Hamed Karoui

homme politique tunisien

Hamed Karoui
حامد القروي
Illustration.
Hamed Karoui en 2017.
Fonctions
Premier ministre tunisien

(10 ans, 1 mois et 21 jours)
Gouvernement Karoui
Prédécesseur Hédi Baccouche
Successeur Mohamed Ghannouchi
Ministre tunisien de la Justice

(1 an et 2 mois)
Président Zine el-Abidine Ben Ali
Premier ministre Hédi Baccouche
Gouvernement Baccouche II et III
Prédécesseur Mohamed Salah Ayari
Successeur Mustapha Bouaziz
Directeur du Parti socialiste destourien puis du Rassemblement constitutionnel démocratique

(9 mois et 16 jours)
Prédécesseur Mahjoub Ben Ali
Successeur Fonction supprimée
Abderrahim Zouari (secrétaire général)
Ministre tunisien de la Jeunesse et des Sports

(1 an, 6 mois et 20 jours)
Président Habib Bourguiba
Zine el-Abidine Ben Ali
Premier ministre Mohamed Mzali
Rachid Sfar
Zine el-Abidine Ben Ali
Gouvernement Mzali
Sfar
Ben Ali
Prédécesseur Hédi Bouricha
Successeur Fouad Mebazaa
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Sousse (protectorat français de Tunisie)
Date de décès (à 92 ans)
Lieu de décès Sousse (Tunisie)
Nationalité tunisienne
Parti politique Néo-Destour (1942-1964)
Parti socialiste destourien (1964-1988)
Rassemblement constitutionnel démocratique (1988-2011)
Mouvement destourien/Parti destourien libre (2013-2020)
Conjoint Rafiaa Karoui
Diplômé de Faculté de médecine de Paris
Profession Pneumologue

Hamed Karoui
Premiers ministres tunisiens

Hamed Karoui (arabe : حامد القروي), né le à Sousse (protectorat français de Tunisie) et mort le à Sousse (Tunisie)[1], est un homme d'État et médecin tunisien.

Figure du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), il est Premier ministre de 1989 à 1999.

BiographieModifier

JeunesseModifier

Hamed Karoui poursuit ses études primaires et secondaires à Sousse[1]. À l'âge de 15 ans, il adhère au Néo-Destour et milite dans les rangs de l'Union générale des étudiants de Tunisie (UGET) et de l'organisation des scouts tunisiens[1]. Il est également chargé de l'édition du journal clandestin Al Kifah pour le centre du pays[1].

Après avoir obtenu le baccalauréat en juin 1946, il part entamer ses études supérieures à la faculté de médecine de Paris où il obtient un doctorat[2] et un certificat de spécialité en pneumo-phtisiologie[1]. Pendant ses études, il est élu successivement président de la cellule destourienne de Paris, président de la fédération destourienne de France et secrétaire général de l'UGET. Il représente aussi le mouvement estudiantin à deux congrès internationaux tenus à Prague et Colombo.

De retour en Tunisie en 1957, il est affecté à l'hôpital régional de Sousse pour exercer la fonction de médecin spécialiste en pneumologie et chef de service[1]. Il préside aussi les clubs sportifs du Stade soussien en 1962-1963 puis de l'Étoile sportive du Sahel de 1963 à 1981[1].

Action politiqueModifier

Hamed Karoui dirige dans le même temps la cellule destourienne de Sousse-Ville entre 1957 et 1988 et se voit élu à plusieurs reprises comme membre du comité de coordination de Sousse[1]. Conseiller municipal de la cité de 1957 à 1972, il en devient maire de 1985 aux élections municipales de 1990[1]. En 1964, il est par ailleurs élu député représentant la ville de Sousse à l'Assemblée nationale et réélu en 1981, 1986 et 1989. Il sert comme vice-président de celle-ci de 1983 à 1986[1].

Hamed Karoui est élu au comité central du Parti socialiste destourien (PSD) lors du congrès de 1977 puis reconduit en 1979 et accède à son bureau politique en janvier 1981[1]. Le , il est nommé directeur du PSD et confirmé, le [3], dans ses fonctions par le nouveau président Zine el-Abidine Ben Ali jusqu'au congrès de juillet 1988[1]. Il contribue ainsi à l'organisation de la réunion du comité central, tenue les 27 et , au cours de laquelle le PSD change de nom pour devenir le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD)[1]. Au congrès de 1988, il est élu membre du comité central du nouveau parti et, le , se voit désigné comme membre du nouveau bureau politique où il est régulièrement confirmé jusqu'au [1]. Il assume par ailleurs, les fonctions de vice-président du RCD dès le puis de premier vice-président du au [1].

Hamed Karoui entre au gouvernement en prenant la tête du ministère de la Jeunesse et des Sports du au [1]. Après l'arrivée du nouveau président Ben Ali, le , il est nommé ministre délégué auprès du Premier ministre en tant que directeur du PSD[4], puis ministre de la Justice le [1]. Il conserve ce portefeuille jusqu'à sa nomination en tant que Premier ministre le , en remplacement d'Hédi Baccouche, fonction qu'il occupe durant dix ans, jusqu'au , date à laquelle il est remplacé par Mohamed Ghannouchi[1].

Poursuites judiciairesModifier

Hamed Karoui fait partie d'une liste de dix responsables du RCD poursuivis par la justice tunisienne pour détournement d'argent public et abus de pouvoir à la suite d'une plainte déposée par 25 avocats tunisiens. La liste comprend également Mohamed Ghariani, Abdallah Kallel, Ridha Chalghoum, Abderrahim Zouari, Zouheir M'dhaffer, Chédli Neffati, Abdelaziz Ben Dhia, Kamel Morjane et Abdelwahab Abdallah[5].

FamilleModifier

Hamed Karoui est le père de quatre enfants. Il est le beau-frère de l'ancien ministre Ahmed Ben Salah et l'oncle de Hakim El Karoui[1].

PublicationsModifier

RéférencesModifier

Liens externesModifier