Guo Jingjing

plongeuse

Guo Jingjing
Image illustrative de l’article Guo Jingjing
Guo Jingjing aux Jeux olympiques de Pékin
Contexte général
Sport Plongeon
Période active 1992-2008
Biographie
Nationalité sportive Chinoise
Nationalité République populaire de Chine
Naissance
Lieu de naissance Baoding
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques 4 2 0
Championnats du monde 10 1 0
Jeux asiatiques 4 0 0

Guo Jingjing (née le à Baoding dans la province du Hebei) est une plongeuse chinoise. Surnommée « diva du plongeon » ou « reine du plongeon »[1], elle est l'une des plongeuses les plus médaillées de l'histoire, avec notamment quatre titres de championne olympique et dix de championne du monde.

CarrièreModifier

Née à Baoding en 1981, Guo Jingjing commence le plongeon à l'âge de six ans dans la base d'entraînement de sa ville natale. En 1992, elle est sélectionnée pour représenter l'équipe nationale chinoise. Elle commence à s'illustrer au niveau international en 1995 lors d'une épreuve de coupe du monde organisée à Atlanta[2]. Elle n'a alors que 14 ans mais se distingue en gagnant l'épreuve du plongeon synchronisé à 1 m avec sa compatriote Wang Rui[2] et réédite pareille performance sur le tremplin synchronisé à 3 m[2]. L'année suivante, Guo participe aux Jeux olympiques de 1996, là encore à Atlanta, mais ne parvient pas à monter sur le podium. Sur l'épreuve de haut vol à 10 m, la Chinoise termine cinquième, loin de sa compatriote Fu Mingxia, sacrée pour la seconde fois après le tremplin à 3 m.

En 1998, à Perth, Guo enlève sa première récompense lors de championnats du monde en obtenant la médaille d'argent sur le tremplin à 3 m. L'année suivante, elle remporte la coupe du monde sur l'épreuve du plongeon synchronisé à 3 m. En 2000, elle s'impose sur le tremplin à 3 m. Aux Jeux olympiques de Sydney en 2000, la plongeuse obtient deux médailles d'argent. D'abord alignée sur le tremplin à 3 m, elle remporte la médaille d'argent derrière sa compatriote Fu Mingxia. Avec cette dernière, elle termine deuxième sur le plongeon synchronisé à 3 m derrière un duo russe. La retraite de Fu, multiple championne olympique et meilleure plongeuse des années 1990, annonce l'avènement légitime de sa compatriote Guo.

En 2001, à Fukuoka, la plongeuse remporte deux médailles d'or lors des Mondiaux (elle est désormais associée à Wu Minxia en plongeon synchronisé). Elle conserve ses deux titres en 2003, 2005 et 2007. Entre-temps, Guo Jingjing participait à ses troisièmes Jeux olympiques en 2004 à Athènes. Favorite, elle décroche deux titres olympiques dans ses deux épreuves de prédilection : le tremplin à 3 m et le plongeon synchronisé à 3 m. La notoriété que lui apportent ces deux sacres olympiques obtenus en Grèce permettent à la Chinoise de signer un contrat de parrainage avec la firme de restauration rapide américaine McDonald's. Un temps écartée de l'équipe nationale à cause de cette association, elle est rapidement réintégrée[3]. Son attitude de « star » jugée trop « commerciale » en Chine est cependant toujours critiquée par les médias nationaux[4], lesquels ne manquent pas de parler de la vie privée de la plongeuse[5], la montrant par exemple avec son conjoint Kenneth Fok, petit-fils de l'homme d'affaires hong-kongais Henry Fok (en)[1]. Elle est également critiquée pour les excès dont elle fait preuve dans ses déclarations ou pour sa façon de traiter les journalistes[1].

Peu avant le début des Jeux asiatiques de 2006 organisés à Doha, la plongeuse chinoise annonce qu'elle compte mettre un terme à sa carrière à l'issue des Jeux olympiques de 2008 se tenant à Pékin[6]. Elle obtient deux nouveaux titres mondiaux en 2007 à Melbourne. Lors des Jeux olympiques organisés par son pays en 2008, elle remporte deux titres olympiques supplémentaires obtenues, conservant donc ceux qu'elle avait conquis quatre ans auparavant.

Contrairement à ce qu'elle avait annoncé initialement, elle n'arrête pas la compétition après les Jeux de Pékin et participe ainsi aux championnats du monde de 2009 à Rome. Parvenant à réaliser le doublé individuel/synchronisé pour la cinquième fois d'affilée, elle atteint ainsi un total de dix titres mondiaux.

Elle confirme l'arrêt de sa carrière sportive en , affirmant alors ne pas se préparer pour les Jeux olympiques de 2012.

PalmarèsModifier

 
Guo Jingjing en 2010.

Jeux olympiquesModifier

Championnats du mondeModifier

Jeux asiatiquesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Cédric Mathiot, « Leurs nouveaux dieux du stade », sur liberation.fr, .
  2. a b et c (en) « After 8 years, Guo finally makes it in Olympics », sur chinadaily.com, 15 août 2004. Consulté le 03/03/2008.
  3. (en) « Hanging by a Thread », ESPN (2007). Consulté le 03/03/2008.
  4. (en) « Diving queen Guo slammed for snubbing China press », The Guardian (2008). Consulté le 03/03/2008.
  5. (en) « Diving princess Guo Jingjing enters love’s troubled waters », Times Online, 3 février 2008. Consulté le 03/03/2008.
  6. (en) « Asian Games-bound diver Guo Jingjing to retire after 2008 Olympics », People's Daily, 26 novembre 2006. Consulté le 03/03/2008.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :