Lucera

commune italienne

Lucera
Blason de Lucera
Héraldique
Lucera
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région des Pouilles Pouilles 
Province Foggia 
Code postal 71036
Code ISTAT 071028
Code cadastral E716
Préfixe tel. 0881
Démographie
Gentilé lucerini
Population 32 508 hab. (30-11-2019[1])
Densité 96 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 30′ 00″ nord, 15° 20′ 00″ est
Altitude Min. 250 m
Max. 250 m
Superficie 33 800 ha = 338 km2
Divers
Saint patron Santa Maria Patrona di Lucera
Fête patronale 16 août
Localisation
Localisation de Lucera
Géolocalisation sur la carte : Pouilles
Voir sur la carte administrative des Pouilles
City locator 14.svg
Lucera
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Lucera
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Lucera
Liens
Site web http://www.comune.lucera.fg.it/

Lucera est une commune d'environ 32 500 habitants (2019), de la province de Foggia dans les Pouilles. Située à la confluence des vallées et des cloches du Molise à Tavoliere delle Puglie, Lucera fut la capitale de Capitanata de 1579 à 1806. Depuis 1935 il a reçu le titre de ville.

Établie sur trois collines dominant la plaine de Tavoliere, l'ancienne ville de Lucera a été le théâtre d'importants événements historiques, notamment des batailles de Pyrrhus Ier et Hannibal contre l 'Empire romain.

ToponymieModifier

Luciòr en dialecte local

HistoireModifier

Entre 1223 et 1225, l'empereur Frédéric II fait déporter entre 16[2] et 20 000 musulmans de Sicile ainsi que des musulmans de Djerba vers Lucera[2]. En 1243 les dernières communautés musulmanes de Sicile se révoltent, sans doute pour des raisons économiques[réf. souhaitée], mais après 3 ans de résistance, touchées par la famine, elles doivent se soumettre aux troupes impériales et sont à leur tour déportées vers Lucera[3],[4],[5].

Les déportés vivent durant quelques décennies de l'agriculture à Lucera. Frédéric II en recrute dans ses armées, un contingent musulman l'accompagne en croisade[6].

En décembre 1254, Manfred Ier de Sicile prend la ville de Lucera et s'empare du trésor impérial en prétendant le faire au profit de son neveu Conradin. Il est excommunié par Alexandre IV[7].

GéographieModifier

Lucera est située à l'intersection des collines de Molise et le contrefort des Pouilles.

MonumentsModifier

Plusieurs monuments datant d'époques historiques variées s'y trouvent :

  • l'amphithéâtre romain de Lucera
  • le château angevin
  • la cathédrale du XIIIe siècle, construite sur l'emplacement d'une ancienne mosquée, est l'un des plus beaux fleurons de l'art gothique angevin avec sa façade sobre que jouxtent d'un côté un haut campanile, de l'autre une mince tourelle
  • l'église Saint François

PersonnalitésModifier


AdministrationModifier

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
11 juin 2007 En cours Vincenzo Morlacco Lista Civica  
Les données manquantes sont à compléter.

HameauxModifier

Regente, S.Giusto

Communes limitrophesModifier

Alberona, Biccari, Castelnuovo della Daunia, Foggia, Pietramontecorvino, San Severo, Torremaggiore, Troia, Volturino

Évolution démographiqueModifier

Habitants recensés


Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. a et b Aziz Ahmad, « La Sicile islamique », p. 87, Publisud, DL 1990, (ISBN 9782866003852).
  3. Aziz Ahmad, « La Sicile islamique », p. 89, Publisud, DL 1990, (ISBN 9782866003852).
  4. Michele Amari, « Storia dei Musulmani di Sicilia », 2 ediz. a cura di C. A. Nallino, Catane 1933-9, iii/2, p. 627-29.
  5. Denis Mack Smith, « A History of Sicily : Medieval Sicily 800-1113 », Londres, 1968, p. 59.
  6. Aziz Ahmad, « La Sicile islamique », p. 107, Publisud, DL 1990, (ISBN 9782866003852).
  7. Henri Bresc, « La chute des Hohenstaufen et l’installation de Charles Ier d’Anjou », dans Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle : Un destin européen, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », (ISBN 978-2-7535-2558-0, lire en ligne), p. 61–83