Hakim El Karoui

essayiste et consultant français
(Redirigé depuis Hakim Karoui)

[1]Hakim El Karoui, né le à Paris[2],[3], est un essayiste et consultant français.

Hakim El Karoui
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président
Club XXIe siècle
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (48 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Mère
Conjointe
Delphine Pagès-El Karoui (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

BiographieModifier

FamilleModifier

D'origine tunisienne par son père et française par sa mère, Hakim El Karoui et ses quatre frères et sœurs sont élevés dans la culture musulmane et la culture protestante de par leur mère[4].

Son père, venu en France en 1958, est professeur d'anthropologie juridique sur l'islam à la Sorbonne[pas clair]. Sa mère, Nicole El Karoui (née Schvartz), a été professeur de mathématiques financières à l'École polytechnique[5].

Son oncle, Hamed Karoui, a été Premier ministre de Tunisie sous Zine el-Abidine Ben Ali. de 1989 à 1999. Un autre de ses oncles, Ahmed Ben Salah, est ministre sous la présidence d'Habib Bourguiba (premier président de la République tunisienne).

Jeunesse et formationModifier

Hakim El Karoui commence sa scolarité au lycée Henri-IV[6] et poursuit sa formation à l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud[7]. Hakim El Karoui est également titulaire d'un DEA de géopolitique sur la Palestine et agrégé de géographie.

En 1993, il se rend en Tunisie où il enseigne la géopolitique à l'université de Tunis, puis il part en Égypte pour y apprendre l'arabe et enseigner le français au collège jésuite du Caire dans le cadre de la coopération française. Après son service national, il conçoit et anime au Caire un projet de société de conseil, Médiation, pour former les expatriés occidentaux aux réalités culturelles et économiques égyptiennes. De retour en France, il devient allocataire-moniteur à l'université de Lyon II de 2000 à 2002 pour préparer une thèse (qu'il n'a pas achevée) sur la « politique des frontières de l'Union européenne », sous la direction de Michel Foucher.

Parcours professionnel et politiqueModifier

Il devient conseiller technique du Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin et est chargé de ses discours avant d'être chargé des médias. Il est ensuite conseiller technique chargé des « études et prospectives » du ministre des finances Thierry Breton. Ancien directeur chez Rothschild & Cie Banque, il était chargé de fusions/acquisitions en Afrique et sur le pourtour méditerranéen.

Il a été maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris, et il est membre du conseil scientifique de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration qu'il a contribué à créer lors de son passage à Matignon auprès de Jean-Pierre Raffarin.[réf. nécessaire]

En 2004, il crée avec Rachida Dati et Béchir Mana, conseiller de Jacques Chirac, le Club XXIe siècle, qu'il préside jusqu'en 2010[8]. L'association reçoit de grandes personnalités françaises pour les sensibiliser à la diversité, à l'égalité des chances, et met en œuvre des actions concrètes en direction des jeunes, des entreprises et des dirigeants politiques.

Ancré à droite, il soutient néanmoins Ségolène Royal au second tour de l'élection présidentielle de 2007 via une tribune publiée par Le Monde : « Chiraquien mais pas sarkozyste ! »[9].

En 2008, il fonde les Young Mediterranean Leaders[10], qui visent à rassembler la nouvelle génération de dirigeants de la Méditerranée, et intervient régulièrement dans le débat public sur les thèmes de la diversité, de la Méditerranée, du protectionnisme européen, de la géopolitique du Proche-Orient et du débat politique français.

En 2010, il est nommé par Bertrand Delanoë président de l’Institut des cultures d'Islam avec pour projet de « dépolitiser l'islam »[11]. En , lors de la Révolution tunisienne, il est contraint de démissionner à la suite de la révélation par Mediapart de deux « notes techniques » adressées à l'ex-dictateur tunisien Ben Ali pour une sortie de crise de la révolution en cours[12].

En 2016, El Karoui crée la société de conseil Volentia[13]. Il publie en un premier rapport « Un islam français est possible », en collaboration avec l'Institut Montaigne, sur la politique arabe de la France[14]. Dans le prolongement de ce rapport, en , un second rapport « La fabrique de l'islamisme » est publié, qui vise à décrire la généalogie, la production, la diffusion et la réception de l'idéologie islamiste en France et en Europe[15],[16].

En 2019 il fonde l'Association Musulmane pour l’Islam de France (AMIF), présentée à la presse le 22 janvier 2019.


L'AMIF est en fait composée de deux associations (une association cultuelle de type 1905 et une association culturelle de type loi 1901).

L'Association musulmane pour un islam de France (AMIF), destinée à organiser et certifier les flux financiers liés au culte musulman, a été lancée par l’ex-banquier malgré la multiplication d’initiatives parmi lesquelles celles du CFCM et de Marwan Muhammad.

Selon le site SaphirNews, Hakim El Karoui a déposé les statuts de deux associations. Lui prendra la tête de l’AMIF – Chapitre culturel, une association loi 1901 qui, précise le média, s’occupera de « la régulation économique des marchés du halal et du hajj en France. » L’objectif : collecter des fonds auprès des acteurs de l’abattage rituel musulman et du pèlerinage.

L’association cultuelle, celle-ci disposant d’un statut d’association loi 1905, sera elle censée s’occuper de « la construction, l’aménagement, l’équipement, et la rénovation de mosquées et de salles de prière », mais aussi de « la formation des cadres religieux et des responsables d’associations cultuelles » et de la rémunération du personnel religieux. L’association sera dirigée par le recteur de la mosquée de Bordeaux Tareq Oubrou et par le médiatique imam de la mosquée d’Ivry-sur-Seine, Mohamed Bajrafil.

Une troisième structure sera créée, qui, elle, émettra des fatwas. Ce « conseil des imams » sera, selon le recteur bordelais, lancé prochainement. En 2015, le Conseil des imams de France avait appelé de ses vœux à la création d’une instance théologique pour tous les musulmans. Le Conseil théologique musulman de France (CTMF) était né quelques jours plus tard[17].



Vie privéeModifier

Époux de la géographe Delphine Pagès-El Karoui, maître de conférences à l'Institut national des langues et civilisations orientales[18], il est père de quatre enfants[19].

PublicationsModifier

  • L'Avenir d'une exception, 2006, éditions Flammarion Essai politique dans lequel Karoui défend un « protectionnisme européen ».
  • Réinventer l'Occident. Essai sur une crise économique et culturelle, , éditions FlammarionEssai politique dans lequel Karoui analyse la « désoccidentalisation » du monde[20].
  • La Lutte des âges, 2013, éditions Flammarion[21] Interprétation de la crise financière de 2008 à l'aune du conflit de générations.
  • L'Islam, une religion française, Gallimard, 2018, 304 p.

PresseModifier

NotesModifier

  1. La rédaction, « « Islam de France » : Hakim El Karoui entre dans la danse », sur Le Muslim Post, (consulté le 23 février 2020).
  2. Dounia Hadni, « Hakim El Karoui, l’islam à la carte », sur liberation.fr, (consulté le 7 mai 2018).
  3. « Biographie et actualités de Hakim El Karoui France Inter », sur France Inter (consulté le 1er février 2018)
  4. « Hakim El Karoui, l’islam à la carte », sur www.liberation.fr, (consulté le 11 septembre 2018)
  5. « Hakim El Karoui ou l'archétype d'une nouvelle génération d'immigrés », Leaders,‎ (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2017)
  6. « Les nouveaux chemins de la réussite », sur www.lejdd.fr/, (consulté le 11 septembre 2018)
  7. Voir sur lejdd.fr.
  8. « Hakim El-Karoui, plume de Raffarin et fondateur du Club XXIe siècle », sur lemonde.fr, (consulté le 12 septembre 2018).
  9. « Chiraquien mais pas sarkozyste ! », Le Monde.
  10. Voir sur ymlforum.org.
  11. « Qui est Hakim el-Karoui? », sur leparisien.fr, (consulté le 12 septembre 2018).
  12. « Hakim El Karoui a conseillé Ben Ali jusqu'au bout », sur nawaat.org, (consulté le 28 août 2018).
  13. « L'islam français d'Hakim El Karoui », sur lexpress.fr, (consulté le 11 septembre 2018).
  14. Hakim El Karoui : «Il faut assumer les lignes de démarcation avec l’islamisme», Jeune Afrique, 19 février 2018.
  15. « La fabrique de l'islamisme », sur InstitutMontaigne, (consulté le 11 septembre 2018).
  16. « De l’Arabie saoudite aux réseaux sociaux, un rapport dessine la force d’influence de l’islamisme », article sur lemonde.fr, daté du 10 septembre 2018.
  17. Le 4 mars 2011 à 07h00, « Qui est Hakim el-Karoui? », sur leparisien.fr, (consulté le 23 février 2020)
  18. « Rapport sur la “Réorganisation de l’islam de France” », sur delitdimages.org
  19. « “Portrait de Libé en deux portraits”, par Hakim El Karoui », sur L'Opinion,
  20. Interviews de l'auteur dans les émissions de radio :
  21. « Hakim El Karoui : On vit toujours avec l’idée que les retraités sont pauvres », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2017)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • « Les 100 personnalités de la diaspora africaine : Hakim Karoui », in Jeune Afrique, no 2536-2537, du 16 au , p. 53
  • « Réinventer l'Occident : Hakim El Karoui », in Flammarion, (ISBN 978-2-08-121841-3)

Liens externesModifier