Giustizierato

ancienne subdivision italienne

Un giustizierato (en italien : [dʒustittsjeˈraːto] ; pluriel « giustizierati ») fait référence à un type de subdivision du pays qui a été utilisé par plusieurs anciens États italiens dans la période médiévale.

Province napoletane (continent) et valli siciliane en 1454

HistoireModifier

 
Le Royaume de Naples

Dans les années 1230, le Royaume de Sicile sous Fréderic II utilise les giustizierati pour diviser le royaume : Abruzzes, Basilicate, Calabre, Capitanate, Principato e Terra Beneventana, Terra di Bari, Terra di Lavoro (y compris les provinces actuelles de Frosinone et Latina), Terra d'Otranto et Valle di Crati e Terra Giordana.

Les onze districts créés par Frédéric IIe au cours du mois d' (Constitutions de Melfi) ont été instaurés progressivement. Ainsi, le Giustizierato d'Abruzze (Justitiaratus Aprutii) n'est mis en place qu'en 1233 et son siège établi à Sulmona.

Dans les années 1270, Charles Ier d'Anjou considère que la subdivision des Abruzzes, la partie la plus au nord du Royaume, était trop grande à défendre et à gérer efficacement. Il en décide le partage le par le diplôme d'Alife[1], suivant la frontière naturelle délimitée par la rivière Aterno-Pescara, en créant deux giustizierati distincts : Abruzzo Ulteriore (Ultra flumine Piscaria) et Abruzzo Citeriore (Citra flumine Piscaria).

En 1282, à la suite de l'insurrection populaire sicilienne des Vêpres siciliennes et sa conclusion le avec le traité de Caltabellotta, la maison d'Anjou perd la partie insulaire du règne et les deux districts siciliens, la capitale étant transférée de Palerme à Naples[2].

Au cours des années suivantes le Principato e Terra Beneventana et la Calabre sont transformés en deux giustizieriati séparés (un ulteriore et l'autre citeriore) en suivant les frontières délimitées par les rivières Sélé (Silarus) et Neto (Naethus).

L'ère des giustizierati prend fin au moment où la maison espagnole Aragon prend le pouvoir du Royaume de Sicile et les giustizierati sont alors tout simplement appelés province (provinces).

Province ou giustizierati de NaplesModifier

Giustizierato Capitale Note
Abruzze ultérieure Aquila Un seul territoire à l'origine. Alphonse Ve d'Aragon le partage en deux[3].
Abruzze citérieure Chieti
Terra di Lavoro Capua
Comté de Molise Campobasso
Principauté ultérieure Montefusco Divisé en deux à partir du Duché de Bénévent.
Principauté citérieure Salerne
Capitanata San Severo, Lucera, Foggia À l'origine, une seule province nommée Apulia ou Puglia. Alphonse I l'a partagée en trois[4].
Terre de Bari Bari
Terre d'Otrante Lecce
Basilicata Lauria, Lagonegro, Potenza, Matera (de 1663 à 1806)
Calabre citérieure Cosenza Partagé en deux par Frédéric IIe.
Calabria Citra était connue aussi comme « Cratis », et Calabria Ultra comme « Terra Jordana ».
Calabre ultérieure Reggio (de 1147 à 1443 et de 1465 à 1582), Catanzaro (de 1443 à 1465 et de 1593 à 1806), Monteleone (de 1582 à 1593 et de 1806 à 1816)

En SicileModifier

Deux giustizierati insulaires étaient délimités par le fleuve Salso :

Par la suite, vers la fin du XVIIe siècle, Calabria ultérieure et Abruzze ultérieure sont partagées chacune en deux nouvelles provinces. En 1807 se forme la province de Naples à partir de la Terra di Lavoro[5].

Notes et référencesModifier

  1. (it) L. Giustiniani, Dizionario geografico ragionato del Regno di Napoli, Naples, , « I », p. 119
  2. Jean-Marie Moeglin, L'intercession du Moyen Âge à l'époque moderne: autour d'une pratique sociale, Librairie Droz, 2004, p. 221.
  3. (it) Pietro Giannone, « Istoria civile del regno di Napoli », p. 97-108.
  4. (it) Francesco Guicciardini, Delle Istorie d'Italia, vol. libro V (lire en ligne)
  5. (it) Vito Buonsanto, Introduzione alla geografia antica e moderna delle provincie delle due Sicilie, (lire en ligne)

BibliographieModifier

  • (it) Pietro Giannone, Istoria civile del regno di Napoli.
  • (it) Francesco Guicciardini: Delle Istorie d'Italia, libro V.
  • (it) Vito Buonsanto: Introduzione alla geografia antica e moderna delle provincie delle due Sicilie, 1819.