Ouvrir le menu principal

Guibord s'en va-t-en guerre

film de Philippe Falardeau, sorti en 2015
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guibord.
Guibord s'en va-t-en guerre
Réalisation Philippe Falardeau
Scénario Philippe Falardeau
Acteurs principaux
Sociétés de production Micro scope
Pays d’origine Drapeau du Canada Canada
Genre Comédie
Film satirique
Sortie 2015

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Guibord s'en va-t-en guerre est un film québécois réalisé par Philippe Falardeau sorti le . Il met en vedette Patrick Huard, Irdens Exantus (en), Suzanne Clément et Clémence Dufresne-Deslières.

SynopsisModifier

« Ce film est basé sur des faits véridiques qui ne se sont pas encore passés[1]. »

Le député indépendant de Prescott-Makadewà-Rapides-aux-Outardes, une immense circonscription du nord du Québec, Steve Guibord (Huard), détient la balance du pouvoir à la Chambre des communes du Canada alors que cette dernière s'apprête à voter l'entrée du pays dans une guerre. Accompagné de sa femme (Clément), de sa fille (Dufresne-Deslières) et de son stagiaire haïtien (Exantus), il parcourt sa circonscription pour tâter le pouls de ses commettants sur cette question.

Ceux-ci sont cependant plus préoccupés par les enjeux locaux : une mine fonctionnant au ralenti, l'industrie forestière qui empiète sur les territoires autochtones et suscite leur animosité. Le député se voit offrir un ministère par le premier ministre conservateur en échange de son vote positif, mais les Libéraux ont leurs propres stratégies pacifistes. La propre famille du député est divisée sur la question de la guerre et se joint aux pressions sur celui-ci.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

RéceptionModifier

Le film a été projeté devant environ 6 000 spectateurs à la Piazza Grande (it) de Locarno ainsi qu'en plein air au stade olympique de Montréal le lundi [2]. D'après La Presse, il y a obtenu un bon accueil.

Le film est décrit par la critique comme étant une satire politique efficace[1],[3]. Les critiques françaises sont globalement séduites par ce film, plusieurs critiques attribuant trois ou quatre étoiles au film, bien qu'il soit "trop spécifique pour être vraiment exportable en France"[4]

Box officeModifier

Le film connaît un bon départ et se hisse au huitième rang du box-office québécois malgré une sortie limitée à sept salles de Montréal et Québec[5]. Il engrange des revenus estimés à 38 232 dollars canadiens ($), obtenant la seconde meilleure moyenne par écran de la semaine avec 5 462 $, dépassé seulement par Seul sur Mars[5]. Ses bons résultats l'amènent à être diffusé sur plus de 70 écrans, ce qui permet au film de réaliser après quatre semaines d'exploitation un cumulatif de plus de 424 000 $ au Québec.

Sorti en France sur une soixantaine d'écrans, le film réalise un total de 37 000 entrées et des recettes de 165 000 $[6].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Isabelle Hontebeyrie, « Film de Philippe Falardeau - Guibord s'en va-t-en guerre: une satire efficace », sur http://tvanouvelles.ca, (consulté le 12 octobre 2015)
  2. Marc-André Lussier, « Un lancement réussi pour Guibord s'en-va-t'en guerre », sur http://www.lapresse.ca, La Presse, 11 août 2015 à 10h50 (dernière mise-à-jour) (consulté le 12 octobre 2015)
  3. Odile Tremblay, « Guibord s’en va-t-en guerre », sur https://www.ledevoir.com, Le Devoir, (consulté le 12 octobre 2015)
  4. « Guibord s'en va-t-en guerre reçoit un bon accueil en France », sur Le Soleil, (consulté le 6 août 2019)
  5. a et b Maxime Demers, « Début prometteur pour la comédie Guibord s'en va-t-en guerre », sur http://www.journaldemontreal.com, (consulté le 12 octobre 2015)
  6. « Guibord s\'en va-t-en guerre (2016) - JPBox-Office », sur www.jpbox-office.com (consulté le 6 août 2019)

Voir aussiModifier