Ouvrir le menu principal

Hải Phòng

municipalité du Viêt Nam
(Redirigé depuis Haiphong)

Hải Phòng
Hải Phòng
Gare de Haiphong.
Administration
Pays Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam
Démographie
Population 1 904 100 hab. (2012[1])
Densité 1 249 hab./km2
Géographie
Coordonnées 20° 51′ 00″ nord, 106° 41′ 00″ est
Superficie 152 390 ha = 1 523,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Viêt Nam

Voir la carte administrative du Viêt Nam
City locator 14.svg
Hải Phòng

Géolocalisation sur la carte : Viêt Nam

Voir la carte topographique du Viêt Nam
City locator 14.svg
Hải Phòng

Hải Phòng (orthographe francisée : Haïphong) est une ville du Việt Nam de plus d'un million d'habitants et l'un des trois grands ports du pays. On appelle en français ses habitants les Haïphonnais.

Sommaire

GéographieModifier

Hải Phòng est située dans le delta du fleuve Rouge. Elle se trouve à environ cent kilomètres de Hanoï, la capitale vietnamienne, et joue le rôle de port maritime principal pour la région nord du pays.

HistoireModifier

 
La cathédrale de Haïphong en 2007.

Hải Phòng est une ville portuaire importante depuis plusieurs siècles : c'était l'un des centres marchands du Tonkin. Les Français l'avaient surnommée la « Venise du Tonkin ». Après la conquête française, elle est devenue la principale base navale française en Indochine.

Le grand hôtel de l'époque, l'Hôtel du Commerce, rue Paul-Bert, a été rasé en 2007[réf. nécessaire], et la rue Paul-Bert se nomme désormais « Pho Dien Bien Phu »). Le grand quotidien à la fin du protectorat français du Tonkin était L'Entente.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, lors de l'invasion japonaise de l'Indochine, Hải Phòng fut bombardée puis occupée par l'Armée impériale japonaise.

Après la fin de l'occupation, le 2 septembre 1945 à Hanoï, Hô Chi Minh déclare unilatéralement l'indépendance du Việt Nam. Trois navires de guerre français bombardent Haïphong le 23 novembre 1946, faisant des milliers de morts. Cet événement marque le début de la guerre d'Indochine, qui durera sept ans et demi.

Henri Martin prétend que : « À 10 heures le 23 novembre 1946, les canons de la marine ont ouvert le feu. Le croiseur Émile Bertin depuis l’embouchure de la rivière Rouge mais nous, avec Le Chevreuil, nous étions sur la rivière, dans la ville. Nous avons épuisé notre stock de cinq cents obus, et ravitaillés, nous en avons encore tiré cinq cents. L’amiral Battet a estimé le nombre des victimes en ville à six mille, mais il est possible qu’il y en ait eu davantage quand on sait que le bombardement a porté surtout sur le quartier annamite, aux maisons serrées […] » mais en fait seuls trois avisos, dont Le Chevreuil, ont participé à cette action[2].

Hải Phòng subit de lourds bombardements américains pendant la guerre du Viêt Nam, surtout en 1972.

DéveloppementModifier

Le développement de Hải Phòng naturellement a souffert durant les guerres, mais aujourd'hui, Hải Phòng est le deuxième port et le centre industriel du Việt Nam après la région de Saïgon. Hải Phòng dispose de beaucoup de ressources naturelles et sa situation à proximité des frontières chinoises et du delta du fleuve Rouge est très favorable au développement économique et pour les exportations. Son port de commerce est aujourd'hui en plein renouveau.

Elle possède trois universités : l'université médicale de Hai Phong, l'université maritime du Vietnam, l'université privée de Hai Phong.

Le constructeur automobile Vinfast a construit une unité de production automobile[3] sur 335 hectares, dans la zone économique de Cat Hai.

MonumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

BibliographieModifier

  • Adieu et merci, roman de Paule Delsol, dont l'action se déroule à Hải Phòng de 1954 à 1955.
  • Les mensonges de la guerre d'Indochine, Philippe Franchini, Perrin, Paris 2005, (ISBN 2-262-02345-X)

Notes et référencesModifier

  1. Area, population and population density in 2012 by province, General Statistics Office Of Vietnam (lire en ligne)
  2. (fr) Maurice Vaïsse, L'Armée française dans la guerre d'Indochine (1946-1954) : Adaptation ou inadaptation, 2000, p. 276
  3. Mathieu Demeule, « Le Vietnamien VinFast dévoile ses premiers modèles », Auto Plus,
  4. Jean-Yves Surreau, Les rues de Reims, mémoire de la ville, Reims, 2002, P284.

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :