Ouvrir le menu principal

Henri Maillot (militant anticolonialiste)

aspirant de l'Armée de terre
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henri Maillot.
Henri Maillot
Aspirant-maillot-1956-206x248.jpg
Henri Maillot en 1956
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Conflit

Henri Maillot dit l'aspirant Maillot (né à Alger le , mort à Lamartine, aujourd'hui El Karimia, le ) est un militant communiste et anticolonialiste français.

Sommaire

BiographieModifier

Engagement politiqueModifier

Né à Alger en 1928 dans une famille pied-Noire, ami depuis l'enfance de Fernand Iveton, son voisin du Clos-Salembier[1], Henri Maillot était militant du Parti communiste algérien (PCA). Secrétaire général de l'Union de la Jeunesse Démocratique algérienne, il représenta l'Algérie dans des congrès de la jeunesse à Prague et à Varsovie. Il fut aussi employé par le quotidien Alger Républicain, proche des communistes. La répression qui frappe les musulmans après le massacre du Constantinois en , marque profondément Henri Maillot, qui va alors confirmer ses choix politiques et se joindre aux Algériens engagés dans la lutte pour l'indépendance. Maillot se considérait avant tout comme Algérien. Dans sa lettre adressée à la presse, il écrivait : « Je ne suis pas musulman, mais je suis Algérien, d’origine européenne. Je considère l’Algérie comme ma patrie. »

DésertionModifier

En 1956, Henri Maillot est affecté au 57e bataillon de tirailleurs de Miliana, avec le grade d'aspirant. Le , il déserte et détourne un camion d'armes et de munitions pour rejoindre un groupe de maquisards communistes qui s'était constitué dans la région d'Orléansville sous la responsabilité d'un membre du bureau clandestin du PCA, Abdelkader Babou. Quelques jours plus tard, il adresse aux rédactions des journaux français une lettre où il écrit notamment : « Au moment où le peuple algérien s'est levé pour libérer son sol national du joug colonialiste, ma place est aux côtés de ceux qui ont engagé le combat libérateur »[2].

Rivalité avec le FLNModifier

Le FLN se méfie des groupes armés qu'il ne contrôle pas. Belkacem Bouchafa, responsable des réseaux FLN d'Alger, raconte en 1986 : « Dès que la presse a parlé du vol du camion d'armes nous avons donné pour instruction de rechercher les auteurs de ce détournement pour pouvoir récupérer les armes et éventuellement les neutraliser. Ces armes étaient destinées à armer des groupes qui, plus tard, risquaient d'être des adversaires. Les éléments communistes étaient recherchés par les autorités coloniales et par nous-mêmes : c'était à celui qui les découvrirait le premier. C'était une course de vitesse[3]. »

Maquis rougeModifier

Le , Henri Maillot est condamné à mort par contumace pour trahison par le tribunal militaire d'Alger. Le , le groupe de huit maquisards du « maquis rouge » que commande Henri Maillot est surpris par les troupes françaises près de Lamartine[4] dans la région d'Orléansville[5]. Trois membres du groupe sont tués au combat : Belkacem, Hammi et un Européen, Maurice Laban[6], membre du Parti communiste algérien, ancien combattant de la guerre d'Espagne et ancien résistant[7]. Henri Maillot, quant à lui, est pris vivant puis confié aux gendarmes mobiles. Après deux heures de torture on lui dit de filer. Il part à reculons en criant « Vive le Parti communiste algérien ! »[8] et s'écroule sous une rafale[9].

PostéritéModifier

  • En 2002, l’État algérien a inauguré à Alger une stèle à la mémoire des Français qui avaient soutenu le combat du peuple algérien pour sa libération.
  • En 2016, une place, à Alger dans la commune d’El Mouradia, a été baptisée en son nom[réf. nécessaire].

Notes et référencesModifier

  1. Jean-Luc Einaudi, Pour l’exemple, l’affaire Fernand Iveton, éditions L’Harmattan, 1986 (ISBN 2-85802-721-8), p. 26.
  2. Texte complet de la lettre à la presse sur le site de la section de Toulon de la Ligue des Droits de l’Homme.
  3. Interviewé par Jean-Luc Einaudi dans Pour l’exemple, l’affaire Fernand Iveton, éditions L’Harmattan.
  4. Aujourd'hui El Karimia.
  5. Aujourd'hui Chlef.
  6. Jean-Luc Einaudi, Un Algérien, Maurice Laban, Le Cherche midi, 1999.
  7. « Un (communiste) algérien : Maurice Laban (1914-1956) », sur le site Matière et Révolution.
  8. France Observateur, 14 juin 1956.
  9. Selon le témoignage recueilli plus de quarante ans après par Serge Kastell pour son livre Le Maquis rouge. L'Aspirant Maillot et la guerre d'Algérie, 1956, les militaires auraient sommé Maillot de crier « Vive la France ! » et il se serait exclamé « Vive l’Algérie indépendante ! » en tombant sous les balles.

BibliographieModifier

Liens externesModifier