Hélène Chauvin

comédienne et courtisane française

Hélène Chauvin, morte en 1924, est une comédienne et courtisane française[1],[2].

Hélène Chauvin
Image dans Infobox.
Hélène Chauvin
Biographie
Décès
Pseudonymes
La Belle aux cheveux d'or, L'AuréoleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Cheveux

BiographieModifier

Hélène Chauvin apparaît dans la presse vers 1896 aux cotés des artistes et demi-mondaines. En 1897, Léon Nunès l'engage à La Cigale[3] et elle débute dans la revue Allo ! Allo ! 407-60[4], dans « un rôle très long et un costume très court »[5]. Elle joue aussi à la Scala[6].

Elle habite un hôtel particulier, avenue Bugeaud[7],[8] et mène grand train entre le monde, le demi-monde, les gens des arts et du théâtre.

Le 2 mai 1900, Hélène Chauvin débute à l'Olympia dans la Belle aux cheveux d'or, ballet-pantomime de Jean Lorrain, sur une musique d'Edmond Diet, dans le rôle-titre[9],[10],[11].

En 1901, elle s'éprend d'un sous-officier des dragons en garnison à Sedan et le suit[12].

Elle tient un salon où l'on donne des concerts et des soirées artistiques[13].

A l'été 1907, elle demeure à la villa Mira-Sol à Biarritz[note 1],[14].

En juin 1908, elle quitte son hôtel particulier du 24 boulevard de Courcelles et vend ses meubles et œuvres d'art[note 2],[15], pour 287 000 francs[note 3],[16],[17].

Elle meurt en 1924[18].

IconographieModifier

 
Hélène Chauvin dans "La Belle aux cheveux d'or".

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. construite en 1907 pour le couturier O'Rossen
  2. La collection d’Hélène Chauvin se distinguait par un choix de 120 estampes en couleurs dont une épreuve du Portrait d'Edouard Dagoty par Carlo Lasinio  ; Le Compliment  , Escalade et Heur et Malheur  , par Debucourt
  3. 1 million d'euros d'aujourd'hui

RéférencesModifier

  1. « Adam », sur Gallica, (consulté le )
  2. « La Vie parisienne », sur Gallica, (consulté le )
  3. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )
  4. « Le Journal », sur Gallica, (consulté le )
  5. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )
  6. « L'Art vivant », sur Gallica, (consulté le )
  7. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )
  8. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )
  9. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )
  10. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )
  11. « Le Journal », sur Gallica, (consulté le )
  12. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )
  13. « Le Figaro », sur Gallica, (consulté le )
  14. « Le Journal », sur Gallica, (consulté le )
  15. Catalogue d'un important mobilier ancien et moderne, estampes anciennes du XVIIIe siècle..., faïences et porcelaines anciennes, objets de vitrine..., sièges anciens et modernes... le tout appartenant à Mlle Hélène Chauvin... vente... 2-4 juin 1908..., (lire en ligne)
  16. « Le Journal », sur Gallica, (consulté le )
  17. « Mercure de France », sur Gallica, (consulté le )
  18. « Le Journal », sur Gallica, (consulté le )
  19. « La Revue hebdomadaire », sur Gallica, (consulté le )
  20. “Hélène Chauvin,” Cappiello, Catalogue raisonné des affiches, consulté le 20 novembre 2020.
  21. « Gil Blas », sur Gallica, (consulté le )
  22. Léon Roger-Milès, Les Maîtres de la Caricature. Nouv. éd. corrigée et mise à jour. Avec 750 Aquarelles et dessins inédits de Guillaume, Bac, Huard, Gerbaud, Léandre, Job, Rabier, Faivre, Steilen, Forain, Métivet etc., Ink book, (ISBN 979-10-232-0996-9, lire en ligne)

BibliographieModifier

  : documents utilisés comme source pour la rédaction de cet article :

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :