Hazaradjat

هزاره جات
Hazārajāt

Drapeau de هزاره جاتHazārajāt
Drapeau.
Hazaradjat
Paysages de la province de Bamiyan
Image illustrative de l’article Hazaradjat
Localisation du Hazaradjat (en violet)
Administration
Pays Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan
Gouvernement
- velayat
région sans unité administrative
Bamiyan, Deykandi, Ghor et de grandes parties des provinces de Ghazni, Orozgan, Parwan, Sar-é Pol et Wardak
Démographie
Langue(s) dari (hazaragi), pachto, ouzbek
Géographie
Coordonnées 34° 49′ nord, 67° 49′ est
Superficie 207 199 km2
Divers
Fuseau horaire UTC +4:30

Le Hazaristan également appelé Hazaradjat désigne littéralement « le pays des Hazaras », correspondant grosso modo aux régions centrales de l'Afghanistan actuel. Sa capitale traditionnelle est la ville de Bâmiyân.

GéographieModifier

Les hautes vallées de Hazaristan (celle de Bâmiyân s'élève à environ 2 800 mètres) sont dominées par les sommets de l'Hindou-Kouch, parmi lesquels le Koh-e Bâbâ, qui culmine à 5 084 mètres au Shah Fuladi (de), non loin de Bâmiyân.

En raison de la nature des sols, des reliefs, des rigueurs du climat, la faune et la flore sont moins abondantes dans le Hazaristan que dans d'autres régions de l'Afghanistan. Les cultures se limitent aux vallées, où le moindre lopin de terre est cultivé. La population est pauvre et a souvent été contrainte à l'exil vers les grandes villes pour assurer sa subsistance.

PopulationModifier

Les Hazaras vivent dans l'Hindou-Kouch central, dans une région appelée Hazaristan. Ils parlent hazaragi, un dialecte du persan, contrairement à la majorité des Afghans. L'écrasante majorité d'entre eux (95 %) professent le chiisme duodécimain, mais il y'a également quelques sunnites ou ismaéliens. Ils pratiquent l'élevage et l'agriculture de subsistance adaptés à leur environnement montagneux. Ils étaient pratiquement indépendants jusqu'à la fin du XIXe siècle, quand leur terre a été conquise par Abdur Rahman, « l'émir de fer », en vue d'imposer un pouvoir central unifié pour l'ensemble du pays.

SociétéModifier

Jusqu'à récemment, ils ont été systématiquement marginalisés par les gouvernements successifs. Beaucoup ont été déplacées de force et ont dû migrer vers les villes, en particulier à Kaboul (où ils représentaient 15% de la population en 2003[1]) mais aussi dans les grandes villes comme Mazar-i Charif et Hérat, où ils sont marchands ou membres de l'administration grâce à leur connaissance du persan qui était pendant longtemps la langue de l'administration et de la haute culture.

RéférencesModifier

  1. (en) « 2003 National Geographic Population Map » [archive du ] [PDF], Thomas Gouttierre, Centre d'études sur l'Afghanistan de l'Université du Nebraska à Omaha; Matthew S. Baker, Stratfor, National Geographic Society, (consulté le 27 juin 2010)

Voir aussiModifier