Hermann Hoth

général allemand. A inspiré Georges Lucas -général Hoth front de l est

Hermann Hoth
Hermann Hoth

Surnom Papa Hoth
Naissance
Neuruppin, province de Brandebourg
Décès (à 86 ans)
Goslar, Allemagne
Origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Allégeance Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Drapeau de la république de Weimar République de Weimar
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Grade Generaloberst
Années de service 19041945
Commandement 18. Panzergrenadier-Division
15. Armeekorps
Panzergruppe 3
17. Armee
4. Panzerarmee
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes Opération Barbarossa
Bataille de France
Bataille de Koursk
Distinctions Croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne et glaives
Signature de Hermann Hoth

Hermann Hoth est un militaire allemand, né le à Neuruppin en province de Brandebourg et mort le à Goslar en Allemagne de l'Ouest.

Il a été Generaloberst de l'armée de terre de la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est connu pour ses victoires (en France et sur le front de l'Est) et pour ses défaites (à Stalingrad, Koursk et Kiev). À l'issue du conflit, il a été condamné à six ans de prison pour crime de guerre.

BiographieModifier

Né à Neuruppin, Hermann Hoth le fils d’un officier du corps médical. Il entre dans l’armée allemande en 1904 et participe à la Première Guerre mondiale. Il reste dans l’armée pendant la période de la république de Weimar : il est promu Generalmajor (équivalent de général de brigade) et nommé au commandement de la 18e division d’infanterie.

Promu Generalleutnant (équivalent de général de division), il commande le 15e corps d’armée à partir du à la tête duquel il participe à l’invasion de la Pologne l’année suivante.

Il participe avec autant de succès à la bataille de France en 1940 puis est promu General der Infanterie (équivalent de général de corps d'armée pour l'arme de l'infanterie) le .

Lors de l’opération Barbarossa en 1941, Hoth commande initialement le Panzergruppe 3, capturant Minsk et Vitebsk. En octobre, il remplace Carl-Heinrich von Stülpnagel en tant que commandant de la 17e armée en Ukraine. À l'automne 1941, il se fait remarquer par ses déclarations à la troupe où il reprend les thèmes les plus extrêmes de la propagande nazie, justifiant la guerre d'extermination menée contre les Juifs et les Slaves[1]. Son armée est repoussée par la contre-offensive soviétique de janvier 1942.

En juin 1942, il succède à Erich Hoepner comme commandant de la 4. Panzerarmee, qui combat sur le front de Briansk et au siège de Stalingrad. Le groupe de chars de combat de Hoth tente de percer les défenses soviétiques afin de créer un couloir de repli pour la 6e armée du général Paulus mais échoue. Il participe aussi à la bataille de Koursk, sous les ordres de Erich von Manstein, mais ne parvient pas à percer les défenses russes.

À l'automne 1943, l’Armée rouge réussit une série d’offensives qui repoussent les Allemands. Hoth, devenu Generaloberst (équivalent de général d'armée) ne peut conserver Kiev. Il est blâmé par Adolf Hitler, qui le considère alors comme défaitiste, et il est transféré à la réserve en novembre.

En , il est rappelé au service actif et affecté au commandement de la défense du massif du Harz, une position tenue jusqu’à la fin de la guerre car jamais attaquée par les Alliés.

Après la guerre, il est jugé au procès du Haut Commandement militaire de Nuremberg, reconnu coupable de crime de guerre et de crime contre l'humanité : le , il est condamné à quinze ans de prison. Il est libéré en 1954 et se consacre à l’écriture. Il meurt à Goslar où il est enterré.

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jean Lopez, Koursk, p. 101.

Voir aussiModifier

Sources et bibliographieModifier

  • (de) Fellgiebel, Walther-Peer, Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945, Friedburg, Podzun-Pallas, 2000 (ISBN 3-7909-0284-5)
  • (de) Scherzer, Veit, Ritterkreuzträger 1939–1945 - Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives, Iéna, Scherzers Miltaer-Verlag, 2007 (ISBN 978-3-938845-17-2)

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :