Département d'Alger

ancien département français en Algérie (1848-1962)
Département d'Alger

18481962

Description de cette image, également commentée ci-après
Département d'Alger, dans ses limites de 1905 à 1957.
Informations générales
Statut Département français d'Algérie
Chef-lieu Alger
Démographie
Population 1 079 806 hab. (1954)
Densité 20 hab./km2 (avant 1957)
320 hab./km2 (après 1957)
Superficie
Superficie 54 861 km2 (avant 1957)
3 393 km2 (après 1957)
Histoire et événements
9 décembre 1848 Création
10 janvier 1957 Fin de l'administration des Territoires du Sud
20 mai 1957 Réorganisation et division
1962 Indépendance de l'Algérie
1968 Transformation en wilaya

Préfet

Président du conseil général

Entités suivantes :

Le département d'Alger est une ancienne subdivision territoriale de l'Algérie. Créé par la France en , il est réorganisé en 1957. À l'instar des autres départements de la période coloniale, il a été maintenu après l'indépendance de l'Algérie en 1962, jusqu'en , date à laquelle la wilaya d'Alger lui a succédé[1]. Son chef-lieu était Alger.

Considérée comme une province française, l'Algérie fut départementalisée le . Les départements créés à cette date étaient la zone civile des trois provinces[2] correspondant aux beyliks de la régence d'Alger récemment conquis. Par conséquent, la ville d'Alger fut faite préfecture du département portant son nom, couvrant alors le centre de l'Algérie, laissant à l'est le département de Constantine et à l'ouest le département d'Oran.

Les provinces d'Algérie furent totalement départementalisées au début de la IIIe république, et le département d'Alger couvrait alors un peu plus de 170 000 km2[3].

Le département comportait encore à la fin du XIXe siècle un important territoire de commandement sous administration militaire, sur les hauts plateaux et dans sa zone saharienne[4]. Lors de l'organisation des Territoires du Sud en 1905, le département fut réduit à leur profit à 54 861 km2, ce qui explique que le département d'Alger se limitait à ce qui est aujourd'hui le centre-nord de l'Algérie.

Création modifier

Le département d'Alger est créé par un arrêté du 9 décembre 1848[5].

Subdivisions modifier

Lors de sa création en 1848, le département est divisé en trois arrondissements : Alger, Blida et Médéa. En 1858, l'arrondissement de Miliana est créé[6]. En 1867, l'arrondissement de Blida est supprimé (il sera recréé en 1944)[7]. En 1873, l'arrondissement de Tizi-Ouzou est créé[8],[9]. En 1875, l'arrondissement de Orléansville est créé[10].

Entre 1875 et 1943, le département se compose durant toute cette période de cinq arrondissements : Alger, Médéa, Miliana, Orléansville et Tizi-Ouzou.

En janvier 1944, l'arrondissement d'Aumale est créé et l'arrondissement de Blida recréé. Le département se compose alors de sept arrondissements[11].

En 1955, le décret du crée deux nouveaux arrondissements : Bouira et Fort-National portant à neuf le nombre d'arrondissements[9],[12].

En 1956, le département d'Alger est partitionné en quatre départements et le nouveau département d'Alger est divisé en 1957 en trois arrondissements : Alger, Blida et Maison-Blanche[9],[13].

Réorganisation et indépendance modifier

 
Localisation du département d'Alger après la réorganisation de 1956.

Le 28 janvier 1956, une réforme administrative visant à tenir compte de la forte croissance démographique qu'avait connu le pays, amputa le département d'Alger de son arrière-pays et créant ainsi le , trois départements supplémentaires : le département de Médéa, le département d'Orléansville et le département de Tizi-Ouzou.

Le nouveau département d'Alger couvrait alors 3 393 km2, était peuplé de 1 079 806 habitants et possédait deux sous-préfectures, Blida et Maison-Blanche (l'actuelle Dar El Beïda).

Maintenu après l'indépendance de l'Algérie dans son cadre géographique et ses fonctions administratives, tout en connaissant des réformes organiques et structurelles importantes dès août 1962[14], le département d'Alger devint la Wilaya d'Alger par l'ordonnance du 25 mai 1969.

Démographie modifier

D'après les termes du recensement de 1954, le département d'Alger dans ses frontières d'après 1957 comptait alors 1 079 806 habitants, dont 720 177 Algériens et 359 629 Français d'Algérie, soit 66,7 % d'Algériens autochtones.
Si les Algériens représentaient la claire majorité de la population dans les arrondissements de Blida et Maison-Blanche avec 199 739 (83,58 %) Algériens et 39 237 Français d'Algérie à Blida et 171 000 (87,53 %) Algériens contre 24 351 Français d'Algérie à Maison-Blanche, la situation était plus contrastée dans l'arrondissement même d'Alger. En effet, sur les 645 479 habitants que comptait ce dernier, 296 041 (45,86 %) étaient des Français d'Algérie et 349 438 (54,14 %) des Algériens, soit la plus forte proportion de Français d'Algérie pour un arrondissement algérien à l'exception de l'arrondissement d'Oran.

Le département en 1957 : arrondissements et communes modifier

Cette liste des communes par arrondissement du département en 1957 est issue du décret du 20 mai 1957 « portant modification des limites départementales et création d'arrondissements en Algérie »[15].

Ce décret organisait le nord de l'Algérie en douze départements, et le département d'Alger en trois arrondissements:

Alger ; Baba-Hassan ; Birkhadem ; Birmandreïs ; Bouzaréa ; Chéragas ; Crescia ; Dely-Ibrahim ; Douéra ; Draria ; El-Achour ; El-Biar ; Guyotville ; Hussein-Dey ; Kouba ; Mahelma ; Maison-Carrée ; Ouled-Fayet ; Saint-Eugène ; Saint-Ferdinand ; Saoula ; Staouéli ; Zéralda.

Aïn-Taya ; Alma ; Arba ; Beni-Miscera ; Cap-Matifou[16] ; Corso ; Courbet ; Félix-Faure ; Fondouk ; Fort-de-l'Eau ; Maison-Blanche ; Maréchal-Foch ; Ménerville ; Réghaïa ; Rivet ; Rouiba ; Rovigo ; Saint-Pierre Saint-Paul  ; Sidi-Moussa.

Ameur-el-Aïn ; Attatba ; Beni-Mered ; Berard ; Birtouta ; Blida ; Boufarik ; Bou-Haroun ; Boui-Nan ; Bourkika ; Castiglione ; Chebli ; Douaouda ; El-Affroun ; Fouka ; Koléa ; La Chiffa ; Marengo ; Meurad ; Mouzaiaville ; Oued-el-Alleug ; Soumaa ; Tefeschoun ; Tipasa.

Liste des préfets modifier

Liste des préfets du département d'Alger modifier

Liste des préfets du département et de la région d'Alger modifier

  • De 1956 à 1962 Le préfet d'Alger fut préfet du département et préfet de région : des civils et des militaires ont exercé cette fonction (voir ci-dessous)
  • Nadir Kassab (8 octobre 1962)

Liste des préfets de région

Le décret du 18 juin 1956, portant organisation territoriale de l'Algérie, crée 3 groupes de départements et confie aux 3 préfets d'Alger, d'Oran et de Constantine, les fonctions d'Inspecteur général de l'administration en mission extraordinaire (IGAME). En décembre 1958, l'IGAME devient Secrétaire général régional avec une double tâche :

  1. animer et coordonner l'action administrative dans le groupe de départements
  2. diriger la préparation et l'exécution du plan de développement économique et social

Dans chaque IGAMie (terme officiel de l'époque) est mise en place en janvier 1957, une assemblée régionale provisoire de 30 membres nommés parmi les membres des commissions administratives départementales. ces assemblées ont compétence pour modifier les budgets 1957 des quatre anciens départements : Alger, Oran, Constantine et Bône ; approuver les comptes administratifs des nouveaux départements, approuver le partage de l'actif et du passif de l'ancien département entre les nouvelles préfectures.

Deux décrets des 4 et 6 juillet 1959 découpent le territoire algérien sur le modèle français des circonscriptions d'action régionale instituées par le décret du 7 janvier 1959. Ces circonscriptions ont à leur tête un Secrétaire général régional devenu en février 1960 Préfet inspecteur général régional, assisté à compter du 20 janvier 1961 d'une assemblée consultative : le Conseil régional.

  • François Collaveri (18 juin 1956, préfet IGAME pour les départements de la Région d'Alger.
  • Serge Barret (11 décembre 1956), préfet IGAME pour les départements de la Région d'Alger.
  • Général Jacques Allard (? juin 1958)
  • Général Jacques Massu (? juillet 1958)
  • Jean Chapel (? janvier 1959)

Liste des préfets de police d'Alger modifier

Notes et références modifier

  1. Alger (Wilaya) (BNF 16604862) [consulté le 27 septembre 2016].
  2. Arrêté du Président du Conseil des 9 décembre 1848 et 16 mars 1849, article 1: « La division actuelle de l'Algérie en trois provinces est maintenue. Chaque province sera divisée en territoire civil et en territoire militaire. Le territoire civil de chaque province formera un département »
  3. Tableau général des communes d'Algérie: 1884 ; 1902
  4. Cercle de Laghouat et cercle d'El Golea comprenant les annexes de Ghardaïa et d'Ouargla, recouvrant une surface totale de 99 815 km2 - "Tableau...", opus cité.
  5. Arrêté du 9 décembre 1848.
  6. Décret du 13 octobre 1858.
  7. Décret du 30 novembre 1867.
  8. Décret du 11 septembre 1873.
  9. a b et c ANOM.
  10. Décret du 27 juillet 1875.
  11. Décret du 14 janvier 1944 portant création de deux arrondissements dans le département d'Alger, Journal officiel du 22 janvier 1944, p. 72.
  12. Décret portant à neuf le nombre d'arrondissementsno 55-1148 du 28 août 1955.
  13. Le décret du 20 mai 1957 créé l'arrondissement de Maison-Blanche
  14. Ahmed Mahiou, Les collectivités territoriales algériennes, éditions du CNRS, Paris 1970, pp.285-287 ; Lire en ligne
  15. Décret 57-604 du 20 mai 1957 portant modification des limites départementales et création d'arrondissements en Algérie, tableaux annexes. JORF du 21 mai 1957 sur Légifrance, p. 5052
  16. La commune de Cap-Matifou a donné au sud la commune de Bordj El Bahri, et au nord celle de El Marsa.
  17. Georges Lyon, Souvenirs de guerre du recteur Georges Lyon (1914-1918), , 478 p. (ISBN 978-2-7574-1578-8, lire en ligne), p. 129.

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Textes normatifs modifier

Bibliographie modifier

Articles connexes modifier

 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Naissance dans le département d'Alger.

Liens externes modifier