Ouvrir le menu principal

Groupe Go Sport

(Redirigé depuis Go sport)
Ne doit pas être confondu avec Gosport.

Groupe GO Sport
logo de Groupe Go Sport

Création 09-12-1958 immatriculation de la société
Dates clés 2000 : création de Groupe GO Sport (GO Sport/Courir)
Fondateurs Léon et Lucien Odier
Forme juridique SAS
Siège social Sassenage
Direction Philippe Favre depuis le 12-13-2019
Actionnaires Rallye
Activité Activités des sièges sociaux

APE 7010Z

Société mère Rallye
Effectif 353 au 31-12-2017
SIREN 958808776
Site web www.groupegosport.com
Magasin GO Sport au centre commercial SO Ouest à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine)

Le Groupe GO Sport est un holding contrôlant des entreprises françaises spécialisées dans la distribution d'articles de sport.

ActivitésModifier

La société détient trois réseaux de magasins :

  • 181 magasins GO Sport (124 magasins en France – 29 magasins en Pologne – Plus de 40 magasins en master franchise à l’international), pour la vente de vêtements, de chaussures et de matériel sportif ;
  • 110 magasins GO Sport Montagne pour la vente d'articles de sport spécialisés outdoor et montagne ;
  • 18 magasins Bike +

La société Rallye est l'actionnaire du Groupe GO Sport, à hauteur de 98,32 % du capital[1].

En 2004, le chiffre d'affaires atteignait 499 M€, pour atteindre 700 M€ en 2016[2].

GO Sport était coté en bourse de Paris jusqu'à son retrait le 5 novembre 2014[1].

En 2016, la Fédération des enseignes de sport donnait à l'enseigne une part de marché de 8 % sur le marché Français contre 30 % à Décathlon et 18 % à Intersport[2] .

HistoireModifier

L'enseigne GO Sport est créée en 1979[3]. L'enseigne Courir est créée en 1980. Les deux enseignes ont été fondées et exploitées par Léon et Lucien Odier[4].

En 1983, l'entreprise grenobloise Genty-Cathiard, qui possède les supérettes Genty et la Société Alpine de Sport, avec les enseignes Team 5 (créée, fondée exploitée par Messieurs Léon et Lucien Odier [5]) se porte acquéreur de GO Sport, qui possède alors 11 points de vente[6]. Le siège social est implanté à Sassenage, près de Grenoble.

En 1987, elle achète les magasins Sparty que détenait Darty, la filiale sport de la Fnac appelée Fnac Sport, et Sport Sud (créé par les frères Odier [7]). L'enseigne GO Sport est apposée, ce qui porte le nombre de magasins à 54.

En 1989, prise de contrôle de la société Spao, qui exploite des magasins de sport en périphérie des grandes villes[8].

En 1990, Rallye rachète Genthy-Cathiard[9],[10]. GO Sport devient ainsi une filiale de Rallye.

Le 27 janvier 2010 la filiale GO Sport International est dissoute[11].

Le 7 décembre 2012 la filiale GO Sport Com est dissoute[12].

En 2014, Groupe GO Sport se porte acquéreur de l'enseigne Twinner, qui devient la troisième enseigne du Groupe. Twinner est un réseau de magasins spécialisés dans le sport outdoor et montagne. C'est un réseau franchisé.

En 2015, Groupe GO Sport compte plus de 500 magasins dans le monde, et est présent dans 20 pays du monde.

Groupe GO Sport rachète Tool Fitness, site marchand spécialisé dans le fitness. Le réseau GO Sport intègre des bornes e-shop au sein de 40 magasins. GO Sport se lance dans la location de vélos électriques dans cinq grands magasins[13] : Paris République, Paris Porte de Châtillon, Paris Italie 2, Paris Daumesnil et Tours Les Atlantes. GO Sport inaugure son flagship à Dubaï.

Courir lance le premier concept de boutique 100 % femme baptisé #CLaBoutique, au 110 rue de Rennes à Paris, ainsi que son site de vente en ligne. La chaîne ouvre également son premier magasin en Pologne, à Varsovie.

En 2016 la plupart des magasins du réseau Twinner passent sous l'enseigne GO Sport Montagne[14].

En 2017, GO Sport et Géant Casino multiplient les rapprochements : une gamme d'alimentation de l'effort, signée GO Sport, est vendue chez Géant, et d'autre part, un hyper Géant Casino accueille l'enseigne de sport dans ses murs[15].

En octobre 2018, Rallye annonce la vente de Courir pour 283 millions d'euros au fonds Equistone[16],[17].

En février GO sport est confiée aux spécialistes du retournement du cabinet Prosphère[18].

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Go Sport: le retrait obligatoire aura lieu mercredi. », sur Le Figaro Bourse (consulté le 27 février 2016).
  2. a et b « Comment Go Sport revient dans la course », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mai 2017).
  3. Dictionnaire des enseignes de la distribution spécialisée.
  4. Article de linternaute.com consulté le 10 juillet 2016.
  5. LSA – Libre Service Actualités, « Décès de Lucien Odier », lsa-conso.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mai 2017).
  6. Go sport sur Marketing Magazine.
  7. « Go Sport sort de la Bourse pour se concentrer sur son redressement », sur lesechos.fr, (consulté le 3 mai 2017).
  8. « Go Sport : News et actus du vendeur d'équipements sportif - LSA Conso », sur www.lsa-conso.fr (consulté le 25 mai 2019)
  9. Les marques disparues - Rallye.
  10. Le Point, magazine, « Une famille très business », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mai 2017).
  11. « Chiffre d'affaires, résultat, bilans et identité de Go Sport International », sur www.societe.com (consulté le 25 mai 2019)
  12. « "Chiffre d'affaires, résultat, bilans et identité de Go Sport Com" », sur www.societe.com (consulté le 25 mai 2019)
  13. Jessica Albrody, « GO sport se lance dans la location de vélo électrique », Ikoupi, 3 juin 2015.
  14. « Go Sport Montagne va remplacer l’enseigne Twinner », sur www.ledauphine.com (consulté le 25 mai 2019)
  15. Editions du Boisbaudry, « Quand Go Sport s'invite chez Géant Casino / Les actus / LA DISTRIBUTION - LINEAIRES, le magazine de la distribution alimentaire », sur www.lineaires.com (consulté le 1er septembre 2017).
  16. « Jean-Charles Naouri cède sa pépite Courir - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 22 octobre 2018).
  17. « Equistone Partners Europe - Communiqués de presse », sur www.equistonepe.fr (consulté le 22 octobre 2018).
  18. Philippe Bertrand, « Rallye active la restructuration de Go Sport », sur lesechos.fr, (consulté le 26 février 2019)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :