Touch ID est un système de lecture d'empreinte digitale proposé par Apple, servant à déverrouiller les appareils iPhone, iPad, MacBook Pro et Air, à effectuer des achats dans l'App Store[1] ou à payer ses achats en ligne ou dans des boutiques physiques ou sur Internet avec le système Apple Pay.

Touch ID de l'iPhone 6s.
Touch ID de 1re génération dans un iPhone 5s.

Le premier Touch ID est sorti avec l'iPhone 5s en 2013[2], puis une seconde génération plus rapide depuis l'iPhone 6s jusqu'à l'iPhone SE (2020) ainsi que pour le MacBook Pro, le MacBook Air de 2018 puis l'iMac de 2021 par le biais de son Magic Keyboard ; celui de l'iPhone 7, du 8 et du SE (2020) n'est pas un bouton mécanique, mais une surface tactile[3].

CompositionModifier

La première couche de Touch ID se compose de cristal de saphir taillé au laser autour duquel s'ajoute un anneau de détection en acier inoxydable, en dessous se trouve un capteur capacitif à toucher unique, puis encore en dessous, se trouve un commutateur tactile[1]. Touch ID est capable de lire une empreinte sous tous les angles[4].

SécuritéModifier

Les fichiers des empreintes ne sont ni sauvegardés sur iCloud, ni partagés avec Apple ou des tiers[4].

En , Chaos Computer Club, un groupe de hackers allemand, a démontré qu'avec une simple photo d'un doigt, on pouvait reproduire l'empreinte digitale de celui-ci et l'utiliser pour accéder à des informations confidentielles sur le téléphone d'une personne[5].

GénérationModifier

Génération Modèle
1
2

RéférencesModifier

  1. a et b Sylvain Rogelet, « Comment fonctionne Touch ID ? », sur Consomac, (consulté le )
  2. Jean-Baptiste A., « Touch ID : le premier prototype du capteur d’empreintes est dévoilé par AuthenTec », sur Iphoneaddict.fr, mis en ligne le 16 octobre 2013 (consulté le )
  3. Samir Azzemou, « Apple iPhone 7 : son nouveau bouton tactile est-il une solution de transition ? », sur Lesmobiles.com, 13 septembre consulté le=18 septembre 2017
  4. a et b Apple Inc., « Apple - iPhone 6 - Touch ID », sur Apple (consulté le )
  5. « Pour pirater une empreinte digitale, cette photo suffit », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussiModifier

Liens externesModifier