier, membre du complot du .

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le nom signifie « clairière » en russe.
  2. « Trakehnen » vient du mot Traki signifiant tourbière en allemand dialectal de Prusse-Orientale.

RéférencesModifier